Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Orbitville

Bob SHAW

Titre original : Orbitsville, 1975
Première parution : Galaxy, juin à août 1974. En volume : Gollancz, janvier 1975

Traduction de Dominique ABONYI
Illustration de Didier GAILLARD

OPTA , coll. Anti-mondes n° 27
Dépôt légal : 3ème trimestre 1976
264 pages
ISBN : 2-7201-0063-3   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     C'est une histoire d'espace et d'étoiles.

     Un roman à propos de la distance, de l'infini, de la découverte, de l'évasion.

     Le héros s'appelle Vance Garamond. Il a fui la Terre parce qu'il est indirectement responsable de la mort d'un enfant.

     Le fils de la toute puissante présidente de la Starflight, qui a le monopole de l'univers.

     Il a fui la Terre pour mettre le cap sur l'Etoile de Pengelly.

     Un nouveau monde ? Non. 80 millions de nouveaux mondes.

     Une sphère creuse éclairées par un soleil intérieur.

     Avec des plaines, des fleuves, des mers, des montagnes.

     Un refuge fabuleux ouvert depuis des siècles à tous les réprouvés de toutes les races du cosmos.

     L'Ouest américain à l'infini.

     Le vertige de la liberté...

Bob Shaw. Cet Irlandais de 44 ans est aujourd'hui parmi les « grands » de la S.F. britannique. Le public français l'a découvert avec L'autre présent, Les Yeux du temps (C.L.A.) et Une longue marche dans la nuit (Denoël).

    Prix obtenus    
 
    Critiques    

 

     Rien de plus trompeur ni de plus dangereux qu'une étiquette. Celle de « sf britannique » renforce chez le lecteur moyen du genre, qui ne voit toujours de salut qu'Outre-Atlantique, l'impression d'une école monolithique qui ne mérite l'intérêt que grâce à quelques « locomotives ». Y a-t-il vraiment une sf britannique ? On peut en douter : sur le plan de la chronologie, on disait volontiers, voici une bonne décennie, que les Anglais n'étaient capables d'écrire que des romans-catastrophe ; puis ce fut la New Wave, et les critères s'en trouvèrent chamboulés ; plus près de nous encore, ce furent des romans hautement spéculatifs — ceux-là même que Robert Louit n'a pas peu contribué à populariser grâce à Dimensions. Cette analyse/classification fondée sur quelques épigones est partiale et partielle. Bon nombre d'auteurs anglais méritent le détour alors même qu'il est difficile de leur apposer une étiquette. Tel est le cas de Bob Shaw, beaucoup plus proche d'un Piers Anthony que d'un Ballard, et qui, avec Orbitville, nous offre un excellent roman à partir d'une idée ambitieuse : une sphère creuse, éclairée par un soleil intérieur, dont la surface, habitable par l'homme, égale cinq milliards de fois celle de la Terre... Mais l'aspect le plus important du livre est peut-être son contenu sociologique et politique : le pouvoir, dans un tel univers, n'a plus de sens, et la néo-féodalité capitaliste dominée par la Starflight s'effondrera dans l'indifférence générale. L'utopie libertaire peut commencer.

 

 


Dominique DOUAY
Première parution : 1/3/1977 dans Fiction 278
Mise en ligne le : 10/12/2017


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66143 livres, 66065 photos de couvertures, 60949 quatrièmes.
8090 critiques, 36192 intervenant·e·s, 1460 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.