Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Miséricorde de l'ancillaire

Ann LECKIE

Titre original : Ancillary Mercy, 2015
Première parution : Orbit, octobre 2015
Cycle : Les Chroniques du Radch  vol. 3

Traduction de Patrick MARCEL

J'AI LU (Paris, France), coll. Nouveaux Millénaires
Dépôt légal : septembre 2016, Achevé d'imprimer : 5 septembre 2016
Première édition
Roman, 384 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-290-11140-6
Format : 13,0 x 20,0 cm
Genre : Science-Fiction

Illustration de couverture : Studio de création J'ai lu d'après (c) Shutterstock.



Ressources externes sur cette œuvre : quarante-deux.org
Ressources externes sur cette édition de l'œuvre : quarante-deux.org

Quatrième de couverture
     À peine revenue, la paix fragile est menacée sur la station Athoek, mise en péril par la découverte d'un individu qui ne devrait même pas exister — un ancillaire d'un vaisseau censé avoir disparu de l'espace du Radch depuis des millénaires — , mais aussi par l'arrivée d'un nouveau traducteur des étranges Presgers, et surtout par celle, imminente et lourdement armée, d'Anaander Mianaai, l'autorité suprême de l'empire en guerre contre elle-même, qui pourrait bien entraîner le Radch tout entier dans une guerre civile comme il n'en a jamais connu.
 
     Née en 1966 dans l'Ohio, Ann Leckie a exercé des métiers aussi divers que serveuse, réceptionniste ou ingénieur du son. Elle vit aujourd'hui à Saint-Louis avec sa famille et est depuis 2014 secrétaire de la prestigieuse SFWA (Science Fiction and Fantasy Writers of America). La miséricorde de l'ancillaire propose une brillante conclusion à la trilogie des Chroniques du Radch, dont le premier volet, La justice de l'ancillaire, a été récompensé par les plus prestigieux prix littéraires :
 
Prix Hugo, meilleur roman 2014
Prix Arthur C. Clarke 2014
Prix Locus, meilleur premier roman 2014
Prix Nebula 2013
Prix British Science Fiction 2013
Critiques

     À défaut de susciter l’unanimité, les « Chroniques du Radch » d’Ann Leckie ne laissent personne indifférent : on accroche ou on décroche. Dans notre 83e livraison, nous vous avions entretenus des deux premiers volumes, romans ayant raflé les plus grands prix de SF (Hugo, Nebula, Locus, BSFA…) et qui, pour notre part, nous avaient laissé une impression pour le moins mitigée, La Justice de l’Ancillaire et L’Épée de l’Ancillaire n’apparaissant pas à la hauteur de la réputation qui les précédait. Avec La Miséricorde de l’Ancillaire, troisième volet, récompensé par – seulement – un prix Locus, il est temps de voir si cette impression se maintient…

     Bref rappel des événements précédents : Breq, anciennement le vaisseau Justice de Toren, avait décidé de se venger d’Anaander Mianaaï, despote immortel du Radch impérial ayant causé sa perte. Mais Breq a découvert que l’empereur, réparti dans des centaines de corps clonés, n’est plus uni et que deux factions se livrent un conflit larvé qui se transforme en guerre civile. Envoyé dans le système Athoek par l’une des factions d’Anaander, Breq y fait face à des frictions entre la planète et la station spatiale. Lorsque débute La Miséricorde de l’Ancillaire, une paix fragile semble être revenue sur Athoek, mais un rien suffirait à la briser : le retour d’un vaisseau supposé perdu, la venue d’un nouvel ambassadeur presger – cette race redoutable –, ou encore l’approche de l’un des avatars d’Anaander Mianaaï (et pas forcément la faction favorable à Breq). Ces trois arrivées vont finir par bouleverser l’équilibre du Radch.

     Sans surprise, ce troisième volet des « Chroniques du Radch » s’inscrit dans la droite lignée des deux précédents, avec les mêmes défauts et qualités. Du côté des premiers, une intrigue qui suit tours et détours ennuyeux dans ses deux premiers tiers, une prose râpeuse et hachée – et cet emploi par défaut du féminin pour désigner les personnages apparaît définitivement comme un gadget. Quelques qualités cependant : un peu plus de sensibilité avec le personnage de Breq s’humanisant peu à peu ; un brin d’émerveillement avec les étranges Presgers, davantage présents par le biais de l’inénarrable traducteur/ambassadeur Zéiat ; un peu plus d’action et des conclusions aux fils d’intrigue laissés en suspens à la fin de L’Épée de l’Ancillaire. La conclusion reste toutefois assez ouverte pour laisser place à des tomes futurs. Pas sûr qu’on y suive Ann Leckie.

Erwann PERCHOC
Première parution : 1/1/2017 dans Bifrost 85
Mise en ligne le : 21/11/2022

Prix obtenus
Locus, Roman de Science-Fiction, 2016


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78610 livres, 90591 photos de couvertures, 74575 quatrièmes.
8864 critiques, 42727 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.