Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Tigre africain

Philip José FARMER

Titre original : Lord Tyger, 1970

Traduction de Jean-Paul WAUTIER
Illustration de Jean-Michel NICOLLET

Jean-Claude LATTÈS (Paris, France), coll. Titres/SF n° 34
Dépôt légal : 4ème trimestre 1980
320 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Hors Genre



    Quatrième de couverture    
     Assis sur une branche d'arbre qui dominait le village des Wantso, Ras Tyger chantait une mélopée de son invention. Il y était question d'un grand serpent blanc que les femmes noires appréciaient fort et de son amour pour la jeune et belle Wilida. Les guerriers furieux lui décochèrent une volée de flèches. Le Tigre Africain s'était déjà mis hors de portée. En s'enfuyant, il hurla qu'il enlèverait sa bien-aimée avant la tombée de la nuit et conclut par quelques injures très précises concernant la virilité des hommes Wantso. Mais Igziyabher, le Dieu perché sur la colonne de pierre au milieu du lac, ne pouvait admettre les projets de Ras car il était écrit dans le Livre que son protégé devait prendre pour compagne une jeune fille blanche, du nom de Jane. Et le Dieu ne plaisantait pas avec ce genre de choses.

Philip josé Farmer est né aux Etats-Unis, dans l'Indiana, en 1918, un 26 janvier. Après avoir exercé divers métiers, il se met à écrire au début des années cinquante et obtient, dès 1953, pour sa première nouvelle publiée, The Lovers, le prix du meilleur écrivain.

Pour adultes seulement !
 
    Critiques    
 
     Quand il était petit, Farmer dévorait les aventures de Tarzan, mais, l'âge venant, il s'est rendu compte qu'elles ne le satisfaisaient pas entièrement, en raison principalement de leur manque de rigueur. Depuis lors, donc, il s'est ingénié à les rendre logiques. Ce qui a donné les Chroniques d'Opar (Albin Michel) et La jungle nue (« Titres SF »), puis Le tigre africain qui a un point de départ assez simple : un multimillionnaire a décidé de créer son propre enfant-singe en confiant tout bêtement un gosse enlevé à un Lord à une tribu de gorilles ! Les deux premières tentatives, comme l'on pense, furent des échecs, si bien que le troisième moutard est confié à des nains qui lui font croire qu'ils sont des singes. Mais c'est là que cela se complique, car le petit Ras ne se comporte pas du tout comme le Tarzan de Burroughs, notamment au niveau sexuel ! Et nous voyons pointer là le nez ( ?) de Farmer et son style bien particulier, à la fois trivial et poétique, vulgaire et prenant. Hommage à Burroughs ? Certes, mais hommage en forme de clin d'œil, le choix des titres de chapitres (Le python qui viola un village. L'incendie diabolique. L'œil de Dieu, etc.), le prouve. Mais on peut y voir aussi un hommage à Farmer, un exercice d'autosatisfaction. Après tout, pourquoi pas ?

Jean-Pierre VERNAY
Première parution : 1/5/1981 dans Fiction 318
Mise en ligne le : 21/10/2007


 

Dans la nooSFere : 62631 livres, 58873 photos de couvertures, 57121 quatrièmes.
7958 critiques, 34379 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.