Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dévolution

Max BROOKS

Titre original : Devolution, 2020
Première parution : Del Rey / Century, 16 mai 2020
Traduction de Patrick IMBERT

CALMANN-LÉVY (Paris, France), coll. Noir
Date de parution : 31 mars 2021
Dépôt légal : avril 2021, Achevé d'imprimer : mars 2021
Première édition
Roman, 336 pages, catégorie / prix : 19,90 €
ISBN : 978-2-7021-8075-4
Format : 15,2 x 23,5 cm
Genre : Science-Fiction

Couverture : maquette Will Staehle / Unusual Corporation ; adaptation : Alistair Marca ; illustration : d'après © Aga7ta / Shuttertock. Carte en pages intérieures : © David Lindroth Inc.



Quatrième de couverture

ET SI LA FIN DU MONDE
AVAIT VRAIMENT LIEU ?

Bienvenue à Greenloop, près de Seattle, petite communauté écolo privilégiée permettant à des ultra-riches de vivre au plus près de la nature, mais avec une technologie de pointe. Quand un proche volcan entre en éruption, Greenloop est soudain coupée du monde, et ses habitants jetés dans une épreuve de survie au jour le jour.

Kate Holland relate dans son journal intime comment son petit coin de paradis devient un enfer, surtout quand s'abat sur les survivants un prédateur inattendu : le Bigfoot. Pour survivre, la communauté doit désapprendre tout ce que le monde moderne lui a inculqué.

Entre le journal de Kate et les nombreux témoignages extérieurs, nous reconstituons une ahurissante histoire de survival horror. À la fois conte horrifique et voyage scientifique, Dévolution est une lecture intense, qui questionne le conflit entre nature et monde civilisée.

« UNE HISTOIRE DE CHAOS SURNATUREL QUE LES
FANS DE KING ET DE CRICHTON VONT ADORER. »
KIRKUS REVIEWS

Né en 1972 à New York, Max Brooks est le fils du célèbre réalisateur et acteur Mel Brooks et de l’actrice Anne Bancroft. De World War Z, adapté au cinéma, au Guide de survie en territoire zombie, tous ses ouvrages sont devenus des références et connaissent un immense succès dans le monde entier.

Critiques

L'excellent souvenir laissé par World war Z n'a pas été effacé par les douze années qui se sont écoulées, et voici le nouveau roman de Max Brooks, Dévolution. Autant dissiper les illusions d'emblée, le coup de génie de World war Z ne s'est pas reproduit.

En premier lieu, le style factuel de Max Brooks convenait au kaléidoscope de nouvelles de World war Z, qui faisaient, sous prétexte d'un récit journalistique, le tableau d'une épidémie mondiale sur plusieurs années ; Dévolution prend le parti-pris inverse d'un récit unique qui focalise sur un microcosme de onze personnes pendant un mois, et le style ne colle plus. L'écriture de Max Brooks nous laisse à l'extérieur du microcosme, et raconter le drame par le biais du journal intime de l'une des protagonistes ne change rien, car elle a le style de Max Brooks. Les personnages de Dévolution sont des fantômes.

En second lieu, Dévolution n'a pas la puissance d'effroi de World war Z, alors qu'il en avait le potentiel. Des traces subsistent çà et là du récit d'un cataclysme provoqué par une éruption volcanique dans le Nord-Ouest des États-Unis, de Seattle pris de folie, d'une société connectée qui ne sait plus rien faire sans télécommunications, mais il est réduit à l'état d'échos du récit principal, celui de l'invasion crypto-animale d'un village expérimental qui voudrait préfigurer l'urbanisme du futur. Ce récit-là a aussi son potentiel d'épouvante. À défaut de nous y attacher par des personnages rendus présents, Max Brooks en mène bien les péripéties, ce qui fait que le livre reste quand même un moment passable.

L'effet page-turner, incontestable, se fait sentir au bout de cinquante pages. Âmes sensibles s'abstenir, le récit n'est pas dénué de cruauté. Il est aussi nourri de données zoologiques, et comme World war Z jette un regard acerbe sur certaines errances de notre civilisation occidentale. Il se pourrait même que l'auteur ait eu l'ambition de produire une fable. Si j'en ai compris le sens, alors il me reste à signaler que le titre exact, en français, serait plutôt « involution ».

Au final, un thriller science-fictif qui sort du lot car l'auteur a des idées, mais dont le talent de conteur n'est pas à la hauteur pour cette fois.

Sylvain FONTAINE
Première parution : 7/8/2021 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74105 livres, 82085 photos de couvertures, 69722 quatrièmes.
8527 critiques, 40080 intervenant·e·s, 1541 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.