Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Cinquième dimension

Marcel G. PRÊTRE



Illustration de Michel GOURDON

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Angoisse n° 165
Dépôt légal : 3ème trimestre 1969
256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Emporté par son goût de l'aventure, Marcel G. Prêtre fut guide de chasse professionnel, en Afrique. Après quelques années d'une existence, très agitée, en particulier chez les Pygmées, il réintégrait l'Europe et était engagé par une grande firme américaine comme pilote de courses automobiles, II obtint vingt-quatre victoires internationales et participait à plusieurs reprises au Rallye de Monte-Carlo sous les couleurs de Porsche.
     Auteur, entre-temps, d'une cinquantaine de romans policiers et d'aventurés et de plus de cent pièces radiophoniques, il a écrit les scénarios de plusieurs films de long métrage et de télévision.
     Et Frédéric Dard, alias Commissaire San-Antonio, dît de lui :
     « Ce grand bougre de Suisse est de tous mes amis le — plus authentiquement français ! »
 
    Critiques    
     On se demandera, sans doute, comment un tel livre a pu passer le cap d'un comité de lecture. Qu'à cela ne tienne, l'auteur et l'éditeur, de concert, vont nous le faire savoir. En premier lieu, par un avertissement placé au dos de la couverture et qui nous affirme que Marcel Prêtre dispose d'un passé de cinquante romans policiers. De surcroît, Frédéric Dard-San Antonio aurait dit de ce Suisse qu’il était « le plus français de ses amis ». Nous voilà donc rassurés, l'auteur est bien introduit. Mais lui-même achève de nous convaincre par un procédé digne de son génie.
     En baptisant les héros de son pseudo-roman de noms ô combien évocateurs – Frédéric Bard ou Armand de Camare, par exemple –, le Prêtre réussit son habile exorcisme. Aucun doute ne peut subsister. Et il n’est plus nécessaire de rechercher dans le texte ce qui aurait bien pu envoûter le susdit comité. (Ceux qui n’auraient pas compris sont priés de se reporter à leur Fleuve Noir habituel.)
     Toutefois, comme il faut bien achever ce qui a été entrepris, nous dirons tout de même deux mots de cet ouvrage. L'histoire... ou plutôt l'absence d'histoire se déroule en Sologne, en décembre, par temps de froidure et de pluie. (Où sont les Seignolle d'antan ?) Après une journée de chasse, nos héros s'en retournent au logis quand le pépin arrive, caractérisé par l'enlisement de leur véhicule. Qu’à cela ne tienne, le domestique ira chercher de l'aide et l'auteur, pendant ce temps, pourra expédier nos personnages vers le signal qui perce la nuit : un château inhabité qui semble avoir retrouvé un habitant.
     Mais l'esprit inventif de Marcel Prêtre ne s'arrête pas en si bon chemin. Une fois réunis au château, nos charmants héros vent nous conter chacun leur petite histoire. Et alors... alors, c'est du délire. Les poncifs se succèdent, s'enchevêtrent, s'amalgament. On devine l’écrivain saturé d'Andersen, Perrault ou autres frères Grimm. La digestion s'est avérée pénible. Nous avons là le triste produit du lent travail organique. C’est la flûte enchantée, doublée d'un transfert temporel avec les trois vieux de rigueur ; une auto 1900 qui revit et, avec elle, la vieille propriétaire défunte ; et n’oublions pas le portefeuille dont l'unique billet se trouve indéfiniment remplacé. Bref, il ne manque au tableau qu'une adaptation de « l'homme-de-la-misère qui a autant-d'enfants-que-de-pierres-dans-son-champ ». Gageons que notre Prêtre comblera bientôt cette lacune.

Jean-Pierre FONTANA
Première parution : 1/10/1969 dans Fiction 190
Mise en ligne le : 16/11/2001

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, Super-luxe (1984)


 
     Réédition d'un « Angoisse » publié en 1969 (donc relativement récent, et tardif par rapport à la collection, qui s'est arrêtée en octobre 1974), La cinquième dimension présente plusieurs points d'originalité : d'abord c'est (au moins dans cette collection) le seul ouvrage fantastique de l'auteur, qui est un prolifique écrivain de polars, ensuite c'est sans doute le seul « Angoisse » qui se présente comme un recueil de nouvelles. Bien sûr, l'auteur triche en ce sens que lesdites nouvelles sont des récits que se racontent les participants d'une soirée de chasse réunis dans un lugubre château au sein d'une Sologne pluvieuse, mais l'effet est bien le même. Si l'on passe sur les clins d'œil (il y a un auteur nommé Frédéric Bard, et un certain Armand de Camare : Armand de Caro, directeur des Editions du Fleuve Noir dans les années 60), l'ouvrage est agréablement écrit (ce qui était rien moins que courant en « Angoisse »), et les récits successifs, cinq, qui sont toutes de classiques histoires de fantôme ou de disparition, nous titillent gentiment les neurones, surtout la dernière, la plus longue, basée sur le traditionnel amour fou pour une disparue qui a encore de la chair sur le squelette. En somme un « Angoisse » en marge, feutré et climatique, qu'on (re) découvrira avec plaisir.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/9/1984
dans Fiction 354
Mise en ligne le : 22/12/2008




 

Dans la nooSFere : 62443 livres, 58474 photos de couvertures, 56924 quatrièmes.
7958 critiques, 34227 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.