Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Terre brûlée / L'hiver éternel

John CHRISTOPHER


Traduction de Alain DORÉMIEUX
Illustration de Cathy MILLET

OPTA , coll. Club du livre d'anticipation n° (55)
Dépôt légal : 2ème trimestre 1975
516 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7201-0014-5   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
[texte présent sur la jaquette papier] Le C.L.A. vous a déjà présenté Génocides de Tom Disch et Les furies de Keith Roberts. Plus récemment, la collection « Anti-mondes » reprenait, en version intégrale, les inoubliables Triffides de John Wyndham. Bientôt, le public français pourra découvrir avec Sécheresse, un Ballard de la première époque, celle du Monde englouti et de La forêt de cristal... Wyndham, Ballard, Aldiss, Roberts, Russell... Le roman de cataclysme est décidément anglais, issu de l'inconscient insulaire. Et, depuis La guerre des mondes, les auteurs britanniques ont soumis notre malheureuse planète à de multiples traitements ravageurs ! Pour Damon Knight, critique féroce entre tous, John Christopher est un grand maître en cet art morbide et excitant. Terre brûlée et L'hiver éternel, écrits à 6 ans d'intervalle, ont toutes les qualités du classique. Dans Terre brûlée, les graminées meurent. Dans L'hiver éternel, les glaciers reviennent. Il suffit de quelques mois pour que la loi du plus féroce remplace toutes les institutions. Par le réalisme de son traitement, la tranquille et logique cruauté de la dégradation d'un univers, John Christopher a réussi deux grands romans qui reflètent ce que nous portons en nous : la certitude de notre fin.

    Sommaire    
1 - Terre brûlée (No Blade of Grass / The Death of Grass), pages 3 à 248, Roman, trad. Alain DORÉMIEUX
2 - L'Hiver éternel (The World in Winter / The Long Winter), pages 253 à 511, Roman, trad. Alain DORÉMIEUX

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques    
 
     Pour le premier, la mort des graminées attaquées par un virus mutant, pour le second l'avènement d'une nouvelle ère glaciaire par suite d'une perturbation du taux de radiations solaires. En somme le bon vieux « cataclysme à l'anglaise », que Christopher n'a pas du tout traité sous l'angle écologique, mais uniquement psychosociologique, en voulant démontrer que l'homme redevenait vite une bête sauvage lorsque les circonstances l'y poussaient. Si Terre brûlée, où de paisibles bourgeois deviennent en un clin d'œil de redoutables tueurs, laisse une impression pénible à cause de son schématisme (on peut à la limite le considérer comme un roman fasciste, alors qu'il ne s'agit que d'une mauvaise maîtrise d'un réalisme caricatural), L'hiver éternel en revanche est beaucoup plus satisfaisant, qui brode sur la vie de quelques Blancs ayant cherché refuge en Afrique, et se retrouvent dans la situation de minorité méprisée. Mais, comme c'est souvent le cas au C.L.A., l'assemblage de ses deux récits, identiques de thème et de point de vue, leur nuit considérablement.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/11/1975 dans Fiction 263
Mise en ligne le : 17/12/2014


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66445 livres, 67058 photos de couvertures, 61286 quatrièmes.
8090 critiques, 36364 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.