Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fabrique des lendemains

Rich LARSON

Textes réunis par Ellen HERZFELD & Dominique MARTEL

Première parution : Saint-Mammès, France : Le Bélial' et Quarante-Deux, 22 octobre 2020

Traduction de Pierre-Paul DURASTANTI
Illustration de Pascal BLANCHÉ

BÉLIAL' (Saint-Mammès, France), coll. Quarante-Deux
Date de parution : 29 octobre 2020
Dépôt légal : octobre 2020, Achevé d'imprimer : octobre 2020
Première édition
Recueil de nouvelles, 612 pages, catégorie / prix : 23,90 €
ISBN : 978-2-84344-973-4
Format : 14,0 x 20,5 cm  
Genre : Science-Fiction

Co-édition avec Quarante-Deux (qui dispose de son propre ISBN : 978-2-9510042-8-3). Dépôt légal à parution. Existe aussi en numérique (ISBN : 978-2-38163-013-7, prix : 11.99 €).



    Quatrième de couverture    

Elle décolla du quai pour grimper dans le ciel jaune terne. La Ville s’étirait dans toutes les directions. Surtout le haut. Tours gigantesques multicolores, immeubles résidentiels rotatifs, tunnels célestes qui se dépliaient et se repliaient selon la circulation. Eris s’éleva sans hâte à travers un essaim de drones. Par sa caméra ventrale, elle regardait l’upcar couleur argent qui les suivait.
« Les rues basses, j’ai dit. » La voix de l’homme recelait une note d’impatience, désormais. Du code défilait sur ses yeux. Une pellicule de transpiration bordait la naissance de ses cheveux.
« J’ai entendu. » Elle laissa leur poursuivant gagner un peu de terrain. « On ne vomit pas, à l’arrière, d’accord ? »

Rich Larson est né au Niger. Il a vécu aux états-Unis, au Canada et en Espagne, avant de s’installer à Prague. Entre ses débuts en 2011 et aujourd’hui, il a publié un roman et près de deux cents nouvelles, régulièrement reprises dans les plus prestigieux Year’s Best du domaine et saluées par plusieurs prix de lecteurs. À tout juste vingt-huit ans, il est le nouveau prodige de la science-fiction anglo-saxonne, le fer de lance d’une SF post-eganienne qui, distillant les temps présents, synthétise le plus vertigineux des futurs.
Sans équivalent en langue anglaise, élaboré avec exigence, La Fabrique des lendemains réunit vingt-huit récits d’une science-fiction proprement éclatante.


    Sommaire    
Afficher les différentes éditions

2 - Indolore (Painless), pages 17 à 34, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
3 - Circuits (Circuits), pages 37 à 48, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
4 - Chute de données (Datafall), pages 51 à 54, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
5 - Toutes ces merdes de robot (All That Robot ... / All That Robot Shit), pages 57 à 73, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
6 - Carnivores (Carnivores), pages 75 à 97, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
7 - Une soirée en compagnie de Severyn Grimes (An Evening with Severyn Grimes), pages 99 à 125, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
8 - L'Usine à sommeil (Sleep Factory), pages 127 à 135, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
9 - Porque el girasol se llama el girasol (Porque el Girasol Se Llama el Girasol), pages 137 à 153, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
10 - Surenchère (Bidding War), pages 155 à 166, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
11 - Don Juan 2.0 (Don Juan 2.0), pages 169 à 179, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
12 - La Brute (Brute), pages 181 à 196, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
13 - Tu peux me surveiller mes affaires ? (Can You Watch My Stuff), pages 199 à 206, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
14 - Rentrer par tes propres moyens (Your Own Way Back), pages 209 à 221, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
15 - De viande, de sel et d’étincelles (Meat and Salt and Sparks), pages 223 à 247, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
16 - Six mois d’océan (Six Month Ocean), pages 249 à 254, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
17 - L'Homme vert s’en vient (The Green Man Cometh), pages 257 à 296, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
18 - En cas de désastre sur la Lune (In Event of Moon Disaster), pages 299 à 315, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
19 - Il y avait des oliviers (There Used to Be Olive Trees), pages 317 à 343, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
20 - Veille de Contagion à la Maison Noctambule (Contagion's Eve at the House Noctambulous), pages 345 à 370, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
21 - Innombrables Lueurs Scintillantes (Innumerable Glimmering Lights), pages 373 à 396, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
22 - Un rhume de tête (Facebug), pages 399 à 405, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
23 - La Jouer endo (Going Endo), pages 407 à 417, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
24 - On le rend viral (Let's Take This Viral), pages 419 à 434, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
25 - J’ai choisi l’astéroïde pour t’enterrer (I Went to the Asteroid to Bury You), pages 437 à 441, poésie, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
26 - Corrigé (Edited), pages 443 à 452, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
27 - Si ça se trouve, certaines de ces étoiles ont déjà disparu (Some of These Stars Might Already Be Gone), pages 455 à 459, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
28 - La Digue (Seawall), pages 461 à 468, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
29 - Faire du manège (Carouseling), pages 471 à 488, nouvelle, trad. Pierre-Paul DURASTANTI
30 - Alain SPRAUEL, Bibliographie des œuvres de Rich(ard) Larson (1992-), pages 491 à 506, bibliographie

    Prix obtenus    
 
    Critiques    

Qui est donc Rich Larson ? A peu près inconnu en France (quatre nouvelles seulement publiées en français dont deux au Québec), cet auteur de moins de trente ans a publié près de deux cents textes dans le monde anglosaxon depuis à peine dix ans, dont vingt-huit ont ici été sélectionnés par les 42, déjà responsables des recueils de nouvelles de Greg Egan, Ken Liu, Peter Watts et Nancy Kress aux mêmes éditions du Bélial.

Alors, de quoi parle-t-il ? On peut se douter qu’avec un tel patronage Larson écrit au cœur de la science-fiction. Ses nouvelles se situent dans un futur proche ultra-technologique, rempli de nanomachines, de modifications corporelles, de drogues et de voitures volantes. Digne héritier du cyberpunk, ses personnages utilisent la technologie de manière anodine : nous sommes plus proche du samouraï virtuel de Neal Stephenson que de la Hard SF à la Greg Egan. Remplies de technobabillage (on ne pourra qu’être impressionné par l’excellente traduction de Pierre-Paul Durastanti), les nouvelles nous immergent dans un monde singulier à la fois proche et lointain.

Pour autant ces 28 textes ne souffrent pas d’uniformité : on passe de l’Afrique à l’Espagne au Canada, de zones désertiques à des villes encombrées, du polar bladerunnerien survitaminé à une ambiance loufoque digne de Fredric Brown, de poulpes découvrant un nouveau monde à un homme retrouvant par le biais d’un vêtement intelligent la trace de sa compagne disparue lors d’une expérience scientifique. Alors certes, avec une écriture aussi imaginative que dense, on ne peut pas adhérer à tous les textes et 2 ou 3 nouvelles m’ont laissé de marbre, mais lorsqu’on entre dans ces univers, on est émerveillé devant ces constructions.

Catherine Dufour a évoqué plus d’une fois la difficulté d’écrire aujourd’hui de la science-fiction du futur proche, de peur d’être trop rapidement dépassé par la réalité. La fabrique des lendemains montre brillamment que c’est encore possible.

 


René-Marc DOLHEN
Première parution : 8/1/2021 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72033 livres, 83716 photos de couvertures, 67311 quatrièmes.
8481 critiques, 38778 intervenant·e·s, 1494 photographies, 3729 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.