Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Annales de Klepsis

R. A. LAFFERTY

Titre original : Annals of Klepsis
Traduction de Emmanuel JOUANNE
Illustration de Didier EBERONI
DENOËL, coll. Présence du futur n° 411
Dépôt légal : décembre 1985
256 pages, catégorie / prix : 8
ISBN : 2-207-30411-6
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Voici le récit des aventures de Long John Tyrone, historien affligé d'une jambe de bois, sur la planète Klepsis dont les habitants, hommes et bêtes, vivent en permanence sous l'effet hallucinogène de leur nourriture. Résultat : la réalité n'est pas ce qu'on croit, les illusions non plus d'ailleurs. Comment dans ces conditions calculer le jour de l'Apocalypse ?
     Des princesses, des fantômes, des pirates, des ivrognes et des oiseaux philosophes, des trésors cachés, des chansons à boire et des formules magiques, une réflexion sur le sens de la vie, la relativité des choses, l'amour et la mort et le poids des fantômes.
     Un trip inferno-paradisiaque.

L'auteur
Raphael Aloysius lafferty est né en 1916 dans l'Iowa.
Depuis qu'il a commencé à écrire, à l'âge de quarante ans, il a publié un grand nombre de nouvelles, de récits et de romans historiques.
C'est un humoriste brillant, inventif, qui ne ressemble à personne.
« Le plus fou, le plus pittoresque, le plus imprévisible des écrivains vivants », dit de lui Theodore Sturgeon.

 
    Critiques    
     Lafferty, on le sait depuis longtemps, mais on en a la certitude depuis peu, depuis le Livre d'Or que lui consacre E. Vonnarburg en Presses Pocket, est avant toute chose un auteur aux textes inclassables. De ce point de vue il fait le désespoir de la critique — autant sans doute que le plaisir des lecteurs. On aurait pu penser, cependant, que cette production d'extraordinaire, il la réservait aux textes courts, aux nouvelles, et que ses romans — genre oblige — seraient plus traditionnels. En effet, la nouvelle supporte et le lecteur aussi, une forte dose d'innovation, car elle suppose un temps de lecture court, d'où la possibilité, même dans l'extraordinaire, d'une unité d'effet. Mais tenir cette gageure sans lasser ni saturer le lecteur pendant le temps d'un roman, c'est plus risqué. Aussi Lafferty, ici, ruse-t-il. Il va pouvoir délirer à plein, et ceci dans le cadre d'un contrat de lecture romanesque clair. D'emblée nous avons les matériaux (lieux — mauvais, bien sûr ! — personnages (de vilains messieurs, des fantômes, un unijambiste etc.) et quête (la quête d'une Histoire — qui se ramène pour le lecteur à la recherche de l'histoire que raconte ce roman). On le voit, c'est d'emblée truqué. D'autant que, pour corser la chose, la réalité vécue par les personnages est elle-même hallucinée (la nourriture, les boissons, tout est hallucinogène, ma bonne dame !). Que va-t-il se passer ? Eh bien ça ne se raconte pas. Pourquoi ? Allez donc savoir ! Un univers à partager un long instant, mais certainement pas à raconter. J'envie et je plains E. Jouanne, le traducteur de ce bijou baroque. Réservé à des esprits curieux.


Roger BOZZETTO
Première parution : 1/7/1986 dans Fiction 376
Mise en ligne le : 3/11/2003


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies