Accueil Infos & Actu Encyclopédie Sites hébergés Association Recherche
Bienvenue sur le site de toutes les sphères de l'imaginaire.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

  nooSFere >  Encyclopédie > 

Invités


Ospiti


par Francesco Grasso

Vers la version originale

          Le bourdonnement du lecteur s'éteint en un soupir teinté de mélancolie.
          — Qu'est-ce que je t'avais dit ? défectueux.
          — Si c'était si simple, je ne t'aurais pas demandé d'y jeter un coup d'œil.
          Le petit homme extrait le CD et le passe au garçon.
          — Touche-le encore.
          Il est tiède. Une humidité superficielle. Le petit homme s'affaire avec un tournevis.
          — Regarde la carte mère, Michel. Il manque des composants, tu vois ?
          — Ca alors, c'est vrai ! Qu'est-ce que ça veut dire ?
          Le petit homme secoue la tête. Chauve, osseux, instable sur ses jambes, on dirait une quille sur le point de se faire renverser.
          — Combien de CD gratuits as-tu eus dans les mains, ces dernières années, Michel ? T'en fais quoi, tu les jettes ?
          — Eh bien, je les garde quelque part.
          — Où sont-ils, alors ? Montre-les moi.
          Le garçon fronce de nouveau les sourcils.
          — Ils doivent être là. Pourquoi les cherches-tu ?
          — Et les disquettes, jusqu'à l'arrivée des CD nous en avions des tonnes. Que sont-elles devenues ? Disparues. En échange j'ai des tiroirs remplis de tapis de souris et de cartouches d'imprimantes. D'où viennent-ils ?
          Le petit homme ouvre de nouveau le lecteur de CD.
          — Regarde.
          Michel écarquille les yeux. Il y en a deux désormais. Ils sont tièdes. Visqueux comme la peau d'un lézard.
          — Il a fait ça vite. C'est peut-être la saison... mais attends de tout voir.
          Le petit homme saisit le briquet. Il fait jaillir une étincelle et approche la flamme de la carte mère. Devant les yeux incrédules de Michel, un petit rectangle noir s'anime, saute hors de l'ordinateur et s'enfuit en trottinant sur des petits pieds métalliques.
          Mais sa course s'arrête près des deux CD. Puis, un mouvement fugitif. Le garçon a la vision d'un éclair rouge, quelque chose qui ressemble à une langue qui s'allonge, saisit avec ses griffes et puis retourne au repos. Quand il parvient à ajuster sa vue, le composant a disparu.
          L'air est maintenant glacial dans la pièce.
          — Mimétisme, susurre le petit homme. On dirait des microprocesseurs, mais... Arthropodes ? Insectes ? En tout cas les proies de créatures semblables à des CD. Une espèce qui à son tour devient une proie... Va savoir... Peut-être de tapis de souris carnivores, ou de reptiles mimétiques déguisés en câbles pour modem, qui déposent des œufs en forme de cartouches pour imprimantes. Qui sait ?
          — Où... où est l'astuce ? balbutie le garçon.
          — Il n'y a pas d'astuce. C'est la nature qui s'adapte à l'homme. Nous pensions l'avoir mise en difficulté avec la pollution et le reste, mais elle est rapide, elle est puissante, elle s'étend et prend possession de tous les milieux.
          — Non... ce n'est pas possible, dit Michel, haletant.
          — Je voulais que toi aussi tu voies, parce que j'ai un doute. Que se passe-t-il si ce mimétisme est découvert ? Quelle sera la stratégie défensive de réserve de cette nouvelle zoologie ?
          Un bruit. Ils se retournent. Ils ont à peine le temps de hurler.

(traduction de Cécile Vermeiren revue par Bruno Para)

          Francesco Grasso, né à Messina en 1965, vit à Rome. Il a remporté beaucoup de prix avec ses romans et surtout ses récits. Il est le seul Italien à avoir gagné deux fois le prix Urania : « Ai due lati del muro » (1992) et « 2038 : la rivolta » (2000). De lui, Valerio Evangelisti a écrit qu'il s'agit du « plus anglo-saxon des écrivains de SF » en Italie.
          Il est aussi le seul écrivain à avoir publié deux récits dans Fictioneer : « Invités », justement (in DEV 98, juillet/août 2002) et l'exceptionnel « Overclocking » (à paraître en 2003).



Vers la version française

          Il ronzio del lettore si spegne in un sospiro che sa di malinconia. — Come dicevo... difettoso.
          — Se fosse così semplice, non ti avrei chiesto di darci un'occhiata. — l'ometto estrae il CD e lo passa al ragazzo. — Toccalo di nuovo.
          E' tiepido. Un'ombra di umidità. L'ometto armeggia con un cacciavite.
          — Guarda la piastra madre, Michele. Mancano dei componenti, vedi ?
          — Ehi, è vero ! Che significa ?
          L'ometto scuote la testa. Calvo, ossuto, incerto sulle gambe, sembra un birillo sull'orlo dello strike.
          — Quanti CD gratuiti hai avuto per le mani, in questi anni, Michele ? Che ne fai , li butti ?
          — Be', li conservo da qualche parte.
          — Be', dove sono, allora ? Mostrameli.
          Il ragazzo aggrotta di nuovo le sopracciglia. — Saranno in giro. Chi ha voglia di cercarli ?
          — E i dischetti ? Fino all'avvento dei CD ne avevamo tonnellate. Che fine hanno fatto ? Spariti. In compenso ho cassetti pieni di tappetini per mouse e cartucce per stampante. Da dove vengono ?
          L'ometto apre di nuovo il contenitore del CD. — Guarda.
          Michele sgrana gli occhi. I dischi adesso sono due. Li tocca. Tiepidi. Viscidi come la pelle di una lucertola. — Ha fatto in fretta. Forse è la stagione... Ma aspetta di vedere tutto.
          L'ometto impugna l'accendino. Fa scoccare la scintilla, accosta la fiamma alla piastra madre. Davanti agli occhi increduli di Michele, un rettangolino nero si anima, salta fuori dal computer e fugge via zampettando sui piedini metallici.
          Ma la corsa si arresta accanto ai due CD. C'è un movimento fulmineo. Il ragazzo ha la visione di un lampo rosso, qualcosa di simile a una lingua che si allunga, ghermisce e torna a riposo. Quando riesce a mettere di nuovo a fuoco lo sguardo, il componente è sparito.
          L'aria della stanza è ora gelida.
          — Mimetismo. — sussurra l'ometto — Sembrano chip, ma... Artropodi ? Insetti ? Certo prede di creature che a noi sembrano CD. Una specie che a sua volta è predata... Chissà ? Forse da tappetini per mouse carnivori, o da rettili mimetizzati da cavi per modem, che depongono uova camuffate da cartucce di stampante. Chi può dirlo ?
          — Do... dov'è il trucco ? — balbetta il ragazzo.
          — Nessun trucco. E' la Natura che si adatta all'Uomo. Pensavamo di averla messa in difficoltà con l'inquinamento e il resto, ma Lei è veloce, è potente, si espande e prende possesso di tutti gli ambienti.
          — No... non è possibile. — ansima Michele.
          — Volevo che vedessi anche tu, perché ho un dubbio. Che succede se il mimetismo viene scoperto ? Che strategia difensiva di riserva avrà, questa nuova zoologia ?
          Un rumore. Si voltano. Fanno appena in tempo a urlare.

Première parution :
Date de mise en ligne : 14/12/2003

Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.