Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Étreinte de Vénus

Edmund COOPER

Titre original : Kronk, 1970

Traduction de Roland DELOUYA
Illustration de KELECK

Jean-Claude LATTÈS (Paris, France), coll. Titres/SF n° 51
Dépôt légal : 1er trimestre 1982
246 pages
ISBN : néant   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Un jour Gabriel Chrome décida de se suicider. Ce n'était pas la première fois mais ce fut son dernier essai. En effet, ce soir là, sur le même pont, Camilla Greylaw, habillée de son seul collant résille, se nouait une corde autour du cou. Ils se rencontrèrent, se plurent, s'aimèrent. Ce fut le début d'une magnifique histoire d'amour qui engloutit bientôt tout l'univers. Camilla était l'unique porteuse d'une maladie vénérienne qu'ils voulurent transmettre à toute la race humaine car son virus rendait doux comme un agneau. Ce fut fatiguant et ils durent payer de leurs personnes. Mais ils avaient la foi. Et le virus avait des effets secondaires certains. Ce fut une belle apocalypse !

Edmond Cooper est né en Grande-Bretagne le 30 avril 1926. Après quelques années dans la Marine marchande, il devient professeur et commence une carrière littéraire. Ecrivain prolifique, grand inventeur de cataclysme en tous genres où son sens de l'humour noir fait prodige, il a atteint l'un de ses sommets avec son célèbre Jour des Fous.
 
    Critiques    
     Edmund Cooper, malgré ses quelque dix-huit romans et sa demi-douzaine de recueils de nouvelles parus en Angleterre, suscite de ce côté de la Manche fort peu d'échos, et la plupart de ses livres autrefois publiés chez nous sont actuellement indisponibles ; en ce sens, la parution de L'étreinte de Vénus constitue un petit événement, même si ce roman déjà ancien (1970) n'est pas très marquant.
     Le professeur Greylaw, employé par Micro Guerre, organisme gouvernemental chargé de la recherche militaire, a mis au point le virus d'une maladie vénérienne qui ôte à ceux qui en sont victimes l'instinct d'agressivité. Mais le professeur meurt écrasé par une rame de métro et le secret de sa découverte demeure inentamé ; seule sa jeune épouse à qui il avait inoculé le virus sait de quoi il retourne. Elle entreprend alors, avec l'aide enthousiaste de son nouveau mari, de contaminer le plus grand nombre de personnes possibles.
     On le voit, L'étreinte de Venus repose sur un scénario réjouissant et délirant ; les amants complices pénètrent peu à peu les couches de la société, et leur surprenante croisade rebondit d'événement burlesque en farce grinçante — car, fidèle à son caractère pessimiste, Cooper ne se contente pas de faire rire mais amène peu à peu son histoire à devenir celle d'une fin du monde très noire. Critique impitoyable et légère en même temps que délassement hilarant, L'étreinte de Vénus est un livre qui se lit d'une traite. Et l'humour n'est pas chose si fréquente en matière de science-fiction...

Emmanuel JOUANNE
Première parution : 1/6/1982 dans Fiction 330
Mise en ligne le : 6/9/2006


 

Dans la nooSFere : 62617 livres, 58848 photos de couvertures, 57106 quatrièmes.
7958 critiques, 34343 intervenant·e·s, 1333 photographies, 3654 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.