Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Mort à l'étouffée

Jean-Pierre HUBERT


Illustration de SYTTI

KESSELRING , coll. Ici et maintenant - Romans n° 2
Dépôt légal : 2ème trimestre 1978
Première édition
Roman, 208 pages
ISBN : néant
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
Un monde en réduction qui erre dans l'espace, protégé par une bulle transparente.
Partout des bureaucrates et des militaires.
Et au milieu : un immense entonnoir en bouillonnement d'où surgissent sans cesse des marchandises, des machines, des livres, et même... des nouveau-nés. Il faut classer et contrôler tout ça. Puis, un jour, quelques-uns se mettent à crier qu'ils en ont assez, qu'ils veulent s'échapper de la bulle.

Jean Pierre HUBERT a publié son premier roman de science-fiction en 1975. Puis, 3 ans de silence. C'est trop. Il revient aujourd'hui avec un très grand livre sur la décomposition du capitalisme.

Avouez-le : vous êtes, vous aussi, en train de mourir à l'étouffée.
Critiques
 
     SF USER ALLES

     Suivi d'un matériau bio-biblio-photographique, avec une couverture de Sytti, voici le second roman de J.P. Hubert. Le premier, paru en 1975 dans la collection Nebula (OPTA), Planète à 3 temps n'avait obtenu qu'un succès d'estime. Hubert était, jusqu'ici, l'auteur d'excellentes nouvelles comme Le code du Bo. hu. (Mouvance I) ou Retour au pays qui fut (Planète Socialiste). Il accomplit peut-être ici, passage difficile, sa métamorphose de romancier. Sans rien renier de ses options ni de ses intérêts (voir bio) il produit un roman qui les articule en une séquence pleine. Pourtant ça commence assez mal. Mais le lecteur qui s'arrêterait aux premières pages aurait tort. Peu à peu les clichés s'animent. En plus, il s'agit de Pouvoir : les discours à ce sujet attirent le ressassement. Pas ici. Après un peu de sur-place, comme un bon sprinter de demi-fond, Hubert lance son récit avec maîtrise. Ce n'est pas un récit de quête, à la van Vogt. Ni une recherche d'identité, comme beaucoup de romans sur le pouvoir. D'abord, c'est un monde à la Farmer, mi Monde du Fleuve, mi Univers à l'Envers, ce qui situe la quête du réel dans un ailleurs non réduplicatif. Monde insensé, dont la découverte est l'objet (mais non le sens) de l'œuvre. Autre point de fuite : la présence d'une héroïne centrale, seule porteuse de rupture. Et ces images d'un avortement galactique-destruction des Imago dans la matrice spatiale, afin d'empêcher la re-production des structures de pouvoir sont parmi les alcools forts de la SF française. Le reste avec ses lenteurs est une sage préparation de ce seuil spasmodique, d'une beauté palpable. Le pessimisme et la révolte, régénérés, présentés dans leur pureté lucide et incomprise. Roman aux replis fascinants, où la prose d'Hubert, son attention aux détails chargés de toute une incongruité poétique, s'étale dans l'opacité sans cesse renaissante des fantasmes.

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/9/1978 dans Fiction 293
Mise en ligne le : 28/5/2010

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74751 livres, 83839 photos de couvertures, 70436 quatrièmes.
8538 critiques, 40609 intervenant·e·s, 1575 photographies, 3739 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.