Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Cérès et Vesta

Greg EGAN

Titre original : The Four Thousand, the Eight Hundred, 2015
Première parution : Asimov's Science Fiction, Décembre 2015, en volume Subterranean 2016
Traduction de Erwann PERCHOC
Illustration de Aurélien POLICE

BÉLIAL' (Saint-Mammès, France), coll. Une Heure-Lumière n° 7
Dépôt légal : février 2017
Première édition
Novella, 120 pages, catégorie / prix : 8,90 €
ISBN : 978-2-84344-914-7
Format : 12,0 x 18,0 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Cérès d'un côté, Vesta de l'autre. Deux astéroïdes colonisés par l'homme, deux mondes clos interdépendants qui échangent ce dont l'autre est dépourvu — glace contre roche. Jusqu'à ce que sur Vesta, l'idée d'un apartheid ciblé se répande, relayée par la classe politique. La résistance s'organise afin de défendre les Sivadier, cible d'un ostracisme croissant, mais la situation n'est bientôt plus tenable : les Sivadier fuient Vesta comme ils peuvent et se réfugient sur Cérès. Or les dirigeants de Vesta voient d'un très mauvais œil cet accueil réservé par l'astéroïde voisin à ceux qu'ils considèrent, au mieux, comme des traîtres... Et Vesta de placer alors Cérès face à un choix impossible, une horreur cornélienne qu'il faudra pourtant bien assumer...
 
« Greg Egan est l'auteur de science-fiction le plus important du XXIe siècle. »
Stephen Baxter
 
     Cérès et Vesta a été finaliste des prix Sturgeon et Hugo 2015.
Critiques

« Cérès d'un côté, Vesta de l'autre. Deux astéroïdes colonisés par l'homme, deux mondes clos interdépendants qui échangent ce dont l'autre est dépourvu — glace contre roche. Jusqu'à ce que sur Vesta, l'idée d'un apartheid ciblé se répande, relayée par la classe politique. La résistance s'organise afin de défendre les Sivadier, cible d'un ostracisme croissant, mais la situation n'est bientôt plus tenable : les Sivadier fuient Vesta comme ils peuvent et se réfugient sur Cérès. Or les dirigeants de Vesta voient d'un très mauvais œil cet accueil réservé par l'astéroïde voisin à ceux qu'ils considèrent, au mieux, comme des traîtres... Et Vesta de placer alors Cérès face à un choix impossible, une horreur cornélienne qu'il faudra pourtant bien assumer... »

 

La littérature de science-fiction a traité de multiples façons le thème de l’ostracisme. La figure du mutant reste la plus populaire du domaine classique, et c’est Théodore Sturgeon qui a introduit l’idée, selon l’heureuse formulation de Gérard Klein, que Les Plus qu’humains pouvaient être des moins qu’humains. Mais d’autres auteurs ont abordé le sujet plus directement, Ursula Le Guin en réactualisant le mythe du bouc émissaire dans Ceux qui partent d’Omélas, ou Cordwainer Smith avec les sous êtres de La Planète Shayol transformés en banque d’organes.

Cérès et Vesta de Greg Egan raconte une tragédie, le récit d’une révolte et d’un crime contre l’Humanité. La mise à l’écart des Sivadier sur l’astéroïde Vesta au cours d’ un vote « démocratique » précédé d’ une campagne de haine, évoque sans fard la montée de l’antisémitisme en France et en Allemagne et l’avènement d’un  pouvoir fasciste (Jusqu’au J’accuse de Zola relatif à l’affaire Dreyfus et reproduit par Camille) dans les années 30. Le pitch est d’autant plus sensible que l’écrivain a œuvré pour les réfugiés dans le secteur de l’humanitaire. La question de l’éthique de la science draine d‘ailleurs toute son œuvre.

Quel démon pousse le dénommé Denison à entreprendre une campagne de dénigrement contre une partie de la population de Vesta et à remettre en cause le pacte des Fondateurs ? L’argument mercantiliste ne tient évidement pas la route. Camille, héroïne du récit, issue de la lignée Sivadier, dévoile involontairement la vérité. Son désintérêt croissant pour les nouvelles de la Terre symbolise la disparition des valeurs morales de la planète mère chez les habitants des astéroïdes. Cérès et Vesta véhicule ainsi un second  thème classique de science-fiction, celui des arches stellaires dans lesquelles les pactes sociaux et les croyances se redéfinissent perpétuellement.

Egan a bâti son intrigue autour d’un double entrelacement spatial et temporel. La novella démarre par la fuite de Camille, et se poursuit par la narration rétrospective de sa révolte sur Vesta. Son histoire alterne avec celle de Anne, son pendant éthique de Cérès, chargée de l’accueil des migrants. Camille ouvre et clôt le récit. A l’inverse de l’héroïne de Corneille (in Horace) elle ne sacrifie pas son devoir à l’amour. Elle concilie les deux, tout en mesurant les risques encourus. En revanche Anne affronte une situation beaucoup plus difficile. Dans un univers où la science et les machines régissent le quotidien, peut t-on quantifier un choix moral ?

Voilà un aperçu de ce très beau texte au final en coup de poing, dominé par deux figures féminines, vestales en quelque sorte de la conscience humaine.

 

SOLEIL VERT (site web)
Critique déjà parue sur La sortie est au fond du Web
Parution sur nooSFere : 14/7/2022 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77329 livres, 88366 photos de couvertures, 73240 quatrièmes.
8570 critiques, 42066 intervenant·e·s, 1604 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.