Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Un air de sorcellerie

Elizabeth Ann SCARBOROUGH

Titre original : Song of Sorcery, 1982
Première parution : Bantam, 1982

Traduction de Gilles DUPREUX
Illustration de Wojtek SIUDMAK

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 5479
Dépôt légal : février 1994, Achevé d'imprimer : janvier 1994
288 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 2-266-05244-6
Format : 10,9 x 17,7 cm  
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Si mamie Brown ne changeait pas les troubadours en moineaux,
     Si Amberwine n'était pas sous le joug de Davie le Gitan,
     Si tante Sybil était moins douée pour lire dans le présent,
     Si les dragons n'avaient pas de chagrins d'amour,
     Si les ours n'étaient pas de remarquables politiciens,
     Si les chats qui parlent avaient meilleur caractère,
     Si les fantômes sans tête étaient moins obstinés...
     La vie de Maggie Brown, sorcière domestique de son état, serait monotone, certes, mais facile.
     Alors que là !
     Les quêtes, quand on a des centaines de casseroles qui attendent d'être briquées, ça vous est parfois d'un assommant !
 
     Un récit enjoué, aux péripéties débridées, dont les personnages ont le charme de l'innocence émerveillée. Il y a chez Elizabeth Scarborough de la farce directe et du second degré, le tout mélangé dans un grand chaudron de sorcière des lettres, et assaisonné de chansons et de ritournelles guillerettes. Au sommet de sa forme, elle nous livre ici un roman où tout est délice et... enchantement.
 
    Critiques    
     Maggie Brown est une sorcière. Pas une vraie sorcière, capable des sortilèges les plus terrifiants comme sa grand-mère, mais une sorcière aux pouvoirs plutôt « popotes » ; le genre domestique, très douée pour faire la cuisine à partir de presque rien, pour démarrer un feu ou pour nettoyer une salle de banquet d'un claquement de doigts. Et là où vit Maggie, au fin fond de la province (les Territoires du Nord), croyez bien que c'est beaucoup plus utile pour faire fonctionner la vie quotidienne que des charmes élégants et prétentieux !
     Maggie est la fille illégitime de Sir William, le maire-chevalier des Territoires du Nord, et d'une sorcière. Il ne lui en est pas tenu grief pour autant : depuis que sa demi-sœur (l'enfant légitime) s'est mariée avec un autre seigneur et que Sir William est handicapé, elle gouverne la région d'une main ferme.
     Jusqu'au jour où débarque au village un ménestrel, Colin, apportant en chanson la mauvaise nouvelle : la ravissante mais idiote demi-sœur, Amberwine, a trompé son noble mari avec un gitan, s'est enfuie avec ce dernier, et semble maintenant en bien fâcheuse posture...
     Il ne reste plus à Maggie qu'à courir à sa rescousse, aidée par son chat (parlant) Ching, et par le très réticent Colin. Suivent des aventures échevelées, des rencontres dangereuses mais souvent cocasses (une licorne qui choisit Maggie pour être sa gente demoiselle, une dragonne malade d'amour, un gnome grognon, une sirène, etc.), à travers une contrée pseudo-médiévale d'opérette.

     Je me suis toujours demandé à quel degré Elizabeth Scarborough écrivait ses romans, et à quel degré ses lecteurs étaient censés les lire ! Il y a une jubilation évidente dans l'amoncellement de clichés de fantasy, dans le détournement de thèmes assez gentillets, mais pourtant il ne s'agit jamais de gros humour au premier degré (comme chez un Piers Anthony) ni de délire parodique (comme chez un Terry Pratchett). Scarborough s'amuse visiblement, mais elle hésite toujours entre premier et second degré. L'équilibre est fragile, mais elle s'y maintient sans efforts apparents (contrairement à Nancy Kress — traduite chez J'ai Lu — qui fait tomber ses tentatives d'humour dans une « eau de rose » imbuvable). Un air de sorcellerie est le premier volume d'une série de quatre, « Songs from the Seashell Archives », suivant l'histoire de la famille de Maggie. Elizabeth Scarborough a également écrit, dans les mêmes tonalités, un conte des mille et une nuits, The Harem of Aman Akbar, et un improbable mélange de western et de fantasy, The Drastic Dragon of Draco, Texas. Ses tentatives de pur humour sont illisibles, par contre sa fantasy contemporaine, sérieuse (dans le contexte du Viêt-Nam) a été très remarquée. Ce n'est pas un auteur majeur du genre, et ce n'est rien de le dire (les critères de choix de Pocket m'échappent, vraiment), mais un écrivain agréable pour ceux qui aiment lire de temps en temps une bonne petite fantasy peu exigeante.

André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/9/1994 Yellow Submarine 111
Mise en ligne le : 6/3/2004


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66136 livres, 66053 photos de couvertures, 60942 quatrièmes.
8090 critiques, 36186 intervenant·e·s, 1459 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.