Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Almuric

Robert E. HOWARD


Traduction de Patrice LOUINET
Illustration de Stéphane COLLIGNON
Illustrations intérieures de Stéphane COLLIGNON

BRAGELONNE (Paris, France), coll. Les Intégrales
Dépôt légal : septembre 2015
Première édition
Recueil de nouvelles, 432 pages, catégorie / prix : 25 €
ISBN : 978-2-35294-853-7
Format : 15,3 x 23,8 cm  



    Quatrième de couverture    
C'est une sensation hors du commun que se retrouver brutalement projeté de sa planète d'origine dans un monde étrange et inconnu.
Moi qui n’avais jamais connu la peur, j’étais réduit à une boule de nerfs craintive, sursautant à la seule vue de mon ombre. Je venais de prendre conscience de l'absolue impuissance d'un être humain. Ma robuste carcasse et mes muscles d'acier me semblaient aussi frêles et chétifs que ceux d'un enfant.
Un léger bruit dans mon dos me fit me retourner d’un coup, et je tombai nez à nez sur mon premier habitant d’Almuric. Il n ’était guère plus grand que moi, mais plus massif, avec des épaules particulièrement imposantes et des membres épais aux muscles noueux. Son corps était recouvert d'un duvet du même noir bleuté que sa barbe et sa chevelure. Il n'était pas aussi velu qu'un singe, mais jamais je n'avais vu d ’être humain si poilu.
Ses yeux arrogants s’attardèrent dédaigneusement sur mes membres lisses et mon visage glabre.
Au nom de Thak, es-tu homme ou femme ? demanda-t-il.

Après Les Dieux de Bal-Sagoth et Les Ombres de Canaan, voici le dernier des trois volumes réunissant tous les textes d'horreur et d'heroic fantasy de Robert E. Howard, le créateur de Conan le Cimmérien. Au sommaire, le mythique roman Almuric, mais également les derniers textes mettant en scène James Allison, et « Nekht Semerkeht », un texte hanté par le suicide, que Howard écrivit dans le mois qui précéda sa mort. Comme tous les autres ouvrages de la collection, cette édition élaborée par Patrice Louinet se fonde sur des textes intégraux et non censurés, et est superbement illustrée par Stéphane Collignon.

    Sommaire    
1 - Patrice LOUINET, Introduction, pages 7 à 8, introduction
2 - Almuric (Almuric), pages 9 à 144, roman, trad. Patrice LOUINET
3 - Le Jardin de la Peur (The Garden of Fear), pages 145 à 162, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
4 - La Voix d'El-Lil (The Voice of El-Lil), pages 163 à 192, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
5 - La Hyène (The Hyena), pages 193 à 208, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
6 - Une sonnerie de trompettes (A Thunder of Trumpets), pages 209 à 232, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
7 - Le Cobra du rêve (The Cobra in the Dream), pages 233 à 240, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
8 - Le Fantôme sur le seuil (The Ghost in the Doorway), pages 241 à 245, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
9 - Delenda Est (Delenda Est), pages 247 à 256, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
10 - Le Fléau de Dermod (Dermod's Bane), pages 257 à 263, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
11 - La Vallée Perdue (The Valley of the Lost), pages 265 à 290, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
12 - Le Roi du Peuple Oublié (King of the Forgotten People), pages 291 à 295, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
13 - James Allison - Fragments, pages 319 à 353, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
14 - Le Cavalier-Tonnerre (The Thunder-Rider), pages 355 à 381, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
15 - Nekht Semerkeht (Nekht Semerkeht), pages 383 à 401, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
16 - Le Tentateur (The Tempter), pages 402 à 405, nouvelle, trad. Patrice LOUINET
17 - Patrice LOUINET, « To live is to die », pages 407 à 422, postface
18 - Patrice LOUINET, Note sur les textes, pages 423 à 424, bibliographie
 
    Critiques    

                Ce volume n’est pas le meilleur des douze publiés chez Bragelonne sous l’égide de Patrice Louinet – ne serait-ce que du fait de la présence dans ses pages du roman éponyme, le premier que Howard se soit essayé à écrire, un texte qui ne donna pas satisfaction à son auteur, au point qu’il l’abandonna inachevé, et qui n’avait donc pas vocation à être publié, on le comprend aisément à la lecture. Le travail du biographe permet de dater ce texte de février 1934 et de lui donner sa vraie place au sein du corpus howardien. Patrice Louinet y voit une application littéraire du débat Howard/Lovecraft sur l’opposition entre physique et intellect, opposition que l’on retrouvera dans nombre de textes et où les deux auteurs peuvent transparaître derrière les personnages.

                Le roman dont la fin est d’une plume autre que celle de Howard est suivi de cent soixante pages de nouvelles d’inspiration fantastique autour du thème de la réincarnation. « Le Jardin de la peur » met en scène James Allison, un héros inspiré par Le Vagabond des étoiles de Jack London, qui se souvient de ses existences antérieures. On le retrouvera dans plusieurs fragments en appendice. « La Voix d’El-lil » est un texte qui fut publié dans Oriental Stories, un pulp dirigé par Farnsworth Wright spécialisé dans les aventures situées dans ces contrées alors fort mystérieuses pour le grand public. Suit « La Hyène », texte de jeunesse d’un Howard âgé de dix-huit ans manquant encore de maîtrise. Viennent ensuite quelques récits d’un moindre intérêt : « Une sonnerie de trompette », qui fut écrit en collaboration ; « Le Cobra du rêve », une réécriture d’une autre nouvelle ; deux histoires de fantômes : « Le Fantôme sur le seuil » et « Le Fléau de Dermod ». Dans un court texte intitulé « Delenda est », Howard manifeste sa haine de Rome, l’incarnation de la civilisation opposée aux barbares. « La Vallée perdue » est un western fantastique qui, en dépit de ses qualités, ne trouva pas à être publié à l’époque. Enfin, la dernière nouvelle, « Le Roi du peuple oublié », s’avère particulièrement intéressante en ce qu’elle figure ce qu’Howard écrira de plus proche de la science-fiction – un récit destiné à Astounding.

                L’ouvrage se termine par une centaine de pages d’appendices, dont les quatre fragments consacrés à James Allison, du Cavalier-Tonnnerre et de Nekht Semerkeht, un récit inachevé qui semble bien avoir été interrompu par le suicide de Howard. Un ultime essai de Patrice Louinet, « To live is to die », dans lequel il revient une dernière fois sur l’œuvre du Texan à travers les textes qui sont ici proposés, conclut l’ensemble.

                On ne pourra que louer Patrice Louinet et Bragelonne pour la qualité de l’énorme travail (douze volumes, six mille pages quasi intégralement retraduites) fourni afin de mettre à la disposition des lecteurs une édition qui se veut définitive des œuvres de « Two-Gun Bob », qu’il s’agissait avant tout d’expurger des scories laissées par Lin Carter et Sprague de Camp. À qui ne voudrait pas lire cette somme somptueuse, on conseillera Conan – Les Clous Rouges et Le Seigneur de Samarcande, ou encore le seul Conan, volume de poche chez Milady, qui présente une sélection soignée des aventures du Cimmérien, plutôt que cet Almuric contenant l’ultime reliquat de ce qui méritait malgré tout d’être publié – dans les genres qui nous occupent, tout du moins…


Jean-Pierre LION
Première parution : 1/1/2016 dans Bifrost 81
Mise en ligne le : 25/10/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70967 livres, 81436 photos de couvertures, 66166 quatrièmes.
8471 critiques, 38134 intervenant·e·s, 1488 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.