Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Série    
 

Ryôsaku

Jérôme NOIREZ

 
    Volumes de la série    
1 /    Fleurs de dragon
2 /    Le Shôgun de l'Ombre

    Critiques    
[Chronique commune au Chemin des ombres et au diptyque
Fleurs de dragon / Le Shôgun de l'ombre, qui constitue les deux premiers tomes du cycle appelé ici Ryôsaku]


     Autant le dire tout de suite, nous sommes un certain nombre à Bifrost à apprécier les romans et nouvelles de Jérôme Noirez. Lorsqu'il écrit, l'auteur ne fait pas dans la demi-mesure, bien au contraire, il ferait plutôt dans la démesure et la générosité. Un sentiment renforcé par une prose limpide oscillant entre poésie et cruauté. Les romans de Noirez ne se conquièrent pas de haute lutte. Ils vous happent dans leur filet pour vous relâcher l'esprit hanté par des émotions contrastées.

     Avec le diptyque Fleurs de dragon / Le Shôgun de l'ombre et Le chemin des ombres, romans destinés à la jeunesse, l'auteur français ne délaisse pas complètement les récits bizarres peuplés de fantômes et autres monstruosités. Il aborde les territoires de l'imaginaire nippon. Une découverte suscitant émerveillement et respect comme on va le voir. Pour autant, il n'édulcore pas la violence des relations humaines au profit d'un propos lénifiant.


     Conte d'un Japon légendaire [...] 1

     Japon des temps héroïques, Japon des temps historiques

     Contrairement à ce que laisse penser la réédition chez J'ai Lu, on ne trouve pas une once de fantasy dans Fleurs de dragon et Le Shôgun de l'ombre. Tout au plus y plane-t-il une ambiance de mystère, de celle régnant sur bon nombre de romans policiers d'antan, genre dont relèvent manifestement ces deux titres. Parus initialement dans la collection « Courants noirs » des excellentes éditions pour la jeunesse Gulf Stream, Fleurs de dragon et Le Shôgun de l'ombre forment un diptyque dont les deux parties peuvent se lire de façon indépendante. Il est tout de même recommandé de commencer par Fleurs de dragon, ne serait-ce que pour comprendre les allusions sous-jacentes et mieux apprécier les liens noués entre les personnages.

     Si le diptyque semble s'inscrire dans le registre de l'enquête, le terme est à prendre ici dans le sens donné par Hérodote. En effet, Jérôme Noirez nous immerge au cœur du XVe siècle nippon. Une période pour le moins troublée, où le Japon, en proie au désordre, subit une quasi-guerre civile opposant clans rivaux, shôgunat et daimyos querelleurs. Sur ce point, on ne peut guère reprocher à l'auteur de négliger sa documentation historique. En cela, il répond parfaitement au cahier des charges de la collection, fournissant de surcroît en appendices des informations précieuses sur le panthéon nippon, les armes, la mesure du temps, l'Histoire, l'art du nô, l'écriture et le kemari (le football japonais). Heureusement, ce didactisme ne s'exerce pas au détriment de l'histoire. La narration reste très soignée, distillant les informations au fur et à mesure de l'intrigue.

     Car si l'Histoire constitue les œuvres vives du diptyque, ses ressorts sont sans doute à rechercher du côté du roman d'aventure et du chandara (ou chambara), le récit de cape et d'épée japonais. Un genre à la codification très théâtrale, comportant son lot de figures obligées et de démonstrations visuelles. Du pain bénit pour le cinéma.

     Fleurs de dragon entraîne ainsi le lecteur à la poursuite d'un criminel s'attaquant aux samouraïs. Des forfaits particulièrement sanglants auxquels l'Etat, même affaibli par les guerres d'Ônin, se doit de répondre. On fait appel à l'enquêteur Ryôsaku, fidèle serviteur parmi les fidèles, un personnage dont la probité n'est plus à prouver. Mais comme l'affaire semble périlleuse, on lui adjoint trois jeunes samouraïs pour le seconder, un trio dont il va se charger de parfaire l'éducation. Les indices relevés par nos enquêteurs ne tardent pas à les amener dans une vallée perdue. C'est là qu'ils vont affronter l'auteur de ces crimes épouvantables, un meurtrier inspiré par un maître mystérieux : le shôgun de l'ombre.

     Celui qui « est tout ce dont les ténèbres sont faites » marque de son empreinte le second volet. Une présence intangible hantant les rues de Kyoto, capitale convalescente, encore meurtrie par des décennies de guerre, d'un Japon reconstitué une fois de plus ici avec talent. Toutefois, si le complot fomenté par ce shôgun de l'ombre fournit le fil directeur de l'histoire, celle-ci emprunte les voies du roman d'apprentissage. En effet, les personnalités des trois jeunes samouraïs dominent l'intrigue. De leurs relations avec leur maître Ryosaku, de leurs interactions mutuelles naît un récit mature jalonné de flambées de violence sèche, oscillant entre bouffonnerie et drame, pour notre plus grand plaisir.

     Au final, on l'a compris, le diptyque Fleurs de dragon / Le Shôgun de l'ombre apparaît comme une vraie réussite, où la vraisemblance de la reconstitution historique se conjugue aux qualités de narration d'un auteur manifestement à l'aise avec son sujet.

Notes :

1. La partie consacrée au Chemin des ombres n'a pas été reproduite ici. [note de nooSFere]


Laurent LELEU
Première parution : 1/10/2011
dans Bifrost 64
Mise en ligne le : 23/2/2013

 
Base mise à jour le 19 février 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.