Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Tous ces pas vers le jaune

Christian-Yves LHOSTIS




Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain - L'écart n° (1)
Dépôt légal : 4ème trimestre 1979
208 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-221-00334-9   
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
Un interminable couloir vert. Le sol, les parois, le plafond sont d'un vert uniforme, profond, puissant. Ceux qui y marchent, de la naissance à la mort, ont les yeux verts, portent des combinaisons vertes.
Parmi eux, Nils.
Nils marche dans un seul sens, comme tous les autres. II s'arrête de temps en temps pour se nourrir, lire, papoter, dormir à même le sol ou mieux, s'il y trouve une place, dans l'un des dortoirs d'une des Stations Principales. Dans ces Stations, quelques services automatiques : accouchoir, distributeur de vêtements, de cigarettes, douches, dispensaires de soins, trappe aux morts. Entre les Stations, dans les courbes, quelques infrastructures légères, lavabos, toilettes, distributeurs de nourriture, de livres.
Nils vit en marchant, comme tous les autres. Il pense, parle, aime au rythme de sa progression infinie dans le presque identique, Ie monochrome. Revenir en arrière lui paraîtrait absurde, pénible même. Il marche vers le jaune, vers ce couloir jaune habité d'êtres aux yeux jaunes, vêtus de combinaisons jaunes qu'il aperçoit sur les écrans disposés à intervalles réguliers le long des murs verts.
Son but absolu : atteindre le jaune, même s'il doit lui sacrifier le repos inespéré d'un dortoir, le presque amour d'une compagne de rencontre.
Et quand il aura atteint le jaune...

C'est dans le domaine de la science-fiction ou sur ses marges que s'effectuent aujourd'hui certaines des tentatives les plus significatives pour renouveler le roman, c'est là que bien des jeunes créateurs innovent. Sous le signe de cette convergence, Michel-Claude Jalard (directeur de la collection de découverte L'écart) et Gérard Klein (Ailleurs et Demain) ont uni leurs efforts pour vous présenter le premier roman de Christian-Yves Lhostis.
 
    Critiques    
     Ecoutez : tout ce que les petits crétins qui sévissent en ce moment dans la SF disent sur moi est vrai. Suis un débilos. Y comprend rien. Nul. A côté de mes pompes. J'avoue ! Hé, Bernard Blanc, t'as trop bu ? Qué pasa ?
     Oui ! Je reconnais tous les défauts qu'on me prête puisque je suis passé à côté d'un des meilleurs livres de la SF française contemporaine, publié en 79, j'en ai pas causé, c'est pas moi qui l'ai publié, connais pas l'auteur, c'est pas mon pote, il me mange pas dans la main comme les autres, etc.
     QUI ? Mais Christian-Yves Lhostis, voyons, un salopard qui a signé chez Laffont le roman le plus étrange, le plus nouveau, le plus différent de la SF d'aujourd'hui, Tous ces pas vers le jaune...
     Hé, Bernard Blanc, calme-toi, tu sais personne n'a causé de ce livre, à croire que personne ne l'a lu, personne n'a salué ce premier roman comme un événement. Ah bon, vous me rassurez, les gars. De n'être plus seul dans l'ignorance me fait du bien. Peut-être que finalement ceux qui disent du mal de moi sont encore plus bêtes que moi. Ouf ! Vais pouvoir dormir tranquille de nouveau.
     N'exagérons pas : avant Tous ces pas vers le jaune, il y a quelques séquences de THX 1138 (quand Lucas n'était pas encore gâteux), il y a les éternelles villes souterraines de la SF, tous les grands abris anti-atomiques du monde. Ou plus simplement les encombrements du métro parisien à 18 h un jour de grève des tax. Mais c'est tout : le reste est sorti tout droit de l'imaginaire AUTRE de Lhostis, que ce mec si je le connaissais, je lui paierais bien un pastis dans l'unique bistrot de mon village. Hé, tu m'appelles et je signe pour tes oeuvres complètes, OK ?
     Un couloir sans fin, et la couleur verte. On marche, on marche, on ne mange que des hot-dogs distribués par les murs, et on espère arriver un jour au jaune. On n'a pas trop le droit de revenir sur ses pas. On avance, on meurt, on baise par terre devant tout le monde, on se bouscule, on avance, on avance. Et sur les écrans muraux, du jaune. On en rêve. C'est le but de la vie... Lhostis tient 200 pages comme ça. Il construit un monde total et terriblement vraissemblable sur ces étranges notions. Pas d'animaux, pas d'arbres, pas de dehors.
     Métaphysique ? C'est sûr, et même très poétique, ça tombe bien moi qui déteste ça.
     Lhostis est photographe, il prépare trois autres livres dans le même cycle. Hé, j'achète toutes tes pelloches et tous les droits pour tes prochains romans. Hé, tu m'écoutes ?

Bernard BLANC (lui écrire)
Première parution : 1/12/1980 SF & Quotidien 2
Mise en ligne le : 22/5/2003


 

Dans la nooSFere : 62392 livres, 58341 photos de couvertures, 56870 quatrièmes.
7958 critiques, 34215 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.