Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dimension Super-Pouvoirs

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Jean-Marc LAINÉ



Illustration de GRILLON

BLACK COAT PRESS , coll. Rivière Blanche - Fusée n° 25
Dépôt légal : février 2013
200 pages, catégorie / prix : 17 €
ISBN : 978-1-61227-165-1   



    Quatrième de couverture    
     Tout le monde court après le pouvoir. Pouvoir médiatique, pouvoir financier. Pouvoir de convaincre ses interlocuteurs, pouvoir de changer le monde. Pouvoir de passer inaperçu ou pouvoir de séduire. Insignifiant ou sublime, le pouvoir est une quête, un fantasme, un désir, parfois même une terreur, sourde et profonde.

     Aux quatre coins du monde, des hommes utilisent leurs pouvoirs, petits ou grands. Parfois, ils en font leur métier (L'Effet Van Beck), parfois, ils agissent dans la discrétion (L'Invisible). Certains franchissent les limites imposées par la société (Régulateur), alors que la société en terrorise (Blanc comme neige) ou en manipule d'autres (Master and servants), jusqu'à transformer l'imaginaire mondial et inventer des mythes (Zone 51). Mais pour beaucoup, le pouvoir se situe dans les portes qu'on ouvre (Le Nabi noir), dans les oppresseurs dont on se libère (Papa) ou simplement dans l'imagination (Un jour, peut-être). Et peut-être même dans la contemplation de l'avenir et du destin (Voyage).

     Scénariste de bande dessinée et essayiste, Jean-Marc Lainé se passionne pour les formes modernes de l'imaginaire. Et après avoir longuement réfléchi aux super-héros sans super-pouvoirs, il pose aujourd'hui la question du super-pouvoir sans super-héros.

    Sommaire    
 
    Critiques    
     Jean-Marc Lainé, figure bien connue du fandom SF français, nous présente ici une anthologie dont le thème est celui des superpouvoirs, sans super-héros. Voilà une idée qui ne manque pas d'intérêt, et c'est non sans hâte qu'on se plonge dans l'opus, et avant tout sa préface... dix pages sur les héros / superpouvoirs au travers de l'histoire des comics et de quelques grands noms de la science-fiction (Herbert, Dick, Silverberg...). Une mise en bouche pleine de références, en fait, presque autant que de coquilles et de répétitions. Ça commence bien ! Au final, on se dit que le thème reste intéressant, mais on a confirmation qu'il a déjà été traité par d'innombrables auteurs aux qualités reconnues. Tâche ardue, donc, mais on commence tout de même la lecture des nouvelles et... on la termine ! Et là se pose LE dilemme du chroniqueur. On aime la littérature, et en particulier celle des mondes imaginaires, et le but du jeu est de dire à quel point on a aimé où pas aimé un ouvrage. Oui, mais comment ? Avec quelles limites ? Quel ton utiliser ? Bon tant pis, on se lance, peut-être en essayant un style doux mais ferme, genre assertif. Difficile, mais c'est le job. On débute avec une nouvelle d'Hervé Graizon (un bon point pour le prénom !), texte en deux temps, ouverture et fermeture du recueil avec « Voyage 1 — Arrivée », « Voyage 2 — Départ ». Dans l'introduction, l'anthologiste nous annonce un texte « à la teneur existentialiste et poétique ». Merci Jean-Marc, pour mettre la pression, c'est du lourd ! En ce qui nous concerne, on en reste poétiquement dubitatif, d'un point de vue strictement existentiel bien entendu. Une manière de dire ici que ce texte ne manque pas d'intérêt et mérite d'être lu, mais qu'il n'avait pas besoin d'être orienté, ni le lecteur d'ailleurs, par une introduction à la mode quatrième de couv' ! C'est ensuite au tour de Ben KG avec « L'Effet Van Beck », description d'une soirée entre individus ayant des superpouvoirs. Le cynisme, de bon aloi tout au long de la nouvelle, est un peu gâché par une fin doucereuse. On en ressort avec un goût d'inachevé. Oliver Peru, dont nous avions trouvé le roman Druide fort fréquentable, nous livre ici un texte d'une plume maîtrisée mais à l'intrigue convenue, presque cousue de fil blanc. Vient ensuite « Le Nabi noir » d'André-François Ruaud, ou comment démontrer en trente pages que l'utilisation du passé simple nuit gravement à la santé d'un texte. Franck James, avec « Zone 51 », propose une nouvelle plaisante, pleine de cette nostalgie joyeuse des comics, bourrée de références TV, ciné, BD. Une lecture rafraichissante dont on ressort avec le sourire du plaisir partagé. « Master and servants », de Patrice Lesparre, ou l'histoire d'un maître de la soumission au milieu de ses esclaves... Mais qui est le maître ? Une intrigue avec chute et contre-chute. On aime. « Papa », un texte très court de Jean-Marc Lofficier : trois pages, une écriture brute, incisive, ciselée, économe. Au point qu'il est difficile de vous en dire plus. A lire. « Un jour peut-être », de Jean-Marc Lainé himself, une belle histoire, hélas gangrenée par les fautes de frappe et les répétitions : « en cours de musique collègue » ! Au collège ? Non ? A la longue, c'est... bon, bref. Vient ensuite « Blanc comme neige » d'Arnaud Quentin, une variation sur la fratrie plutôt réussie. Et enfin « L'Invisible » d'Alex Nicolavitch, qui, lui, varie sur le thème de « question pour un champion » version superpouvoir. Le recueil se termine par un dictionnaire des auteurs — à noter qu'Alex Nikolavitch n'y apparait pas... Un oubli, surement ! Au final, 50% : passez votre chemin, 25% : oui, mais non, mais oui, mais non (hommage répétitif à JML !), et 25% : quelques auteurs sauvent les meubles. Ajoutez à l'ensemble un paquet d'erreurs de saisie, de mise en page, de répétitions, etc., et vous aurez un bon petit lot pour 17 euros TTC tout de même. On ne cesse de le dire et on ne cessera jamais, un travail littéraire exigeant et de qualité ne tient pas uniquement au texte en lui-même, mais aussi au travail d'éditeur, de directeur de collection, de traducteur le cas échéant, voire d'illustrateur. Une œuvre s'évalue dans son ensemble, au risque de se voir justement polluée par tout ce qui l'entoure. Car enfin, même si chaque maison d'édition doit bien faire avec ses propres moyens, si limités soient-ils, ce que le lecteur lambda note de coquilles dès sa première lecture, on se dit que d'autres professionnels auraient pu les déceler plus tôt. Sans partir dans un grand débat pompeux, on peut se demander si ce n'est pas ce niveau de professionnalisme défaillant qui, invariablement, permet à d'autres de continuer à ranger les littératures de l'imaginaire dans des sous-genres d'autant plus faciles à dénigrer. En tout cas, on aurait été sûrement plus indulgent et bienveillant à l'égard d'auteurs qui, pour certains, signent ici leur début. Et on n'aurait pas fini la lecture de l'ouvrage avec une note aussi grincheuse. Une fois n'est pas coutume... Conclusion : s'il vous plait, pour nos yeux fragiles et notre tempérament chatouilleux, une petite relecture critique et correctrice avant d'envoyer le tout à l'impression. Merci pour nous. Merci pour eux.

Hervé LE ROUX
Première parution : 1/7/2013 dans Bifrost 71
Mise en ligne le : 1/4/2018


 

Dans la nooSFere : 60701 livres, 54792 photos de couvertures, 54602 quatrièmes.
7936 critiques, 32903 intervenant·e·s, 1126 photographies, 3638 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies