Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Nouvelles histoires étranges

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Jean-Bernard PALOU



CASTERMAN , coll. Autres temps, autres mondes - Anthologies
Dépôt légal : 1966
Première édition
Anthologie, 354 pages
ISBN : néant
Format : 13,5 x 20,5 cm
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     Après les HISTOIRES ETRANGES, les HISTOIRES INSOLITES, les HISTOIRES FANTASTIQUES D'AUJOURD'HUI dont on connait le succès, voici un nouveau recueil d'histoires étranges où sont réunis, avec d'autres, des textes de grands conteurs russes, chinois et vietnamiens.
     Ces oeuvres nous apportent « un frisson nouveau », une vision fantastique du monde propre au tempérament national de leurs auteurs. Des diables, des sorciers, des vampires, des êtres inconnus nous frôlent à tout moment. Dans sa préface, Jean Palou nous indique le chemin, certes parfois terrifiant, qui mène vers un inconnu plein d'une Sagesse et d'une Lumière qui n'appartiennent pas à notre humanité quotidienne. Ici aussi, la preuve est faite que le recours au fantastique, s'impose plus que jamais pour nous aider à rejoindre l'inconscient et les sources obscures de la vie.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Jean-Bernard PALOU, Préface, pages 11 à 13, préface
2 - Jean-Bernard PALOU, Solitude de la souffrance, pages 15 à 31, nouvelle
3 - Chen KI-TSI, Jen la Renarde fée (Renshi zhuan), pages 33 à 46, nouvelle
4 - Octave BÉLIARD, L'Étrange histoire de Françoise, pages 47 à 63, nouvelle
5 - Raymond PLION & René VIRARD, Le Vampire, pages 65 à 79, nouvelle
6 - Algernon BLACKWOOD, L'Homme qui fut Milligan (The Man Who was Milligan, 1923), pages 81 à 95, nouvelle, trad. Jacques PARSONS
7 - Pham Duy KHIÊM, L'Enfant de la morte, pages 97 à 101, nouvelle
8 - Algernon BLACKWOOD, Le Jeune Lord régénéré (The Regeneration of Lord Ernie, 1914), pages 103 à 182, nouvelle, trad. Jacques PARSONS
9 - Octave BÉLIARD, Le Bouddha, pages 183 à 189, nouvelle
10 - Nikolaj Vasil'evic GOGOL, Viy (Viï, 1832), pages 191 à 232, nouvelle, trad. Sonia LESCAUT
11 - Pham Duy KHIÊM, La Partie d'échecs dans la montagne, pages 233 à 237, nouvelle
12 - Leonid ANDREIEV, Lui (récit d'un inconnu) (Oy, 1913), pages 239 à 280, nouvelle, trad. Sonia LESCAUT
13 - Li FOU-YEN, Le Prodigue et l'alchimiste, pages 281 à 290, nouvelle
14 - Mircea ELIADE, Minuit à Serampore, pages 291 à 345, nouvelle
Critiques

[Critique commune de :

- Histoires fantastiques d'aujourdhui

- Nouvelles histoires étranges

Note nooSFere]

    Ces deux volumes ont entre eux divers points communs, en plus du fait qu'ils appartiennent à la même collection. Ils comprennent l'un et l'autre une introduction dont l'auteur ne cherche pas une nouvelle définition du fantastique ou de l'étrange, mais se contente d'évoquer l'appel que ces éléments exercent sur notre subjectivité. Marcel Schneider insiste sur le besoin d'évasion de notre époque, alors que Jean Palou parle simplement du fantastique qui « est pour l'écrivain un moyen d'évasion, une technique de création de rêves à usage personnel, pour son propre plaisir, et pour celui des adeptes de ce genre ». Et, précisément, les adeptes de ce genre trouveront des choses intéressantes dans les pages de ces deux recueils.

    Pour les lecteurs de la présente revue, ces deux volumes offrent l'intérêt de réunir des textes « insolites » d'auteurs qui ne sont pas tous des spécialistes du genre, et qui appartiennent même parfois à des écoles bien éloignées du merveilleux, scientifique ou non. La science-fiction n'est d'ailleurs que très exceptionnellement représentée. Dans le premier volume, on trouvera Le monstre, cette mémorable nouvelle de Gérard Klein dont la traduction eut les honneurs de la couverture du Magazine of Fantasy and Science Fiction.Dans le second recueil, elle ne joue un rôle important que dans la petite esquisse d'Octave Béliard, Le Bouddha. 

    Dans l'anthologie réunie par Marcel Schneider, on trouvera les noms de Marcel Brion, d'Alain Robbe-Grillet (qui prennent l'un et l'autre une peinture comme point de départ de leur promenade fantastique), de Henri Michaux, dont Une vie de chien est un remarquable exemple de fantastique surréaliste, d'André Pieyre de Mandiargues, dont l'héroïne vit une aventure nouvelle pour elle à l'intérieur d'un diamant, de Jean-Louis Bouquet, dont la superbe Fontaine de Joyeuse constitue une parfaite utilisation du thème de la possession, de Georges Limbour, avec Le cheval de Venise, de Julien Green, dont Le voyageur sur la terre est le plus long, sans doute le plus connu, mais non le moins intéressant, des récits rassemblés dans ce volume. Le critère qui paraît avoir guidé le choix de Marcel Schneider est donc celui de l'évasion par l'insolite, que celui-ci soit expliqué ou non. Cela confère à ces pages une agréable diversité de ton et d'ambiance.

    Dans le volume présenté par Jean Palou, les récits sont moins nombreux, donc en moyenne plus longs, que dans le précédent. Le lecteur trouvera ici, en particulier, deux longues nouvelles d'Algernon Blackwood, qui sont représentatives de l'art de son auteur. L'homme qui fut Milligan est, si l'on veut, une histoire d'évasion – d'évasion par le moyen d'une œuvre d'art – mais les circonstances de cette évasion, et ses conséquences, sont évoquées selon un angle rarement utilisé. Blackwood évite l'effet de chute, là où un autre auteur aurait probablement construit tout son récit en vue de cet effet. Le jeune Lord régénéré, récit qui occupe à lui seul près du quart de ce volume, est un autre exemple caractéristique de la manière de Blackwood. Sur un thème très simple – la découverte, quelque part dans le Jura suisse, de rites primitifs ayant survécu intacts au cours des siècles – l'auteur développe un sujet qui lui fut cher, celui de la communion de l'homme avec la nature, de la résonance que les éléments (ici, le feu et l'air) peuvent susciter en l'homme. Ici encore, mépris total de l'effet de chute : l'auteur montre assez rapidement où il veut en venir, mais impose au lecteur la qualité d'une narration majestueuse aux descriptions puissantes. L'inclusion de ces deux récits contribuera à faire connaître au lecteur français l'œuvre d'un auteur qu'il commence en général seulement à découvrir, et qui fut le maître d'un fantastique à la fois individuel et panthéiste.

    Parmi les autres récits, on trouve des œuvres d'auteurs asiatiques – dont Le prodigue et l'alchimiste, à propos duquel Jean Palou n'hésite pas à affirmer que ce récit « est sans doute le plus chargé de sens profond et secret, le plus magnifique aussi de tous ceux que nous avons pu lire ou entendre » – ainsi que des récits traduits du russe : Viy, à la fois démoniaque et caricatural, de Gogol, et Lui, grand-guignolesque mais curieusement inquiétant par son atmosphère kafkaïenne, de Leonid Andréev (un auteur passablement oublié aujourd'hui, mais qui connut la gloire au début de ce siècle).

    Comme dans le volume précédent, on a ici une diversité très plaisante, et chaque amateur d'insolite pourra faire en ces pages d'intéressantes découvertes. La série représente en outre un excellent effort en vue d'habituer le lecteur français aux recueils de nouvelles. Il y a, dans les récits insolites qui tiennent en quelques dizaines de pages, de véritables chefs-d'œuvre, que leur brièveté entoure d'un préjugé ; cette collection montre que cette mine mérite d'être exploitée systématiquement.

Demètre IOAKIMIDIS
Première parution : 1/6/1966 dans Fiction 151
Mise en ligne le : 18/1/2023

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
Viy , 1909, Vasili Goncharov (d'après le texte : Vij), (court-métrage)
Le Masque du démon , 1960, Mario Bava (d'après le texte : Vij)
Viy or Spirit of Evil , 1967, Georgi Kropachyov & Konstantin Yershov (d'après le texte : Vij)
Le Masque du démon , 1989, Lamberto Bava (d'après le texte : Vij)
Sveto mesto , 1990, Djordje Kadijevic (d'après le texte : Vij)
Viy , 1996, Leonid Zarubin, Alla Grachyova (d'après le texte : Vij), (court-métrage)
Vedma , 2006, Oleg Fesenko (d'après le texte : Vij)
Manyeoui kwan , 2008, Jin-seong Park (d'après le texte : Vij)
La Légende de Viy , 2014, Oleg Stepchenko (d'après le texte : Vij)
Les Chroniques de Viy: Les origines du Mal , 2017, Egor Baranov (d'après le texte : Vij)
Les Chroniques de Viy: Le Chasseur de démons , 2018, Egor Baranov (d'après le texte : Vij)
Les Chroniques de Viy: Le Cavalier Noir , 2018, Egor Baranov (d'après le texte : Vij)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79111 livres, 91851 photos de couvertures, 75098 quatrièmes.
9023 critiques, 43014 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.