Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Vers l'âge d'or

Michel JEURY

Science Fiction  - Cycle : Goer de la Terre  vol.

Illustration de Terry OAKES
FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, coll. Anticipation n° 1260, dépôt légal : novembre 1983
192 pages, catégorie / prix : nd, ISBN : 2-265-02433-3
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Un beau jour, on s'était mis à compter les années à l'envers. — L'envoyé du Seigneur a dit aux hommes que l'histoire finirait pour toujours le 31 décembre de l'an 1. Le lendemain sera le premier jour de l'éternité. Le commencement du paradis...

 
    Critiques    
     Troisième volume d'une série aux mailles lâches, Vers l'âge d'or peut se lire comme un roman indépendant. Le titre, très jeuryen puisqu'il semble promettre une exploration de l'utopie, peut laisser sur sa faim : car, plus que les précédents ouvrages de l'auteur au Fleuve, celui-ci est typiquement un roman d'aventures, avec poursuites, bagarres, enlèvements, dans le cadre d'une Terre où le Moyen Age (arbalètes et caves suintantes) jouxte la technologie (astronefs et lasers) — donc proche de l'heroic fantasy. Et c'est tant mieux : souvent les Jeury du Fleuve restent trop serrés dans une intrigue confuse, un vocabulaire compliqué valables chez « Ailleurs et demain », mais qui peuvent désorienter le lecteur moyen de la collection... Ici l'auteur s'est épuré, s'est débarrassé de ses tics, qui sont sa marque, mais peuvent se révéler encombrants à l'usage ; et même le dos de l'ouvrage (« un jour on s'était mis à compter les années à l'envers ») est faussement dickien : ce n'est pas le temps qui rebrousse, seulement l'Histoire — ce qui voudrait peut-être bien dire, à la suite de l'intrigue, que l'utopie ce n'est pas pour demain, ni même pour avant-hier.
     Si Jeury (qui se déclare aujourd'hui incapable d'écrire des nouvelles, où il se sent trop à l'étroit), reste encore piégé dans les 300000 signes d'un Fleuve (certains passages du récit sont mis en ellipse, ou résumés), sa narration lisse, qui colle à la quête d'un adolescent, coule comme... un Fleuve. Descendons-le, non pas en flammes, mais ensemble.


Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/2/1984
dans Fiction 348
Mise en ligne le : 1/12/2005


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.