Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Mémoire

Mike McQUAY

Titre original : Memories, 1987
Première parution : New York, USA : Bantam Spectra, juin 1987

Traduction de Hélène COLLON

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain n° (116)
Dépôt légal : octobre 1988
Roman, 432 pages, catégorie / prix : 120 FF
ISBN : 2-221-05663-9   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Voici la plus étrange histoire de voyage dans le temps jamais contée.
     Silv, une femme venue de l'avenir le plus lointain, a découvert une drogue qui lui donne le moyen d'explorer les mémoires de ses ancêtres. Mais, avant de se rendre compte de l'importance de sa découverte, elle l'a testée sur un cobaye, Hersh, un soldat de ce futur sans tendresse. Il a fui dans le passé. Il habite l'âme de ceux de ses lointains parents qu'il choisit de contrôler à sa guise.
     Silv part à sa recherche car elle craint que Hersh ne modifie l'histoire. II faut qu'elle le persuade de revenir de lui-même. Et parce qu'elle sait que Hersh est fou, elle enrôle au XXe siècle finissant un psychiatre, David Wolf, lui-même constellé de problèmes, qu'elle convainc d'essayer cette drogue en empruntant le corps de Liz, la sœur de David.
     Et comme Hersh a choisi de s'installer dans le corps de Napoléon Bonaparte au moment de la campagne d'Egypte, l'histoire du monde pourrait bien basculer...

     Mais ce roman n'est pas une uchronie ordinaire. C'est l'histoire d'une plongée dans le temps, dans les profondeurs troublées des êtres, et c'est aussi la plus fantastique des histoires d'amour, celle qui se noue entre Silv et David, à travers le temps et à travers des corps interposés qui ne sont pas les leurs.
 
    Critiques    
     Précisons d'abord que c'est une histoire carrée, cohérente, extraordinaire et pourtant vraisemblable, au sens très particulier de ce terme en science-fiction. Le tout en fait un livre qu'on ne lâche pas facilement, mais qu'on ne peut, non plus, lire par petites tranches, car on doit s'imprégner de l'atmosphère pour en profiter au maximum. Ce n'est pas un voyage dans le temps. Et pourtant on se déplace dans les trames temporelles depuis un futur lointain — très Métropolis en kitsch — jusqu'à l'inévitable Passion du Christ, en passant par la quotidienneté de l'American way of life de la jet society de notre époque. Ce n'est pas une uchronie, car rien n'est en fait changé de l'histoire que l'on connaît. Mais on se trouve quand même dans la position de celui qui pourrait changer l'histoire. En fait, dans une certaine mesure c'est une sorte de conte de vaudou : des esprits d'hommes du futur « chevauchant » des corps « hôtes » involontaires pour les agir à leur guise. De la même manière, certains individus ont accès à la drogue future qui permet ces trips temporels. Trip qui dure même un certain temps après la mort (en son temps) du porteur, dont l'esprit continue d'avoir une existence et une efficacité dans le « chevauchement » des corps qu'il hante. Sur cette trame spéculative, on suit un guerrier du futur qui chevauche Bonaparte et finit par mourir à sa place ; une histoire d'amour entre un américain moyen et une femme du futur par le moyen des corps de deux adolescents sous le règne de Napoléon ; quelques aventures épisodiques dans les parages d'Alexandre ou de la Galilée pré-chrétienne. Le tout est extrêmement bien articulé, et une psychologie vraisemblable donne à ce qui pourrait n'être qu'affabulations comiques, une profondeur insoupçonnée. C'est vrai des rapports entre l'américain moyen et la vieille fille paralysée qui peut enfin exister et connaître la jouissance dans un corps de séductrice, mais après qu'un nombre certain d'inhibitions sont tombées. C'est vrai aussi des rapports entre Napoléon et le guerrier qui l'habite ; la période révolutionnaire, l'expédition en Egypte, les batailles napoléoniennes y compris le retour d'Elbe sont présentées « en technicolor » comme dans un roman historique de grande classe, avec en plus le « jeu » de Napoléon — on ne sait jamais si c'est le vrai ou celui qui le hante, dans certains « coups médiatiques ». Roman de SF, qui englobe un roman historique pris dans sa propre perspective spéculative, roman d'amour et d'érotisme, roman du pouvoir et des crimes que l'on commet pour le pouvoir du savoir : le tout dans une écriture à l'américaine, efficace, et qui crée une atmosphère prenante. Que demande le peuple des lecteurs de SF, plutôt privé ces temps-ci de nourritures spirituelles ?

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/12/1988 dans Fiction 403
Mise en ligne le : 15/1/2002


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68197 livres, 72230 photos de couvertures, 63159 quatrièmes.
8211 critiques, 36353 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.