Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Dernier amour du lieutenant Petrescu

Vladimir LORTCHENKOV

Titre original : Poslednaya liubov leitenanta Petresku, 2013
Première parution : Russie : Jour et nuit, 2013
Traduction de Raphaëlle PACHE

AGULLO (Villenave d'Ornon, France), coll. Agullo Fiction
Dépôt légal : octobre 2016
Première édition
Roman, 256 pages, catégorie / prix : 21,50 €
ISBN : 979-10-95718-10-9
Format : 14,1 x 20,2 cm
Genre : Imaginaire

Conception graphique : WIPbrands



Critiques

    Tout va mal en Moldavie. Tout va vraiment mal. À tel point que le responsable du SIS – qui a remplacé le KGB depuis la proclamation de l’indépendance – est persuadé qu’Oussama ben Laden se cache quelque part dans la capitale. Il le ferait même au vu et au su de tous, se faisant passer pour le cuistot d’un petit restaurant situé au cœur de Chisinau.

    Sous la forme d’un improbable inventaire, ajoutons aux policiers alcooliques ex-KGB, des étudiants révolutionnaires, du sexe, des fonctionnaires fainéants, des complots moldaves, de la vodka, un journaliste, des mouchards, des contre-complots américains, des morts, des trahisons, d’antiques caméras de surveillance et bien évidemment des chawarmas.

    Le voyage que propose Vladimir Lortchenkov est de ceux que l’on fait en souriant, sans jamais savoir si notre rire est noir ou pas. Ses personnages sont tragi-comiques, grotesques et déglingués, tout comme le monde post-soviétique en permanence au bord du chaos qui les entoure. L’intrigue virevolte, rebondit, multiplie les rebondissements, sans jamais reculer devant aucun effet pour construire un étonnant patchwork de personnages qui se perdent dans un imbroglio permanent d’idées, de bêtise et d’alcool.

    Le non-sens épuise parfois tellement le rythme est intense. On ne sait plus si on se perd à cause de l’intensité des situations toutes plus délirantes les unes que les autres ou si notre propre désarroi participe de l’expérience de la lecture. Car toutes bonnes farces cachent leur part de critique et derrière la bouffonnerie pointe la satire impitoyablement loufoque d’un pays à la dérive.

    Ne cherchez pas. Si les Monty Python avaient été moldaves, ils auraient signé ce livre.

Étienne BARILLIER (site web)
Première parution : 1/7/2017 dans Bifrost 87
Mise en ligne le : 4/1/2023

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79111 livres, 91851 photos de couvertures, 75098 quatrièmes.
9023 critiques, 43014 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.