Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Humanoïdes

Jack WILLIAMSON

Titre original : The Humanoids, 1949
Première parution : Astounding Science Fiction, mars à mai 1948. En volume : Simon & Schuster, 1949
Traduction de Philippe STERNE
Illustration de Pierre FAUCHEUX

STOCK , coll. Stock - evasion n° 2
Dépôt légal : 1er trimestre 1971
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Ce roman se situe à grande distance de nous dans le temps et l'espace : sur une planète autre que la terre, dans un futur très lointain.
     Le héros, un jeune savant, le Docteur Forester, a découvert une science nouvelle : la rhodomagnétique. Il se voue corps et âme à ses recherches et néglige sa femme Ruth. Celle-ci trouve une consolation dans l'amitié de Frank Ironsmith, jeune homme assez énigmatique, mathématicien subtil, qui travaille sous les ordres de Forester. Mais une invasion d'humanoïdes déferle sur la planète. Les humanoïdes sont des robots, oeuvre d'un savant. Leur devise est : « Servir, obéir et protéger l'homme de tout péril ».
     Le Docteur Forester se rend compte que si ces humanoïdes donnent le bonheur à l'espèce humaine, ils la conduisent à un genre de matérialisme stagnant, qui bannit la lutte et annihile l'effort. Forester décide de les combattre avec quelques fanatiques.
     Les efforts du Docteur Forester sont constamment déjoués par les humanoïdes. Il a le chagrin
     de voir Ironsmith travailler pour eux et lui prendre sa femme. La lutte s'engage alors entre Forester et son ancien assistant...
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition POCKET, Science-Fiction / Fantasy (1988)

     Que sont les humanoïdes ? De gentils robots dont l'unique souci est d'assurer le bonheur des hommes, un bonheur parfois insoutenable ? Ou bien des créatures mécaniques qui cherchent à asservir les humains sous couvert de les rendre heureux et de les protéger contre eux-mêmes ?
     Le docteur Forester ne se pose pas la question. Pour lui, les humanoïdes constituent une plaie qu'il faut éliminer à tout prix. Loin de servir l'homme à bon escient, ils le privent de la plus grande partie de sa liberté et de son libre arbitre. Il les combattra donc jusqu'au bout et devra pour cela découvrir une arme nouvelle : les forces psychophysiques. Arme à double tranchants parce que leur action ne peut s'orienter que dans un but constructif, nullement destructif. Vous l'avez compris, Forester n'a aucune chance de vaincre les humanoïdes ou de transformer la Prime Directive qui guide tous leurs actes.
     Cette réédition nous offre un classique des années 50 (1949 est l'année de sa publication, pour être exact) qui a perdu quelque peu de sa fraîcheur, mais c'est normal. Malgré un début assez laborieux, compte tenu des longues descriptions pseudo-scientifiques sur le Rhodo-magnétisme, le roman aborde finalement un sujet grave d'une façon plaisante. Les révélations expliquant le mystère de l'alliance de certains hommes avec les humanoïdes sont décevantes et le dénouement ne se révèle pas explosif comme il aurait pu l'être.
     Les relations entre les robots et les hommes ne sont pas faciles. Parce que les robots présentés ici sont de vrais robots, et les hommes tout simplement des hommes. Quand une machine impose quelque chose à un humain, ce dernier ressent très mal cette intrusion dans sa liberté, encore plus mal que si elle venait d'un autre humain. Allez comprendre quelque chose à ça ; car après tout, ces robots, il a bien fallu qu'un homme les programme...

Éric SANVOISIN
Première parution : 1/7/1988
dans Fiction 399
Mise en ligne le : 27/3/2003


Edition LIVRE DE POCHE, SF (1ère série, 1977-1981) (1977)


[critique des 4 premiers n° de la collection SF au Livre de Poche : En attendant l'année dernière, de Philip K. Dick (n° 7 000), Les masques du temps, de Robert Silverberg (n° 7 001), La maison au bord du monde, de William Hope Hodgson (n° 7 002), Les humanoïdes, de Jack Williamson (n° 7 003)
note nooSFere]

     Succédant aux « Histoires de... » (12 volumes parus, mais 24 autres sous pression), c'est maintenant une série de romans que le Livre de Poche lance sur le marché, en plein dans les gencives de J'ai lu : prix équivalent, tirage aussi, réédition des grands classiques du genre, aucune mention « science-fiction » sur les couvertures (des photomontages plus réussis que ceux des recueils déjà mentionnés). Dans le premier arrivage groupé, un bon Dick un peu dingue de 1966 (oscillation du temps et désagrégation de l'univers), un Silverberg intéressant mais quelque peu fabriqué (un voyageur du futur exacerbe les contradictions du présent), un Hodgson marin pour ceux qui aiment la mer et Hodgson, enfin et surtout un Williamson superbe et métaphorique de 1948 (l'aliénation de l'homme aux machines qu'il a lui-même construites pour le servir) qui, bien que ne valant pas tout à fait la nouvelle fulgurante qui est à sa base (Les bras croisés. Fiction spécial 11 ), est un de ces classiques de la SF qu'il faut avoir lu si on ne veut pas mourir idiot. Souhaitons donc bonne route à cette nouvelle non-collection, dirigée par Michel Demuth et Jean-Baptiste Baronian, un couple inattendu qui symbolise peut-être, béni par l'archiprêtre Hachette, le mariage secret d'Opta et de Marabout.
 

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/3/1977
dans Fiction 278
Mise en ligne le : 1/7/2012

Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78613 livres, 90598 photos de couvertures, 74578 quatrièmes.
8864 critiques, 42750 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.