Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Série    
 

Corum

(titre original : Corum)

Michael MOORCOCK

 
    Omnibus    
(omn) /    Corum
(omn) /    Tout Corum
 
    Volumes de la série    
1 /    Le Chevalier des épées
2 /    La Reine des épées
3 /    Le Roi des épées
4 /    La Lance et le taureau
5 /    Le Chêne et le bélier
6 /    Le Glaive et l'étalon

    Critiques    
     La saga de Corum est composée de six romans, qui s'organisent en deux trilogies, dites des Epées (Le Chevalier des épées, La Reine des épées, Le Roi des épées) et des chroniques de Corum (La Lance et le taureau, Le Chêne et le bélier, Le Glaive et l'étalon), écrites entre 1971 et 1974, ce qui fait de son protagoniste la plus récente des quatre principales incarnations du Champion éternel (avec Elric, Hawkmoon et Erekosë). De plus, ce cycle constitue sans nul doute la colonne vertébrale de la série du Multivers moorcockien, autour de laquelle viennent se greffer les autres aventures. En effet, de tous les héros (ou antihéros) de l'auteur, Corum est celui qui a manifestement la meilleure connaissance du Multivers et de ses plans. Ainsi, dans la première trilogie, au cours de laquelle il doit défier tour à tour les trois seigneurs du Chaos, Arioch, Xiombarg et Mabelode, il parcourt inlassablement les quinze plans gouvernés par ces trois figures. Pour lui, Arioch n'est qu'un adversaire à sa mesure, bien que divin, alors que pour Elric, Arioch est un être invincible, le seigneur qu'il est obligé de servir. Sa connaissance du Multivers, Corum la doit aussi à la présence très affirmée de Jhary-A-Conel, le Compagnon des Champions, avatar de Moorcock, qui semble prendre un malin plaisir à guider le héros, et qui agit bien souvent comme un deus ex machina. Tous les personnages de l'auteur ont droit à un acolyte, mais Corum est celui dont le destin repose le plus sur ce partenaire.
     Son statut de centre du Multivers, la saga de Corum le doit aussi à son classicisme apparent. Les deux trilogies fonctionnent l'une comme l'autre sur le motif de la quête : vengeresse (Corum est le dernier de son espèce, les siens ayant été décimés par les humains) dans les trois premiers romans, elle devient vitale dans les suivants (s'étant fait des amis parmi les humains, il doit retrouver un certain nombre d'objets ou d'animaux mythiques). Le côté parodique d'Hawkmoon n'est qu'un lointain souvenir, et la tragédie d'Elric, proche du drame shakespearien, très diluée : la race de Corum est en effet quasiment éteinte, mais il en conçoit beaucoup moins d'amertume, car il n'est pas responsable de cet état de fait. Bref, ce cycle est moins sujet aux débordements de tout ordre, stylistique ou lyrique, que ses alter ego ; en quelque sorte, il constitue la trame centrale du Multivers. De plus, Corum est un elfe, même si sa morphologie présente quelques particularités par rapport à l'imagerie habituelle (ses yeux, notamment, jaunes et violets). C'est a priori la seule fois dans sa longue saga que Moorcock utilise ce genre de personnages, ce qui accrédite la thèse de ce classicisme revendiqué.
     Toutefois, le classicisme selon Michael Moorcock est toujours limité : ainsi son héros perd très rapidement un œil et une main, avant d'en récupérer des substituts divins. En heroic fantasy, où le culte du corps du héros est sacro-saint (qu'on songe à Conan), cette démythification est rare, surtout à l'époque de la rédaction du cycle. Qu'on songe que même Fritz Leiber, grand ancêtre de Moorcock et également briseur de tabous, attendra 1977 et L'Île de givre (dans Magie des glaces) pour faire subir à l'un de ses héros, Fafhrd, la perte de sa main ! De même, la seconde trilogie voit Corum, adulé par les humains chez qui il vit, repartir en quête comme au premier jour pour sauver ceux-ci, alors qu'en général en fantasy la quête relève davantage de l'apprentissage, du passage de l'être commun au héros.
     Sous ses apparences de fantasy classique (mâtinée de SF, comme le prouvent certains passages, et par exemple la présence d'un vaisseau spatial), la saga de Corum ressemble donc à du Moorcock pur jus, avec un héros en pleine crise existentielle, qui se débat plus qu'il ne se bat dans les méandres des plans. Sa lecture est donc chaudement recommandée, comme devrait l'être celle du cycle du Multivers tout entier, vaste corpus littéraire extrêmement structuré malgré l'éclatement de ses thèmes et traitements.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/7/2002
dans Bifrost HS1
Mise en ligne le : 1/9/2003


    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
Jean-Pierre Fontana : Sondage Fontana - Fantasy (liste parue en 2002)  pour la série : Corum
 
Base mise à jour le 19 février 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.