Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Histoires de médecins

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Jacques GOIMARD & Demètre IOAKIMIDIS & Gérard KLEIN


Science Fiction  - Cycle : La Grande anthologie de la science-fiction  vol. 19 

Illustration de MANCHU
LIVRE DE POCHE, coll. La Grande anthologie de la science fiction n° 3781, dépôt légal : décembre 1983
448 pages, catégorie / prix : 5, ISBN : 2-253-03151-8
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Les médecins sont les ennemis mortels de la maladie. Et quelquefois ceux des malades. Ils ont déjà pouvoir de vie et de mort et l'auront bien plus encore dans l'avenir. Où finit la magie et où commence la science ?

     La Grande Anthologie de la Science-Fiction, établie par les meilleurs spécialistes du genre, réunit :
     — Un choix raisonné des nouvelles les plus remarquables,
     — Une véritable Encyclopédie thématique qui explore toutes les facettes de cette littérature,
     — Un éventail complet des auteurs et des styles, des années 30 à nos jours.

     Dans chaque volume :
     — Une préface sur l'histoire, les aspects et la signification du thème,
     — Une présentation de chacun des textes,
     — Un dictionnaire des auteurs
     font de cette Anthologie un instrument de découverte et de référence indispensable.




    Sommaire    
1 - Jacques GOIMARD, Préface, pages 5 à 20, Préface
2 - Robert SILVERBERG, Les Amours d'Ismaël (Ishmael in Love), pages 21 à 42, trad. Denise HERSANT
3 - Theodore STURGEON, Ne sous-estimez jamais... (Never underestimate), pages 43 à 70, trad. George W. BARLOW
4 - Cyril M. KORNBLUTH, La Petite sacoche noire (Little black bag), pages 71 à 114, trad. Dominique HAAS
5 - Cyril M. KORNBLUTH & Frederik POHL, La Réunion (The meeting), pages 115 à 133, trad. Arlette ROSENBLUM
6 - Sonya DORMAN, Greffe de vie (Splice of life), pages 134 à 144, trad. Dorothée TIOCCA
7 - Catherine L. MOORE, Aucune femme au monde... (No woman born), pages 145 à 216, trad. Arlette ROSENBLUM
8 - Graham CHARNOCK, Les Boîtes chinoises (The chinese boxes), pages 217 à 241, trad. Bernard RAISON
9 - James Jr. TIPTREE, En épargnant la douleur (Painwise), pages 242 à 271, trad. Bruno MARTIN
10 - Damon KNIGHT, Masques (Masks), pages 272 à 287, trad. Arlette ROSENBLUM
11 - John BRUNNER, La Substance des songes (Such Stuff), pages 288 à 311, trad. Elisabeth GILLE
12 - Alan NELSON, Le Dévoleur (The shopdropper), pages 312 à 327, trad. Roger DURAND
13 - Fritz LEIBER, Des filles à pleins tiroirs (A Deskful of Girls), pages 328 à 366
14 - Kit REED, La Ferme à bouffe (The food farm), pages 367 à 381, trad. Dorothée TIOCCA
15 - Sonya DORMAN, La Vie au bout (The living end), pages 382 à 387, trad. Dorothée TIOCCA
16 - Philip José FARMER, Lavez pas les carats ! (Don't Wash the Carats), pages 388 à 394, trad. Ronald BLUNDEN
17 - R. A. LAFFERTY, Vieux pied oublié (Old foot forgot), pages 395 à 410, trad. Dominique ABONYI
18 - Gene WOLFE, Ile du docteur mort et autres histoires (The Island of Doctor Death and Other Stories), pages 411 à 435, trad. Jean BAILHACHE
19 - Dictionnaire des auteurs, pages 437 à 446, Dictionnaire d'auteurs

    Prix obtenus    
La Petite sacoche noire : Retro Hugos, novelette, 1951
La Réunion : Hugo, nouvelle / Short story, 1973

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)  pour la série : La Grande anthologie de la science-fiction
 
    Adaptations (cinéma, télévision, théâtre, radio, jeu vidéo, ...)   
Tales of Tomorrow ( Saison 1 - Episode 35 : The Little Black Bag ) , 1952, Charles Rubin (d'après le texte : La Petite sacoche noire), (Episode Série TV)
Out of the Unknown ( episode : The Little Black Bag ) , 1969, Eric Hills (d'après le texte : La Petite sacoche noire), (Episode Série TV)
Night Gallery ( episode : The Little Black Bag ) , 1970, Jeannot Szwarc (d'après le texte : La Petite sacoche noire), (Episode Série TV)
Doctor Island , 1999, Nick Aquilino (d'après le texte : Ile du docteur mort et autres histoires), (Court Métrage)
 
    Critiques    
     La nouvelle série de la Grande Anthologie de la SF au Livre de Poche paraît depuis l'année dernière dans une relative indifférence, tant il est vrai que les douze volumes d'origine sont depuis 1974 entrés dans notre paysage mental. N'oublions pas qu'ils avaient largement emprunté au Fiction des années 50 et 60, et que l'on pouvait maintenant, gâtés que nous avons été d'anthologies dans les années écoulées, craindre les effets du tarissement et du doublonnage.
     Ce serait oublier combien il est malsain de vouloir à tout prix se trouver des âges d'or dans le passé. La SF continue sa route, et il n'y a pas eu ces dernières années assez d'anthologies françaises pour en rendre compte. On ne peut éviter de citer le travail digne d'éloges de Pierre K. Rey, et voilà qui nous ramène par la tangente au Goimard et à ses anthologies enfin exhumées par le Livre de Poche : si elles étaient parues à l'époque de leur composition, quel choc elles auraient pu produire ! Tiptree, Dorman, Reed, Wolfe se pressent en rang serrés, sans manquer toutefois de laisser de la place à Lafferty, Silverberg ou Kornbluth (le Fiction du début des années 70, fera remarquer Dorémieux). Bref, un choix plus moderne d'auteurs qui a sans doute guidé le découpage en thèmes plus au goût du jour, plus orientés vers les sciences de la vie en ce qui nous concerne.
     Les Histoires de médecins ici présentées repoussent les frontières du caducée ; ce n'est pas plus mal, et cela nous change des anthologies plus vieillotes à l'odeur de formol du style Great Science Fiction about Doctors (authentique). On s'éloigne bien du thème avec la nouvelle de Tiptree (En épargnant la douleur) ou celle de Gène Wolfe (L'Ile du Dr Mort et autres histoires), où le Docteur n'a plus qu'un rôle de fantasme, simple préfixe pour rendre à un nom toute sa résonance. On entre là dans le domaine plus vaste et plus confus des rapports du patient au médecin, où à la douleur et à la maladie ; il est vrai que si j'étais éditeur, je me verrais mal proposant à la vente Histoires de douleurs ou Histoires d'infirmités.
     Au même niveau de chef-d'œuvre que le texte de Wolfe, on trouvera celui de Damon Knight, Masques, La ferme à bouffe de Kit Reed et La réunion de Pohl et Kornbluth. Il est des auteurs que leur prédilection pour la nouvelle fait méconnaître. Peu de déchets dans le reste, et Esculape merci on échappe aux sermons sur le rôle sacré du médecin, saint laïc, aussi bien qu'à la pure charge contre l'institution médicale (surprenant, en vue du rôle croissant qu'elle remplit dans nos sociétés). Les boîtes chinoises de Graham Charnock et Des filles à pleins tiroirs de Fritz Leiber relèvent peut-être de cette dernière orientation.
     Je n'ai manifesté de réaction allergique qu'à deux ou trois textes. Ne sous-estimez jamais... de Théodore Sturgeon est vraiment trop complaisant dans ses clichés, et Aucune femme au monde de Catherine Moore distille un ennui sans bornes.
     Si les médecins se collettent quotidiennement avec la mort, portant par là les couleurs de la SF technologique, la SF qui s'intéresse à la façon dont fonctionnent les choses, on ne peut s'empêcher de rêver au sort de ceux qui ont triomphé dans le combat pour la vie. Fort logiquement, les récits de SF consacrés aux immortels sont plus propices aux envolées mythiques, voire métaphysiques.
     Ici encore, c'est Jacques Goimard qui nous fait entrer et nous guide dans le dédale de l'exposition, ménageant une transition entre chaque nouvelle. Et je ne suis pas loin de penser que le meilleur morceau du lot est cette introduction absolument fascinante dans laquelle Goimard explore et résume pour nous les différentes versions moyen-orientales des mythologies à l'origine de nos religions — du point de vue de la mortalité.
     Surprise : la perspective de l'immortalité ne semble pas pousser les auteurs vers une veine optimiste, bien au contraire ; sitôt qu'on a gagné cette vie illimitée, il faut la perdre à se cacher d'une humanité ordinaire hostile. La morale à l'œuvre ici n'a plus grand-chose à voir avec les sciences (toutes-puissantes dans le volume précédent) : elle remonte à beaucoup plus loin, à ces contes de fées qui vous rappellent toujours que l'on n'a jamais rien sans rien. Cela peut se faire sur le mode humoristique-consumériste (Sheckley) ou sur une note sinistre comme chez John Brunner qui, comme beaucoup d'auteurs du volume, donne dans la théologie-fiction (à la façon hindoue). Cela peut même s'appuyer sur une imparable logique, comme dans ce classique méconnu qu'est Invariant de J. T. M'Intosh.
     La nouvelle vague américaine est moins bien représentée ici. avec des textes de Robin Scott et Stephen Qoldin qui manquent un rien de substance. Kit Reed, Gene Wolfe et Lafferty tirent leur épingle du jeu (le contraire eût étonné). Peut-être l'immortalité fait-elle partie de ces grand rêves-la-tête-dans-les-étoiles auquel il est de bon ton de renoncer dans la SF plus à la page. Ainsi avons-nous Budrys, De Camp, Mack Reynolds, chacun jouant dans l'extrémité supérieure de leur registre moyennement étendu ; et un récit très évocateur de Henry Kuttner, Ce chemin de croix des siècles, sur la vie d'un immortel déifié qui ne peut éviter d'oublier son passé au fur et à mesure de son vieillissement. La chute donne rétroactivement l'impression d'un effet facile, et on pourrait dire la même chose de Lettre à un phénix de Fredric Brown, mais ce dernier a un tel don pour la narration qu'il peut se le permettre. Enfin, saluons la reprise en anthologie de ce qui reste pour moi le meilleur texte des sans-grades de Galaxie : Partenaire mental de Christopher Anvil, qui préfigure les chefs-d'œuvre de Dick sous le camouflage d'une intrigue policière assaisonnée d'extraterrestres. Il fallait bien qu'un jour cette nouvelle fût offerte à un plus large public, et aujourd'hui comme il y a dix ans, on peut recommander l'emploi des anthologies du livre de poche à tous ceux qui ont besoin de porter la bonne parole SF


Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/6/1984
dans Fiction 352
Mise en ligne le : 19/10/2002


 
Base mise à jour le 18 mars 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.