Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Joyaux d'Aptor

Samuel R. DELANY

Titre original : The Jewels of Aptor, 1962
Première parution : Ace, 1962

Traduction de Arlette ROSENBLUM
Illustration de Sergio MACEDO

OPTA , coll. Galaxie-bis n° 41/131
Dépôt légal : 1er trimestre 1975
Roman, 256 pages
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
Porteurs des Joyaux, nous vous avons amenés ici pour vous avertir.

Nous sommes les formes les plus intelligentes de cette planète. Nous avons observé depuis le delta du Nil l'édification des pyramides ; nous avons assisté au meurtre de César depuis les rives du Tibre.
Nous avons regardé l'Angleterre détruire l'Armada et nous avons suivi le grand poisson de métal de l'Homme à travers l'Océan, avant le Grand Incendie atomique. Nous vivons dans la houle asexuée de l'Océan. Nous venons en contact avec les hommes seulement lorsqu'ils sont boursouflés par la mort.

    Sommaire    
1 - J. F. BONE, Combler un océan (To choke an ocean), pages 223 à 250, Nouvelle
 
    Critiques    
 
     En avril 1975, les éditions OPTA ont publié (GALAXIE-BIS n° 41) une nouvelle œuvre de Delany - nouvelle au sens d'inédite en France, mais non d'écrite récemment : The Jewels of Aptor est en effet le tout premier roman de Delany ; il date de 1968 et non de 1961 comme l'indique le copyright 1. Lus après les très grands chefs - d'œuvre que sont Nova et Babel 17, les Joyaux d'Aptor risquent de décevoir ; mais si l'on considère qu'ils sont d'un auteur de dix-neuf ans, ils sont absolument remarquables. Il s'agit certes d'une science - fiction beaucoup moins avancée, « heroic-fantasy », d'ailleurs, plutôt que « space-opera », l'hypothèse post-atomique justifiant toutes les mutations monstrueuses et toutes les régressions sociales - mais on y trouve déjà, à l'état naissant, tous les types humains et tous les thèmes métaphysiques qui ont donné, depuis, sa riche personnalité, à l'œuvre du romancier-poète noir : un jeune Noir, bien sûr, limmi ; un poète, Geo, et une poétesse, l'adolescente Argo ; un petit paria, Serpent, brutalisé et inquiétant, diminué et surhumain ; les jeux de l'ombre et de la lumière, et la fascination de la flamme (feu ou radiation) ; « splendide symbole de vie... et de mort » (p. 61 ) ; les heurts du blanc et du noir, « la déesse blanche Argo et le dieu noir Hama » (p. 33), avec la progressive révélation que l'une n'est pas toute bonne et l'autre l'ennemi absolu, mais qu'ils sont profondément liés, et qu'« Argo a un ennemi plus important qu'elle doit vaincre : elle - même » (p. 1 59).
     Car le mal, c'est le pouvoir sur les autres hommes (« Aucun homme ne peut exercer un pouvoir absolu sur d'autres hommes et conserver son esprit intact. En effet, si bonnes que soient ses intentions quand il prend le pouvoir, son autre raison est que la liberté — la liberté d'autrui et finalement la sienne - le terrifie », p. 186) - pouvoir porté à son maximum au moyen d'une mystérieuse technique et symbolisé par les trois joyaux d'Aptor, comme par les anneaux chez Tolkien 2 ; mais, alors que chez ce dernier l'équipée de Frodo et Sam a pour but de jeter l'anneau-maître dans les flammes en dépit de Sauron, le seigneur du mal, ici c'est le dieu noir incarné lui-même - qui sait que « les joyaux sont une mauvaise chose » mais aussi que lui et les siens sont « contaminés » et que « les joyaux ont été utilisés trop souvent et abusivement si bien que maintenant nous ne pouvons pas les détruire » - qui fait venir par la ruse Geo, limmi, Serpent et Urson pour les voler (p. 186) ; c'est dans la mer qu'ils les précipitent finalement, non sans avoir été infectés plus ou moins fatalement par leur pouvoir maléfique, comme Boromir et même Frodo chez Tolkien : « C'est une vie qui fait... et qui brise les hommes » (p. 13).
     C'est dire que l'aventure est, plus profondément, un véritable itinéraire initiatique, étrangement parallèle à celui du petit mousse et du vieux cuisinier dans La Montagne morte de la vie de Michel Bernanos (Pauvert, 1967), par la mer tempétueuse, la forêt monstrueuse et les pentes vertigineuses. Mais, alors qu'il aboutit, chez le fils du grand écrivain croyant, à la révélation du mal absolu et à la pétrification en présence de l'œil flamboyant du volcan, chez Delany le feu de mort (pile atomique éventrée) n'est qu'une épreuve dont on triomphe, une étape de la révélation, complétée dans les temples adverses et complémentaires des blanches prêtresses aveugles et du dieu noir, et surtout dans les domaines glauques des êtres aquatiques plus anciens et plus sages que les hommes. S'ouvrant sur la révélation à une enfant très jeune, très sensible et très intelligente, du mal injustifiable (« Je ne peux pas continuer à répéter que c'était affreux. Je crois que je vais écrire un poème », p. 10), le livre se poursuit, par d'autres souffrances et d'autres poèmes, jusqu'à « l'expérience religieuse fondamentale » (p. 216), perçue d'ailleurs dès le début, mais sans être comprise : la réconciliation de « la confusion, la souffrance, le désordre » avec « le grand ordre évident dans quelque chose comme la mer, avec son rythme, ses marées et ses vagues, son calme irrésistible » (p. 216). Est-ce à dire que cette expérience mystique fait de toute l'action qui y a amené une vaine agitation ? Non, il ne s'agit pas d'accepter passivement un ordre préétabli, naturel ou divin : c'est l'homme qui, « avec ses motivations constamment contradictoires, est toujours en train de réconcilier les contraires » (p. 216).
     On le voit, Delany, s'il lui restait à développer ses moyens jusqu'à leur, plénitude ; avait trouvé d'emblée son style et sa vérité.

Notes :

1. A moins qu'il ne s'agisse d'une version remaniée.
2. Cf. FICTION n° 256. L'influence du Seigneur des Anneaux semble assez nette dans les Joyaux d'Aptor.

 

George W. BARLOW
Première parution : 1/10/1975 dans Fiction 262
Mise en ligne le : 5/1/2015


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68919 livres, 76198 photos de couvertures, 63962 quatrièmes.
8350 critiques, 36518 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.