Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Homme stochastique

Robert SILVERBERG

Titre original : The Stochastic Man, 1975

Traduction de René LATHIÈRE

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain - Classiques n° (12)
Dépôt légal : 1er trimestre 1977
Roman, 280 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   J'AI LU, 1982
Sous le titre Le Maître du hasard
   LIVRE DE POCHE, 1990
   in Fiction n° 263, OPTA, 1975
   in Fiction n° 264, 1975
   in Fiction n° 265, 1976
Sous le titre L'Homme stochastique
   Robert LAFFONT, 2019

    Quatrième de couverture    
     Prévoir l'avenir. Un vieux rêve de l'humanité.
     Irréalisable scientifiquement ? Voire. Car les progrès des méthodes prévisionnelles, statistiques et autres, confondues dans un art baptisé stochastique, permettent à quelques-uns de jouer les prophètes.
     Ainsi en est-il pour Lew Nüchols, spécialiste de l'art d'emmagasiner et de trier les informations, de dire même ce qu'il faut faire pour réduire l'intervalle d'incertitude entre la prévision et la réalité future.
     Intervalle irréductible.
     Sauf pour Carjaval, l'homme qui sait absolument tout de l'avenir. Jusqu'à l'heure et la circonstance de sa mort — Carjaval, prophète de l'homme à venir, l'homme stochastique.
     Robert Silverberg a écrit ici un étrange roman où la liberté, la nécessité et les probabilités se livrent dans l'avenir proche à un ballet redoutable avec l'amour, le pouvoir et la mort.
 
    Critiques    

     Voici la version intégrale d'un roman paru dans les n° 263, 264 et 265 de « Fiction » sous le titre « L'œil sur le futur » : chaque livre de Silverberg est un petit événement, car s'il est un écrivain professionnel qui connaît son métier sur le bout des doigts et maîtrise parfaitement son style et ses idées, c'est bien lui.
     La stochastique est une science au nom bizarre qui consiste à découvrir le futur dans ses détails et une philosophie visant à soustraire l'homme à la tyrannie du hasard. Sur un thème quasiment identique, avec d'étranges parallélismes, on a pu lire un roman mineur de Philip K. Dick, « Les chaînes de l'avenir » (Le masque Sf 41) paru 10 ans avant le texte de Silverberg qui s'en est sûrement inspiré.
     L'intérêt majeur du livre me paraît surtout la description minutieuse de New York en l'an 2000, et des incroyables problèmes socio-politiques que pose son administration. Une ville polluée à 100 pour 100, pleine de crimes et de flambées de guerre civile : Silverberg nous offre là une extrapolation saisissante des impasses de l'urbanisation à outrance.
     « L'œil sur le futur » est aussi une réflexion sur le pouvoir, le goût du pouvoir qui vous prend comme une drogue et vous corrompt, ce qu'expliquait déjà Spinrad dans « Jack Barron et l'éternité » (Robert Laffont).
     Les dernières pages du livre nous emportent, en une forme superbe, dans une grande fresque apocalyptique, où le héros voit l'avenir du monde et imagine toutes les formes possibles de sa propre mort : un souffle assez inoubliable, et quelques-unes des plus belles pages de la SF contemporaine. Dommage que tout cela se termine en un préchi-précha mystique, un délire religieux plein de Jésus communautaires et de notations fascistes sur l'ordre total et immuable de l'univers, « le bienheureux réconfort de l'ordre pré-établi. » Ça casse tout.

Bernard BLANC (lui écrire)
Première parution : 1/7/1977 dans Fiction 282
Mise en ligne le : 1/5/2012

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition LIVRE DE POCHE, SF (2ème série, 1987-) (2008)


     Robert Silverberg a écrit Le Maître du hasard (L'Homme stochastique) quelques années après L'Oreille interne. On retrouve plusieurs similarités entre ces deux romans, soit dans la forme, soit dans le fond. Le roman se déploie par la narration du personnage principal, Lew Nichols. Ce dernier est stochasticien, c'est-à-dire chercheur en probabilités événementielles, statisticien clairvoyant. En travaillant pour le compte de Paul Quinn, politicien charismatique, il lui permet d'accéder au poste de maire de New York. Nichols nourrit l'espoir que Paul Quinn accédera un jour à la Maison Blanche. Le stochasticien, désireux de jouir du pouvoir par procuration, rencontre Martin Carjaval, personnage excentrique voyant l'avenir.

     Nichols veut profiter de cette faculté pour influer sur ses projets politiques. Mais contre son attente, la philosophie de Carjaval va bouleverser sa conception du monde, car l'avenir est déjà écrit et ne peut pas être modifié.

     La description et l'élaboration de ce futur proche s'appuient principalement sur la nuance. Ainsi, Silverberg construit finement son New York en s'attardant sur des détails qu'il avait déjà esquissés dans L'Oreille interne : les relations sociales, les mœurs, la politique. L'auteur compose en quelque sorte une variation du premier roman ; la lente disparition de l'être au sein d'une masse sociale, disparition qui s'explique par l'importance sociale donnée aux modes (vestimentaire, drogue, nourriture), à la religion ou à l'ethnie plutôt qu'à l'individu. La narration, limitée au cadre new-yorkais, s'oppose littéralement au don de Carjaval. C'est un voyant, certes, mais dont la vision est bornée à son propre champ. Silverberg montre par là que la prescience a ses propres limites. Toujours dans cette optique nuancée, l'auteur met en place un certain décalage en narrant l'histoire passée d'un homme qui voit l'avenir. Cette tension narrative se retrouve dans le personnage. La situation de Lew Nichols rappelle les problèmes de David Selig. Tout deux sont dans l'empêchement d'agir : le premier parce qu'il n'a pas encore le don, le second parce qu'il le perd. Ils ne peuvent ni l'un ni l'autre transformer leur situation malgré leur faculté. Toutefois, Nichols est aussi l'opposé de Selig, comme un miroir antinomique. Son pouvoir naissant est un don que chacun a en soi et contrairement à la télépathie, qui fait accéder au monde intérieur et personnel de l'autre, la prescience montre le futur partagé par tous.

     Si la vision est différente, la problématique reste la même : l'histoire d'un homme désabusé, dépassé par le monde qui l'entoure. Carjaval tente d'expliquer à sa manière le « comment » de son don. Mais, il fait l'impasse sur le « pourquoi » de celui-ci. De son côté, Nichols veut trouver un but à cette faculté. Il voit la possibilité « utopique 1 » de guider l'humanité, puis, empêché par le déterminisme, il réduit son désir à « pouvoir regarder l'avenir 2 ». Philosophie d'un désabusement accepté, la prescience permet l'omniscience mais n'autorise pas d'influer sur les événements. L'acceptation de cette prescience déterministe modifie la vision de Nichols. Désormais, l'univers est une « contre-entropie », un univers qui tend vers un but qui n'en est pas un. Dans Les Particules élémentaires, les personnages de Houellebecq étaient résignés, leurs existences annonçant fatalement l'inutilité de l'espèce humaine et sa fin prochaine, alors que dans Le Maître du hasard, le déterminisme n'est finalement pas un obstacle, car si l'homme est un rouage parmi d'autres, il se distingue de ceux-ci parce qu'il en a conscience.

Notes :

1. Silverberg, Robert, Le Maître du hasard, Le livre de poche, 1990, p. 164.
2. Ibid., p. 211.

Frédéric JACCAUD
Première parution : 1/1/2008
dans Bifrost 49
Mise en ligne le : 10/6/2009




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67313 livres, 68747 photos de couvertures, 62236 quatrièmes.
8099 critiques, 35841 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3695 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.