Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Sept femmes de mes autres vies

Daniel WALTHER



Illustration de Jean-Pierre ANDREVON

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 398
Dépôt légal : avril 1985
224 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : 2-207-30398-5
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
     Peut-être faut-il avoir neuf vies, comme les chats, pour envisager l'avenir de cette planète avec une certaine quiétude. En tout cas, il n'est pas inutile d'en posséder sept pour aimer toutes les femmes qui peuplent nos rêves à défaut de comprendre celles qui croisent notre quotidien !
     Les Éphémères qui hantent ces pages, et qui ne sont pas forcément de ce monde, racontent toujours la même histoire, bien que de manières différentes et en éclats fragmentés par l'iridescence de soleils étrangers : celle de la passion amoureuse.
     Violence, érotisme, amour fou, décors de plages et de tempêtes, mystérieuses amazones... Daniel Walther a mis tout son talent romantique et baroque dans ce blason du corps féminin.

    Sommaire    
 
    Critiques    
     Voici sept nouvelles, dont quelques unes ont déjà paru soit dans Fiction, soit dans d'autres anthologies de Denoël. Elles s'étalent de 1974 à nos jours, avec en prime une préface de l'auteur, sur le rapport qu'il entretient avec la misogynie. Et de fait on trouve dans ce rassemblement de textes épars, une unité, un effet de recueil, qui ajoute une dimension de curiosité devant ces textes pourtant parfois connus. Ajoutons-y une couverture d'Andrevon, qui se centre sur un quasi portrait de Walther, et insiste sur le fait que ce sont des nouvelles à la première personne, comme si ce n'étaient pas tant des portraits de femmes qu'une recherche de ses racines poursuivies par un homme. Recherche bien dans la manière de Walther, qui s'est toujours voulu un écrivain, avant d'être « un auteur de SF ». Et ici encore les citations venues de « la grande littérature » abondent : Pound, Kafka, Kadaré, Buzzati etc. Cet exhibé. L'essentiel n'est pas là, il est peut-être dans le fait que ces 7 portraits sont en fait 7 situations fantasmatiques, dans 7 lieux différents, et ont à voir, pour s'ancrer dans la réalité littéraire, avec des « mondes » qui relèvent soit de la SF soit du fantastique. Et que cette mise en scène des fantasmes, qui passe par la citation de rêves, est originale, en ce qu'elle permet de sortir des banalités que l'on écrit sur le sexe (difficile de se renouveler sur le sujet). Et ce qui est atteint c'est une sorte de re-création onirique d'un univers, pourtant en relation avec la réalité (colonialisme, génocides, totalitarismes) mais filtré à travers une figure féminine, une situation de fantasme irréductible. D'où une sorte de trouble à la lecture, comme devant du trop cru (mais rien de véritablement osé !). On peut s'étonner du rôle congru réservé à la SF, on peut être déçu par le répétitif de l'écriture, toujours semblable. Mais l'ensemble est une sorte d'auto/oniro/portrait qui n'est pas sans charme. La seule question qui se pose est pour moi celle-ci : le détour par la SF est-il nécessaire à Walther ? En quoi ?


Roger BOZZETTO
Première parution : 1/9/1985 dans Fiction 366
Mise en ligne le : 16/3/2005


 

Dans la nooSFere : 61960 livres, 57420 photos de couvertures, 56350 quatrièmes.
7958 critiques, 33877 intervenant·e·s, 1281 photographies, 3649 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.