Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Retour à Arkham

Robert BLOCH

Titre original : Strange Eons, 1979

Traduction de François TRUCHAUD
Illustration de Jean-Michel NICOLLET

NOUVELLES ÉDITIONS OSWALD (NéO) (Paris, France), coll. Fantastique / SF / Aventure n° 22
Dépôt légal : 4ème trimestre 1980
240 pages
ISBN : 2-7304-0070-2
Format : 14 x 20,5 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Albert Keith achète un tableau, mais pas n'importe quel tableau  : Le modèle de Pickman, absolument identique à celui de Lovecraft dans sa nouvelle. Plaisanterie, mystification macabre  ? Puis une mort atroce, comme dans La peur qui rôde, autre nouvelle de Lovecraft. Coïncidence, hasard ou propos délibéré  ? L'art imite-t-il la réalité ou est-ce l'inverse  ? Dès lors la peur rôde autour d'Albert Keith et de son ami Waverly. C'est le début d'un voyage vers l'horreur et la mort. L'univers bascule, une folle enquête commence. Qui est le mystérieux révérend Nye, chef de la secte de la Sagesse des Etoiles  ? Quelle est cette conspiration secrète... ce culte  ? Et si l'œuvre de Lovecraft n'était pas une fiction, mais la réalité  ? S'il avait tenté de nous prévenir par ses écrits... d'avertir l'humanité du terrible danger, surgi du fond des âges, qui la menace à présent  ? Mark Dixon découvrira l'horrible vérité, à la dernière page de ce roman fantastique, au suspense haletant, mené comme un roman policier, sur lequel plane l'ombre du grand HPL... Howard Phillips Lovecraft.

     Robert Bloch est né aux USA en 1917. Lecteur assidu de « Weird Tales  », à l'âge de 15 ans, correspondant et ami de Lovecraft qui l'encourage à écrire. Auteur de Psychose dont Hitchcock a tiré son film le plus célèbre, Bloch se partage entre le policier et le fantastique. Le monde des ténèbres (Série noire), L'incendiaire, L'écharpe (Red Label) prouvent sa maîtrise dans le policier, avec un climat riche en suspense, à la limite du fantastique. Le crépuscule des stars (Red Label), son chef d'œuvre pour certains, est un vibrant hommage au cinéma muet. Contes de terreur (Opta) confirme le talent de Bloch, généralement considéré comme le meilleur écrivain de terreur américain. Retour à Arkham est son dernier roman paru aux Etats-Unis (1979). Hommage à Lovecraft, mais aussi interprétation démoniaque de son œuvre, il prolonge le mythe de Cthulhu d'une manière inattendue.


    Sommaire    
1 - François TRUCHAUD, H.P.L., pages 7 à 10, Préface
 
    Critiques    
 
     Les plus belles couvertures sur le marché de la SF sont sans conteste celles que Nicollet fait pour Néo, avec leur composition si particulière : ces deux piliers à l'aspect varié qui entourent le dessin central et donnent leur unité aux couvertures. Ici, un Lovecraft en costume apparaît, comme une créature démoniaque aux oreilles pointues, au regard halluciné. Car Retour à Arkham, vous l'aurez aisément deviné, est un hommage à Lovecraft. S'il n'est pas obligatoire de connaître l'œuvre du Maître pour lire le roman de Bloch, c'est du moins fortement conseillé — en tout cas, la lecture de nouvelles comme Le modèle de Pickman ou Le témoignage de Randolph Carter aide grandement à la compréhension de l'énigme. J'ai parlé d'« hommage » rendu à H.P. Lovecraft, mais il me semble un peu maladroit et, au long du texte, on n'a pas l'impression de retrouver le Bloch des Contes de terreur. Tout se passe comme si le temps d'un roman, il était redevenu le jeune correspondant de H.P.L.
     Les trois parties qui composent le roman (et qui pourraient aisément passer pour trois nouvelles) ont chacune une motivation et un déroulement différent. La première reproduit fidèlement des nouvelles comme Le témoignage et Le modèle et représente, outre une nouvelle fantastique bien menée aux rebondissements haletants, un véritable guide biobibliographique pour ceux que l'œuvre de H.P.L. intéresse ; la seconde ressortit plus du domaine « espionnage » et introduit l'héroïne dans le milieu étrange des sectes ; quant à la troisième, il s'agit d'un dénouement paroxystique qui introduit la chute finale à laquelle plus personne ne songe tant le rythme est rapide.
     Bloch ne porte pas réellement de regard critique sur l'œuvre du Maître, pas plus qu'il ne l'interprète, contrairement à ce qu'affirme François Truchaud dans sa préface. A mon avis il a essayé de donner une manière de conclusion à l'ensemble des nouvelles de Lovecraft, mais une conclusion à sa mesure, car s'il est un habile artisan doué par moment de génie, il n'a rien de la folie de H.P.L. ni de son dégoût fasciné pour tout ce qu'il ne comprenait pas. Quoi qu'il en soit, Bloch reste quand même à cent coudées au-dessus d'un Lumley, par exemple, qui fait œuvre d'imitateur.

Jean-Pierre VERNAY
Première parution : 1/5/1981 dans Fiction 318
Mise en ligne le : 21/10/2007


 

Dans la nooSFere : 62385 livres, 58316 photos de couvertures, 56861 quatrièmes.
7958 critiques, 34213 intervenant·e·s, 1309 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.