Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Ville au bord du temps

Thomas F. MONTELEONE

Titre original : The Time-Swept City, 1977

Traduction de Françoise MAILLET
Illustration de Gérard RUFFIN

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (1ère série, 1977-1981) n° 7066
Dépôt légal : 1er trimestre 1981
288 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-253-02684-0   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     La dernière cité au monde, la ville ultime, Chicago, se dressera encore sur Terre dans cent mille années.
     Mais, entre-temps, l'homme se sera transformé.
     Au-delà de tout espoir, dépassant aussi ses plus noirs cauchemars...
     Link, l'homme devenu vaisseau de l'espace, revient sur terre pour retrouver la solitude.
     Dans les cuves biologiques, des Hôtes-Mères procréent à la chaîne.
     Des armes cataclysmiques effacent aux trois quarts la civilisation.
     Les siècles redessinent une autre vie.
     La ville est un robot immense, un tyran électronique qui a totalement asservi ses habitants.
     Ailleurs, pourtant, dans les déserts de l'Europe et les décombres de l'Asie, des colonies survivent librement, sauvagement.
     Et, quelque part dans la Voie lactée, on songe à réclamer à la ville le tribut de l'humanité.

     Un roman inédit qui est la chronique dramatique et lyrique de cent mille années d'un avenir possible.
 
    Critiques    
 
     Depuis un an environ, Michel Demuth entreprend la publication d'inédits parmi les rééditions de la série SF du Livre de Poche. Il a le mérite et le courage de faire appel à des auteurs américains jusqu'alors peu connus en France, comme Ed Bryant ou Thomas Monteleone, dont je suis sûr que peu d'acheteurs auront entendu parler. S'il montre plus d'audace dans certaines de ses nouvelles parues en anthologies, Monteleone donne ici un roman de thème et de structure assez classiques, très comparable en fait à Demain les chiens : une série de fragments présentent l'évolution d'une ville (ici Chicago) du présent à un futur lointain. Le livre est un cycle de nouvelles plus qu'un roman, avec ce défaut que trop des « chapitres » ne retiendraient guère l'intérêt s'ils étaient publiés isolément ; les tournants de l'histoire de la ville — qui s'identifie progressivement à celle du complexe informatique qui la contrôle — sont présentés trop sèchement, ou à l'inverse les tranches de vie ont trop peu de portée. On pourra aussi regretter que le roman tombe trop souvent dans le lieu commun : prise du pouvoir par les machines, colonisation des autres systèmes stellaires par des équipages en hibernation, retour à l'âge de pierre sur une Terre ravagée. Il y a pourtant d'autre part des temps forts, comme quand l'auteur aborde l'évolution de la vie sexuelle de plus en plus mécanisée ou nous fait partager les dilemmes de Pignon, la machine qui était trop humaine... et un beau dénouement, qui ne suffit malheureusement pas à faire du livre une unité réussie.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/5/1981 dans Fiction 318
Mise en ligne le : 21/10/2007


 

Dans la nooSFere : 62392 livres, 58341 photos de couvertures, 56870 quatrièmes.
7958 critiques, 34215 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.