Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Happy end

Daniel WALTHER

Science Fiction  - Illustration de Stéphane DUMONT
DENOËL, coll. Présence du futur n° 343, dépôt légal : juin 1982
256 pages, catégorie / prix : 4, ISBN : 2-207-30343-8
Couverture

    Quatrième de couverture    
     En cette année deux mille quelque chose, la Terre a perdu la face ; elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. Dévastée par d'incessants conflits dont certains ont pris des proportions quasi-mondiales, elle est devenue une mosaïque de petits États barbares où la seule loi est celle du plus fort ou du plus menteur. Max, évadé du bagne de Maria de la Paz, et son androïde Suleyman-Pacha, essaient de trouver dans cet univers en dérive des raisons de croire en un avenir moins sombre. Et ils iront de Charybde en Scylla.
     Une aventure tragi-comique dont la philosophie renoue avec la tradition du roman picaresque.

 
    Critiques    
 
     Daniel Walther est décidément très actif ces derniers temps. Après avoir fait une entrée remarquée au Fleuve Noir et chez Oswald, le directeur du C.LA. revient en force, cette fois-ci chez Denoël, avec un roman inédit. Comme ses autres productions, ce roman présente de nombreuses qualités. L'auteur nous introduit dans un univers apocalyptique où les ravages des nombreux conflits qui se sont succédés ont eu pour conséquence de morceler la planète en une mosaïque de petits états à l'intérieur desquels s'étend le règne de la violence, de la barbarie. Dans cette société décadente, en cette année deux mille et quelque chose, l'auteur nous invite à partager les pérégrinations de ses deux héros : Maximiliano — dit Max — fraîchement évadé du bagne de Maria de la Paz, et son androïde, le pseudoman, Suleyman-Pacha. Tous deux essaient en vain de trouver dans les ruines de la civilisation des raisons de croire en un avenir meilleur. Leur quête les amènera à rencontrer des personnages insolites, tel ce musicien devenu fou et qui s'est retiré sur son île, ou le prince Raznikov, personnage tyrannique, amateur de belles filles mais peu enclin à gouverner. Après bien d'autres aventures, leur itinéraire les conduira dans la Nouvelle Cité du Soleil où ils feront la rencontre de l'illustre architecte, Ezwarzian von Miderhôhe. Mais il s'avère que l'illustre architecte n'est qu'un androïde, à l'image de ce monde factice.
     Daniel Walther se livre à une critique du pouvoir sous toutes ses formes. Quel qu'il soit, le pouvoir n'est que provisoire, car même les plus grands empires finissent par s'effondrer un jour. Le pouvoir corrompt. Le pouvoir n'est qu'illusion, masque derrière lequel se réfugient les faibles.
     Finalement, cette fresque tragi-comique, empreinte d'humour et de poésie, renoue avec la tradition du roman picaresque. Un roman d'aventures dont on ne se lasse pas et qui nous accroche dès les premières pages. Daniel Walther a écrit un livre intéressant, bourré d'enseignements philosophiques et de réflexions satiriques qui rappellent Candide ou l'optimisme de Voltaire.

Frédéric KURZAWA
Première parution : 1/7/1982
dans Fiction 331
Mise en ligne le : 13/1/2009


 
Base mise à jour le 24 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.