Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Horizons perdus

James HILTON

Titre original : Lost Horizon, 1933

Traduction de Hélène GODARD

TERRE DE BRUME (Dinan, France), coll. Terres mystérieuses n° (18)
Dépôt légal : janvier 2006
208 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 2-84362-288-3   
Genre : Imaginaire 


Autres éditions
Sous le titre Les Horizons perdus   J'AI LU, 1961
Sous le titre Horizons perdus
   MARABOUT - GÉRARD, 1953
   in Les Mondes perdus, PRESSES DE LA CITÉ, 1993
Sous le titre Horizons perdus
   UGE (Union Générale d'Éditions), 1988

    Quatrième de couverture    
     Shangri-La ! Cité mythique pour des millions de lecteurs depuis la parution. en 1933, d'Horizon perdu, elle est devenue synonyme de paradis et d'éternelle jeunesse.
     Shangri-La, inspiré par la tradition bouddhiste de Shambhala, est une lamaserie nichée dans une vallée inconnue des montagnes tibétaines. Trois hommes et une femme vont s'y retrouver contre leur gré. Recueillis à Shangri-La après un étrange accident d'avion, ils apprendront que la vallée est quasiment coupée du monde extérieur et qu'il leur faudra peut-être attendre plusieurs mois avant de pouvoir regagner la « civilisation ». Mais sont-ils vraiment arrivés à Shangri-La par hasard ? La vallée recèle des mystères qui pourraient bien convaincre certains d'entre eux d'y rester leur vie entière...
     Livre-culte, constamment réédité depuis sa publication et popularisé par le film mythique qu'en tira Frank Capra en 1937, avec Ronald Colman dans le rôle principal, Horizon perdu est ici présenté dans une traduction entièrement révisée. Ce roman d'aventures empreint de mysticisme est aussi un texte prophétique, annonciateur de la Seconde Guerre mondiale. Quant à l'auteur, le Britannique James Hilton (1900-1954), il eut le bonheur de connaître un autre succès mondial — aussi littéraire que cinématographique — avec la comédie sentimentale Good bye Mr Chips (1934).

    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Horizons perdus , 1937, Frank Capra
Les Horizons perdus , 1973, Charles Jarrott (Film musical)
 
    Critiques    
     Voici quatre-vingt ans, en 1933, paraissait ce roman dans le monde anglo-saxon. C'était avant la Seconde Guerre mondiale, guerre qui a instauré une rupture dans l'histoire, créant un « avant » historique et un « après » contemporain. 1933 est une année charnière, qui vit notamment l'arrivée au pouvoir en Allemagne d'Adolf Hitler, et on peut la concevoir comme l'année où l'on passe de l'après-guerre de 14 à l'avant-guerre de 40. Ce contexte historique explique non seulement le succès, mais l'importance de ce roman. Ce sont ces conditions très particulières qui créèrent le besoin de Shangri-La.
     Inspirée par la tradition bouddhiste de Shambhala, Shangri-La, une lamaserie nichée dans une vallée inconnue des montagnes tibétaines, est avant et plus que tout un refuge pour et peuplé d'Occidentaux. Chang, le Chinois qui accueille les quatre personnages à la lamaserie, parle parfaitement anglais. Nombre de lamas, y compris le Grand Lama, sont Occidentaux. Le bouddhisme n'est pas à sa place à Shangri-La. Les populations locales n'y font figure que de main d'œuvre — ce qui nous rappelle que le roman a été rédigé alors que nous étions encore en pleine période coloniale.
     Shangri-La est bien sûr un nom connu du grand public, auquel sont faites d'innombrables références, comme s'il s'agissait d'un lieu réel. Par exemple, les Kinks ont sur leur album Arthur or the Decline and Fall of the British Empire une chanson intitulée « Shangri-La » ; les Stone Temple Pilots ont appelé leur quatrième album Shangri-La De Da... C'est le propre du mythe que d'être une fiction qui existe avec autant, sinon davantage, de force que la réalité, en étant chargé d'énergie symbolique. En 1933, l'Occident a besoin de Shangri-La, d'un refuge pour les temps troublés qui s'annoncent... Les littératures de l'imaginaire ont décliné Shangri-La sous de multiples avatars. Mike Moorcock l'a fait avec Tanelorn, cité où trouvent parfois refuge diverses incarnations de l'Eternel Champion, trop las, à l'instar de Conway, pour s'affronter encore dans un monde en proie à un chaos que l'on sent poindre dans le roman de James Hilton. La Livérion de Serge Lehman en est une autre déclinaison. Shangri-La est un endroit hors du temps, où ce dernier, justement, semble suspendu, et où donc la mort peut être tenue en échec. Tout le monde ne saurait aller à Shangri-La, car un mythe enfoui dans les limbes du passé ne peut persister que nimbé de mystère. Si, à l'instar de miss Brinklow ou de Barnard, on peut y parvenir par hasard, on peut aussi se découvrir une bonne raison d'y rester.
     Brian Stableford, le préfacier, nous dit qu' « Horizon perdu n'est qu'une longue étude de caractère, une analyse de l'état existentiel de Hugh Conway. Celui-ci a la réputation d'être un homme courageux bien que son imperturbabilité dans les moments de crise ne soit qu'une manifestation de l'anesthésie spirituelle qui l'affecte depuis la Grande Guerre. » (p. 9) En cela, il est le portrait craché d'Elric, qui, comme Conway, se voit comme quelqu'un qui ne fait plus vraiment partie d'un monde lui apparaissant privé de sens. Stableford nous dit encore (p. 6) qu' « Horizon perdu est une œuvre opportune en réaction contre la Grande Dépression, la montée du fascisme en Europe et l'idée terrifiante que la Grande Guerre allait bientôt recommencer », et que, par les temps qui courent, le mythe de Shangri-La redevient opportun...
     Enfin, il apparaît clairement que la manière dont James Hilton a écrit son roman a largement contribué à sa réception mythique. L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours. Ainsi, le narrateur à la première personne, bien qu'il ne soit pas Hilton, reçoit du romancier Rutherford le récit de Conway, qu'il a couché sur papier. Cette construction permet au lecteur qui le souhaite de croire que le roman de Hilton contient un récit véridique d'aventures vécues par Conway, et facilite ainsi le passage de Shangri-La de la littérature à sa réalité mythique.
     Pour excentrique qu'il soit, Horizon perdu n'est pas de ces récits torrentiels dont la lecture vous emporte. D'une part, c'est une étude du caractère de Conway ; d'autre part, Shangri-La est l'endroit paisible par excellence, lieu où il ne se passe tellement rien que le temps même y suspend son vol. Un lieu de bonheur hors du monde, certes, mais il est connu que les gens heureux n'ont pas d'histoire. Si Conway finit par en avoir une, et c'est là tout son drame, c'est qu'il ne sait pas quel monde choisir...
     Horizon perdu est un livre important pour la culture occidentale, qu'il faut avoir lu.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/7/2013 dans Bifrost 71
Mise en ligne le : 1/4/2018


 

Dans la nooSFere : 60701 livres, 54792 photos de couvertures, 54602 quatrièmes.
7936 critiques, 32903 intervenant·e·s, 1126 photographies, 3638 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies