Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
De Bons présages

Neil GAIMAN & Terry PRATCHETT

Titre original : Good Omens, 1990
Première parution : Londres, Royaume Uni : Gollancz, mai 1990
Traduction de Patrick MARCEL
Illustration de Rowena MORRILL

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (1992 - 2001, 3ème série - dos violet/blanc) n° 3892
Dépôt légal : février 1995, Achevé d'imprimer : 16 février 1995
Première édition
Roman, 448 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 2-277-23892-9
Format : 11,0 x 16,5 cm
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     Terry Pratchett et Neil Gaiman
     Britanniques, ex-journalistes et joyeux lurons tous les deux. Le premier élève des plantes carnivores, le second collectionne les T-shirts noirs.
 
     L'Apocalypse ! Depuis le temps qu'on en parle... Eh bien, c'est pour demain. Enfin, dans onze ans, très exactement.
     Depuis que Dieu créa le monde et Satan l'enfer, chacun des deux cherche à tirer la couette à lui. Pour défendre leurs intérêts respectifs, ils ont leurs envoyés spéciaux sur terre. Côté Bien : Aziraphale (ange de son état, bibliophile et libraire à mi-temps). Côté Mal : Rampa (démon, lunettes noires et boots en peau de serpent, propriétaire d'une Bentley). Et l'Apocalypse, ça ne les arrange pas du tout. Parce que, vous savez ce que c'est, quand on vit quelque part depuis des siècles, on a ses petites habitudes. Alors ange et démon vont doubler leurs patrons et tout mettre en oeuvre pour faire capoter l'Apocalypse.
     Hilarant, iconoclaste, un vrai feu d'artifice !
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition AU DIABLE VAUVERT, (2002)

     Catastrophe ! Mécontents de notre monde, le Ciel et l'Enfer ont décidé d'organiser l'Apocalypse, rien que cela. Les puissances démoniaques ont donc envoyé l'Antéchrist sur Terre, sous la forme d'un jeune enfant destiné à prendre possession de ses pouvoirs diaboliques le jour de son onzième anniversaire.
     Mais Aziraphale, ange bibliophile, et Rampa, démon très in, ne l'entendent pas de cette oreille. Au cours des siècles, ils se sont découvert beaucoup de points communs, et se sont habitués à notre bonne vieille planète : en conséquence, ils regretteraient beaucoup de la voir disparaître... Ils décident donc de s'allier afin de déjouer les plans des forces supérieures... qui finalement n'ont pas vraiment besoin qu'on leur mette des bâtons dans les roues, elles arrivent très bien à cafouiller toutes seules, merci.
     On connaît le talent d'humoriste de Terry Pratchett, notamment à travers Les Annales du disque-monde, série chère aux amateurs de fantasy ; et celui de narrateur de Neil Gaiman, qui, de Neverwhere à Stardust, offre toujours des histoires bien ciselées et cohérentes. Dans De bons présages, ces talents se conjuguent en un feu d'artifice : à mourir de rire, le récit allie une dérision toute britannique, lors de passages gentiment iconoclastes, à de nombreuses références à la culture populaire, de John Le Carré à Queen en passant par Star Wars. Mais il ne s'agit pas non plus d'une simple farce, comme ont parfois pu l'être certains opus du disque-monde ; le livre alterne également une réflexion en filigrane sur les volontés de Dieu et du Diable, avec des passages tendres et drôles, comme lors de la description des jeux d'enfant du gentil petit Antéchrist avec ses copains.
     Pratchett et Gaiman se complètent parfaitement le long de ce livre délicieux : De bons présages est l'occasion de retrouver ces deux grandes pointures des littératures de l'imaginaire le temps d'un conte tendre, pas totalement gratuit, et surtout, véritablement hilarant.

Lionel DAVOUST (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/3/2002
dans Galaxies 24
Mise en ligne le : 11/9/2003


Edition J'AI LU, Fantasy (2007 - ) (2016)

     Quand paraît ce livre, Terry Pratchett est un auteur déjà célèbre, une dizaine de tomes des « Annales du Disque-Monde » a paru. Pour Neil Gaiman, en revanche, il s’agit d’une première. S’il a déjà livré les premiers épisodes de Sandman et de Black Orchid, il n’a encore jamais publié de roman. Les deux auteurs se connaissent depuis 1985, ils décident donc d’écrire ce livre à quatre mains, faisant progresser l’intrigue à travers de longues conversations téléphoniques et une palanquée de disquettes (oui, oui, nous sommes à la fin des années 80, et le livre ne saurait le renier, car il est très marqué dans son esthétique – sans qu’on y trouve à redire). Pratchett a affirmé par la suite en avoir rédigé environ les deux tiers, et ce pour plusieurs raisons : la nécessité d’un seul responsable donnant l’unité de ton au roman, et le fait que Gaiman était par ailleurs très occupé par Sandman. Pour sa part, Gaiman indique qu’à la base, Pratchett a sans doute écrit plus de choses que lui, mais vu le nombre de fois où les textes ont été échangés, modifiés, complétés par l’un ou l’autre, il était ardu de dire à la fin qui avait écrit quoi. On ne saurait lui donner tort : à la lecture, il apparaît difficile de discerner les apports de chacun. Disons que le livre ressemble plus à du Pratchett parce qu’il est ouvertement humoristique, et que c’est un terrain de jeu plus habituel pour l’auteur des « Annales du Disque-Monde » que pour Gaiman.

     Un ange, Aziraphale, qui gardait le Jardin d’Eden, et Rampa (Crowley, en VO), un démon qui dans sa précédente incarnation fut le serpent à l’origine de la tentation d’Ève, sont à présent parmi nous, et exercent la digne fonction de représentants du Bien et du Mal sur Terre. Quand, soudain, la nouvelle tombe : est venu le temps de l’Antéchrist, porteur de la Malédiction qui s’abattra sur le monde, le poussant à sa perte. Plus enclins à défendre leur intérêt personnel, qui leur dicte de ne rien changer, qu’à défendre les intérêts de leurs camps respectifs, l’un et l’autre vont tomber d’accord pour embrouiller la situation et procéder à l’échange du bébé Antéchrist avec un bébé normal. Quelques années plus tard, l’Antéchrist s’appelle ainsi Adam Young. Il a onze ans et mène une existence tout à fait ordinaire d’enfant britannique, même s’il utilise ses pouvoirs pour façonner le monde tel qu’il le conçoit, sans même s’en apercevoir. Ailleurs, Anathème Bidule tente de décrypter les prophéties d’Agnès Barge, son ancêtre d’il y a plusieurs siècles, une sorcière dont les prédictions étaient tellement obscures que depuis, ses descendants n’ont eu de cesse de les révéler. Le jour où Anathème rencontre Newton Pulsifer, un authentique chasseur de sorcières, elle va brusquement progresser dans sa compréhension des prophéties, qui se révéleront redoutablement visionnaires…

     Ce résumé ne donne qu’une maigre idée de l’intrigue concoctée par les joyeux lurons. Des clins d’œil à foison : le titre anglais, Good Omens, fait ouvertement référence à The Omen (La Malédiction), de Richard Donner, mais on y trouve aussi des mentions de L’Exorciste et d’autres romans ou films apocalyptiques ; l’un des personnages les plus emblématiques de Pratchett y fait une apparition remarquée. Une intrigue éclatée qui vous emmène de droite à gauche, a priori de manière aléatoire, mais qui réussit toujours à retomber sur ses pieds, tout en ne vous laissant aucun moment de répit pour réfléchir à la cohérence globale de l’ensemble. Des personnages tous plus barrés les uns que les autres. Et des notes de bas de page qui prolongent l’humour omniprésent, pour ceux qui en redemanderaient. Il faut dire que Gaiman et Pratchett ont mis la barre haut : pas une scène qui ne soit détournée ou parodique, pas un protagoniste qui ne soit barge, pas une réplique qui ne fasse mouche… Certains trouveront peut-être cet amoncellement indigeste, mais gageons que l’immense majorité des lecteurs saura apprécier ces Bons présages pour ce qu’ils sont : un roman fun, écrit par deux auteurs en pleine fusion créatrice ; une œuvre d’une grande fraîcheur et d’une jubilation de tous les instants.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/4/2016
Bifrost 82
Mise en ligne le : 22/8/2022

Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Patrick Marcel : Atlas des brumes et des ombres (liste parue en 2002)

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
Good Omens , 2019, Neil Gaiman, Terry Pratchett (Mini-série)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77971 livres, 89477 photos de couvertures, 73920 quatrièmes.
8688 critiques, 42390 intervenant·e·s, 1628 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.