Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Contes noirs du golf

Jean RAY

Première parution : Verviers, Belgique : Marabout, Bibliothèque Marabout Géant n° G208, 1964

Illustration de Gilles FRANCESCANO

LEFRANCQ CLAUDE (Bruxelles, Belgique), coll. Lefrancq en poche n° 2103
Dépôt légal : 1996
Réédition
Recueil de nouvelles, 256 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : 2-87153-305-9
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     « Le Golf n'est pas un sport mais un envoûtement... » disait Jean Ray. Et sous les touches hallucinées de sa machine à écrire, de singulières malédictions s'emparent des links : balles ensorcelées... clubs vengeurs et meurtriers... holes possédés par le Diable... Autant de phénomènes étranges entre greens et hazards ; de puissances redoutables aux bars très fermés de club-houses. Et qui sèment une délicieuse épouvante.
     Autour du thème mythique d'un sport très particulier se développe tout un monde régi par des lois mystérieuses, souvent maléfiques, qui nous échappent. Nous envoûtent. Du pur Jean Ray.

     Nouvelle édition des contes golfiques du célèbre auteur fantastique belge – partiellement restaurés à partir de manuscrits retrouvés –, complétée de plusieurs inédits.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - En guise de liminaire : Une demi-heure avec l'oldest-member, pages 7 à 10, nouvelle
2 - 72 holes... 36… 72, pages 11 à 18, nouvelle
3 - « Le Golfeur » de Mabuse, pages 19 à 25, nouvelle
4 - L'Oldest-member était seul..., pages 27 à 34, nouvelle
5 - Mademoiselle Andrette Froget, pages 35 à 39, nouvelle
6 - Influence, pages 41 à 47, nouvelle
7 - La Balle de l'engoulevent, pages 49 à 57, nouvelle
8 - La Parade des soldats de bois, pages 59 à 66, nouvelle
9 - Les Hazards du colonel Midgett, pages 67 à 72, nouvelle
10 - Le Swing, pages 73 à 78, nouvelle
11 - La Bête des links, pages 79 à 84, nouvelle
12 - Les Links hantés, pages 85 à 94, nouvelle
13 - La Grande Ourse, pages 95 à 113, nouvelle
14 - La Chance des « Aigles blancs », pages 105 à 112, nouvelle
15 - Le Plus ancien des membres, pages 113 à 118, nouvelle
16 - EG-1405, pages 119 à 125, nouvelle
17 - La Balle volée, pages 127 à 133, nouvelle
18 - La Forêt des Madrones, pages 135 à 141, nouvelle
19 - Hécate, pages 143 à 151, nouvelle
20 - Monsieur Ram, pages 153 à 161, nouvelle
21 - La Fin, pages 163 à 168, nouvelle
22 - Le Septième trou, pages 169 à 174, nouvelle
23 - Qui ?, pages 175 à 182, nouvelle
24 - La Belle partie, pages 183 à 186, nouvelle
25 - Le Driver doré, pages 187 à 193, nouvelle
26 - Le Vestiaire, pages 195 à 200, nouvelle
27 - Le Mystère du Dip Club, pages 201 à 214, nouvelle
28 - La Coupe bosselée du Wild Rose, pages 215 à 221, nouvelle
29 - Le Cas de Lady Stillington ou l'histoire d'un sortilège, pages 223 à 228, nouvelle
30 - Impondérables, pages 229 à 232, nouvelle
31 - Le Miracle du professeur, pages 233 à 237, nouvelle
32 - Henri VERNES, Postface, pages 239 à 243, postface
33 - ANONYME, Lexique, pages 247 à 247, lexique
Critiques

    Le recueil, constitué après la mort de Jean Ray, regroupe des textes initialement parus dans la revue Golf. Exercices d’écriture sous contrainte, donc. Dans Les Contes du whisky, l’unité thématique donnait prétexte aux récits sans vraiment les influencer. Ici, le fond détermine les différentes variations formelles, et Jean Ray brasse large. « 72 holes… 36… 72 », « Seul dans le Club House » et « Mademoiselle Andrée Froget » traitent de tragédies amoureuses. « La Balle de l’engoulevent » s’intéresse à la sorcellerie, « Les Links hantés » et « La Chance des aigles blancs » sont des histoires de fantômes, « Hécate » et « EG-1405 » parlent de surnaturel exotique, tout comme le très beau « Monsieur Ram », histoire d’enfant martyr et de son ami pas si imaginaire que cela. « Le Mystère du dipclub » propose une vengeance à la Monte-Cristo. « La Grande Ourse » revisite l’un des thèmes classiques du fantastique, la boutique qui disparaît du jour au lendemain. « La Bête des links » offre un récit réaliste autour d’un tueur de femmes, tandis que « Le Plus ancien membre », « La Fin » et « Le Septième trou » relèvent du fait-divers. On retrouve aussi la parodie d’essai, exercice cher à l’auteur, avec « Le Vestiaire » et l’usage de références historiques, fausses ou avérées dans « Le Golfeur de Mabuse ».

    On appréciera, à titre de clin d’œil, « La Balle volée », qui permet de retrouver le personnage de Si Triggs, héros malgré lui du roman La Cité de l’indicible peur (Alma, 2015), et surtout « Le Swing », récit d’une réjouissante méchanceté.

    Un ensemble hétérogène, qui va de l’agréable à l’excellent, complété dans l’édition d’origine par une postface d’Henri Vernes.

Xavier MAUMÉJEAN
Première parution : 1/7/2017 dans Bifrost 87
Mise en ligne le : 12/1/2023

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79111 livres, 91851 photos de couvertures, 75098 quatrièmes.
9023 critiques, 43014 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.