Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman

Angela CARTER

Titre original : The Infernal Desire Machines of Doctor Hoffman, 1972
Première parution : Rupert Hart-Davis, 1972
Traduction de Maxime BERRÉE
Illustration de Arthur PUMARELLI

OGRE (Éditions de l')  n° 9
Date de parution : 22 janvier 2016
Dépôt légal : décembre 2015
Première édition
Roman, 368 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 979-10-93606-20-0
Format : 14,0 x 18,5 cm
Genre : Fantasy



Quatrième de couverture
« Une sorte de panique orgiaque s’empara de la ville. Ses braves avenues et ses places loyales furent soudain aussi fertiles en métamorphoses qu’une forêt magique. Cette redéfinition fantasmagorique de la ville fluctuait constamment, c’était désormais le royaume de l’immédiat.
Des palais de nuages s’érigeaient tout seuls puis s’effondraient pour révéler l’espace d’un instant le magasin bien connu qu’ils cachaient, avant d’être remplacés par quelque nouvelle audace. Un groupe de piliers en train de psalmodier explosait en plein milieu d’un mantra et hop ! ils redevenaient des lampadaires, puis en pleine nuit ils se changeaient en fleurs muettes. Des têtes géantes portant casques de conquistador voguaient tels de tristes cerfs-volants barbouillés de peinture par-dessus des cheminées sarcastiques. Rien ou presque ne restait identique plus d’une seconde et la ville n’était plus le produit conscient de l’humanité ; elle était devenue le règne arbitraire du rêve. »
Critiques

     « Il était une fois un jeune homme du nom de Desiderio qui partit en voyage et fut bien tôt complètement perdu. Quand il pensa avoir atteint sa destination, celle-ci s’avéra n’être que le point de départ d’un autre voyage infiniment plus dangereux que le premier. » Ces quelques lignes des Machines à désir infernales du Docteur Hoffman donnent un aperçu de sa riche substance littéraire – légendaire et ironique, d’une inquiétante étrangeté – ainsi que de sa fascinante intrigue. Paru aux États-Unis en 1972, cet extraordinaire roman est l’œuvre d’Angela Carter. Morte en 1992 à l’âge de 51 ans, la Britannique a composé une œuvre mêlant journalisme, théâtre, poésie, nouvelles (dont « La Compagnie des Loups » adaptée au cinéma par Neil Jordan) et romans. Alliant flamboyance stylistique, puissance imaginative et réflexion politique – notamment féministe –, l’univers d’Angela Carter compte parmi ses admirateurs Jeff VanderMeer. Le praticien et théoricien de la weird fiction a ainsi consacré un essai (inédit en français) aux Machines à désir infernales du Docteur Hoffman, selon lui « le plus beau roman surréaliste des trente dernières années. » Un jugement que le lectorat francophone peut enfin vérifier grâce à la belle traduction qu’en proposent les éditions de l’Ogre. Se déroulant en un temps peu déterminé – le récit semble s’inscrire dans un large XXe siècle – et en des lieux pareillement vagues – l’action se partage entre une Amérique et une Afrique imprécises –, le livre dépeint une version alternative et symboliste de la réalité. Soit un cadre particulièrement propice à l’épanouissement de son intrigue fantastique et métaphorique. Non seulement délirant récit de voyage, Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman est aussi le roman d’une guerre rien moins que conventionnelle opposant défenseurs de la rationalité et partisans de l’imaginaire. Ceux-ci sont emmenés par le Dr. Hoffman, inventeur d’une technologie incarnant dans le réel les fruits les plus extravagants de l’imagination. La cible des assauts hoffmaniens – fantasmes authentiquement réalisés ? illusions géniales ? – est une cité simplement nommée « la ville », dirigée par « le Ministre ». Rationaliste intransigeant, le potentat tente de libérer sa cité du « règne arbitraire du rêve. » Parmi ses affidés, le Ministre compte Desiderio qu’il charge d’aller débusquer Hoffman pour le tuer. Mais le protagoniste et narrateur du roman est un agent passablement trouble. Comme le trahit son nom, Desiderio possède un imaginaire fécond, particulièrement en matière amoureuse. À un degré tel que l’incertain agent du réalisme épouse bientôt la cause adverse. Ses incroyables pérégrinations sont autant d’occasions de s’abandonner à la force de l’imaginaire sous son aspect le plus lumineux comme le plus sombre. Les épisodes sadiens – durant lesquels Desiderio fait l’expérience tantôt volontaire, tantôt contrainte de sexualités transgressives et dominatrices – rappellent qu’une fantasmatique puissamment aliénante se tapit parfois dans la psyché. Mais l’imaginaire peut aussi être un formidable outil d’émancipation. Comme lorsqu’il permet à Desiderio de mettre en œuvre le « Je est un autre » rimbaldien en des pages ludiques et libératrices. Enfin, l’imagination est source de beauté. Ce que prouve la forme même du livre par son art de l’image, splendide et luxuriant, ou par sa brillante architecture hybridant, par exemple, le roman gothique, la science-fiction spéculative et le conte philosophique deleuzien. Prodige réflexif et esthétique, Les Machines à désir infernales du Docteur Hoffman constitue un singulier et passionnant chef-d’œuvre des littératures de l’Imaginaire.

Pierre CHARREL
Première parution : 1/7/2016 dans Bifrost 83
Mise en ligne le : 9/9/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77936 livres, 89433 photos de couvertures, 73882 quatrièmes.
8686 critiques, 42385 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.