Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Opium du ciel

Jean-Noël ORENGO



GRASSET
Dépôt légal : janvier 2017
Première édition
Roman, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 978-2-246-85778-5
Format : 14,0 x 20,5 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Planant au-dessus d’une Terre qui s’effondre, épiant des amours charnels dont il sera toujours exclu, le héros de ce livre est un drone parlant et conscient. De la France au Moyen-Orient et de l’Inde à Bangkok et Venise, il nous emporte dans une exploration magistrale de notre époque, ivre de passions identitaires et de conflits.
     Conte mêlant archéologie, science-fiction et actualité, L’Opium du ciel est à la fois le plus contemporain des romans sur nos sociétés technicisées où la religion fait sauvagement retour, et la plus érudite des méditations sur un pan oublié de l’histoire des hommes : lorsque Dieu était une femme.
Critiques

    Un drone qui a acquis la conscience survole le monde, il raconte ses souvenirs, il nous parle de ses « parents » archéologues, du monde d’hier, d’aujourd’hui, d’après-demain, du Necronomicon, de Daech, de ces temps anciens où Dieu était une femme, de ce « campement » dans le désert du Proche Orient où (re)vivent des chercheurs iconoclastes et des libres-penseurs comme Jacques Bergier (1912-1978) et Louis Pauwels (1920-1997). Il nous explique pourquoi il s’appelle Jérusalem (aucun rapport avec Transmetropolitan de Warren Ellis, malheureusement).

    Jean-Noël Orengo s’est fait connaître avec son premier roman, La Fleur du capital, Prix Sade et Prix de Flore (entre autres), œuvre colossale où il mettait en scène Pattaya (Thaïlande), la capitale mondiale de la prostitution. L’Opium du ciel est une errance, une suite de divagations (parfois érudites, parfois priapiques), au style trop souvent éreintant. Si on frôle le meilleur de la littérature de genre (sans y plonger), on patauge bien davantage dans le pire de la littérature parisienne (l’apparition surréaliste, gratuite, de Philippe Sollers à Venise, un casque Beats sur les oreilles). Il y a du Houellebecq chez Orengo, mais Houellebecq est définitivement meilleur en terme d’intrigue, de dramaturgie, de progression narrative et de mise en scène (de plus, Houellebecq possède un humour à spectre large, du trivial au génial, qu’on retrouve nettement moins chez Orengo). Bien avant la parution de La Fleur du capital, Houellebecq avait écrit et publié Plate-forme, avec le retentissement que l’on sait. L’Opium du ciel, errances, divagations, ne séduit guère, malgré quelques fulgurances (notamment sur H. P. Lovecraft, ce qui, une fois de plus, nous ramène à Houellebecq).

    À l’heure où le thème de l’émergence d’une conscience informatique est plus que jamais à la mode, Orengo rate cette cible. Par conséquent, on peut se passer sans mal de ce petit roman. En Bifrosty, on lui préférera (et de loin) les ouvrages de Greg Egan, Ken Liu et Vernor Vinge.

Thomas DAY
Première parution : 1/7/2017 dans Bifrost 87
Mise en ligne le : 4/1/2023

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79111 livres, 91851 photos de couvertures, 75098 quatrièmes.
9023 critiques, 43014 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.