Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Série    
 

Plodoc le diplodocus

Max KRUSE

 
    Volumes de la série    
1 /    Plodoc, diplodocus de choc
2 /    Plodoc et la planète inconnue
3 /    Plodoc en plongée
4 /    Plodoc au pôle Nord
5 /    Plodoc est plein d'aplomb

    Critiques    
     La Bibliothèque rose n'a jamais eu la réputation de publier des ouvrages de très bonne qualité, ni même d'en surveiller la qualité d'écriture et d'illustration. Pourtant, par un de ces rares bonheurs de l'édition, une partie des Plodoc de Max Kruse (cinq volumes sur onze)est parvenue jusqu'au lectorat français dans une version soignée. Car il s'agit de romans allemands, publiés en RFA à partir de 1969, traduits par Michèle Kahn (devenue depuis écrivain pour la jeunesse) et publiés par Hachette entre 1974 et 1977.
     Le professeur Habakouk Tibatong habitait autrefois dans une petite maison de la ville universitaire de Blablatenstadt, en compagnie de son fils adoptif Tim. Ils s'enfuirent un jour pour l'île Titiwou, lorsque la municipalité décida de replacer Tim dans un foyer plus sérieux. Il faut dire que les expériences du professeur Tibatong (personnage de savant lunatique tout à fait typique d'une certaine imagerie populaire) quant à l'apprentissage de la parole aux animaux n'étaient pas toujours considérées d'un très bon oeil à Blablatenstadt : avoir une truie qui parle en guise de gouvernante n'était pas apprécié de tous les bourgeois. Au nombre des habitants de Titiwou peuvent également se compter un varan, un pingouin, un morse (quoi qu'il reste plutôt sur son rocher, au large), un pélican, et... un jeune dinosaure ! Ce dernier, Plodoc (Urmel dans la V.O.), arriva sur l'île sous la forme d'un oeuf resté bloqué dans un morceau d'iceberg, qui avait dérivé jusque là...
     Les protagonistes de cet univers pas franchement rationnel mais tout à fait réjouissant sont tous typés de façon marquée, d'une part par leur caractère (la truie est particulièrement amusante, caricature qu'elle est de nombreux humains style concierge ou femme de ménage), d'autre part par leur langage. Car Tibatong n'a pas résolu quelques problèmes liés aux palais de ses amis : le varan met des V partout, le morse sème ses phrases de O, le pingouin chéchaille, la truie ronfle et le pélican a l'accent d'un Italien d'opérette (la traductrice s'est visiblement bien amusée).
     En cinq volumes (pour la V.F.), Max Kruse a construit un petit monde gentiment délirant, bourré d'un humour facétieux et aimablement non-conformiste (voir par exemple le roi Zéro). C'est un illustrateur talentueux, Daniel Billon (élève de Jean-Claude Forest et auteur lui-même de quelques bandes dessinées), qui fut chargé d'accompagner ces textes, et il le fit avec exactement le grain de folie qui convenait : son style faussement « relâché », rococo et vaguement rétro, entre Forest et Steadman, collait formidablement à l'imaginaire de Kruse. Écrivain assez prolifique, Max Kruse (né en 1921) est également connu en Allemagne pour des séries historiques et pour la tétralogie In weiten Land der Zeit, retraçant l'évolution de l'humanité.

André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/2/1990
Yellow Submarine 68
Mise en ligne le : 1/10/2004

 
Base mise à jour le 6 mai 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.