Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

L'Arbre à rêves

James MORROW

Titre original : The continent of lies, 1984
Science Fiction  - Traduction de Luc CARISSIMO
Illustration de Éric PROVOOST
LA DÉCOUVERTE, coll. Fictions n° (10), dépôt légal : novembre 1986
290 pages, catégorie / prix : 89 FF, ISBN : 2-7071-1632-7

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Une nouvelle forme d'art fait fureur chez les habitants de la galaxie : les frêves, pommes hallucinogènes qui vous font vivre comme en réalité dans les univers imaginaires du rêve programmé. Pour Quinjin, les frêves ne sont pas un délassement, c'est son travail. Il est critique d'hallucinations et plus particulièrement de cauchemars programmés de série Z : gore, science-fiction, terreur, mais aussi pornos et mélos...
     Mais un jour, un fruit maléfique apparaît sur le marché, qui fait sombrer ceux qui le consomment dans la folie et déchaîne les foudres de la censure. Quinjin, vieux routier des frêves, est peut-être l'un des seuls capables de résister et de mener l'enquête sur l'origine mystérieuse de ces fruits.
     C'est pour lui le début d'une longue quête, en compagnie d'une psychobiologiste, sa fille et son chat. Elle le mènera vers les arbres astéroïdes où l'on cultive les frêves, dans les yachts de l'espace, l'estomac de monstres et des rivières perdues dans la jungle. Il ira à la rencontre de l'inventeur des frêves et d'un de ses inquiétants disciples...
     Mais est-il réellement sorti de l'hallucination ?

     James Morrow fait partie de la nouvelle génération des jeunes auteurs américains de science-fiction. L'arbre à rêves est son second roman, débordant d'humour et d'imagination et, ce qui ne gâte rien, remarquablement écrit.

     Roman traduit de l'américain par Luc Carissimo.


    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     
 
    Critiques    
     Poursuivant sa politique de révélation d'auteurs peu ou pas connus, la collection « Fictions » vient de s'offrir une recrue de choix en la personne de James Morrow, romancier américain de la nouvelle génération dont c'est la première publication dans notre pays.
     L'arbre à rêves conte l'histoire de Quinjin, critique de frêves — nom formé de la contraction de fruit et de rêve — , sortes de pommes hallucinogènes dont la structure génétique a été codée pour procurer à celui qui les mange un rêve bien précis. On retrouve là une variation moderne sur le vieux thème du cinéma total, variation autorisant certains développements inédits.
     Car Quinjin est convoqué par Clee Selig, inventeur des frêves, pour tester Le Guetteur vigilant, un frêve « lotus » — à savoir, hyperréaliste et capable de rendre fou celui qui l'absorbe. Mais Simon Kusk, créateur du facteur Lotus, est mort, assassiné par Selig. Quelqu'un aurait-il retrouvé son terrible secret ?
     Naturellement, Quinjin mange la pomme — on notera au passage le délicieux symbolisme de cette action et ses connotations bibliques — , effectue un voyage mental qui a tout d'un bad trip et s'en sort intact... intact ? Rien n'est moins sûr. Et c'est le début d'une aventure endiablée, peuplée de personnages fortement typés, qui le conduira sur plusieurs mondes baroques en compagnie de sa fille, devenue folle après avoir goûté par erreur au Guetteur vigilant et dont le seul dieu est Goth... Mais qui est Goth ?
     Il s'agit du second roman de James Morrow mais celui-ci a déjà la patte d'un écrivain professionnel. Le cadre de L'arbre à rêves, ses personnages frisant le cliché mais malgré tout humains, ses situations directement sorties des frêves les plus frénétiques dénotent une grande maîtrise du récit. Jouant sur des tableaux qui vont de l'humour à l'émotion, mêlant habilement une structure de roman populaire à des préoccupations plus profondes, Morrow a effectué un superbe travail sur la référence. Car le fait que Quinjin soit critique n'a rien d'innocent ; c'est précisément cette particularité qui va lui permettre de triompher du facteur Lotus et, comme dans les space-operas de l'Age d'Or, de sauver la galaxie humaine du terrifiant péril qui la menace. Conservant une distanciation, une perception au second degré qui renforce son récit, il a écrit là un roman traitant de questions graves sous son apparente légèreté. L'arbre à rêves ne révolutionnera certes pas la SF, mais il serait dommage de passer à côté de ce livre excellent à défaut d'être grand.


Roland C. WAGNER
Première parution : 1/2/1987
dans Fiction 383
Mise en ligne le : 19/1/2003


 
Base mise à jour le 18 mars 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.