Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
N° 44, le mystérieux étranger

Mark TWAIN

Titre original : N° 44, the mysterious stranger, 1969
Première parution : USA : University of California Press,1969
Traduction de Bernard HOEPFFNER

TRISTRAM (Auch, France), coll. Souple n° 24
Date de parution : 23 octobre 2014
Dépôt légal : 2014
Réédition
Roman, 280 pages, catégorie / prix : 9,95 €
ISBN : 978-2-36719-032-7
Format : 13,0 x 19,0 cm



Quatrième de couverture

[texte de présentation sur le site de l'éditeur]

En Autriche, à la fin du 15e siècle, une communauté d'imprimeurs vit dans un immense château. C'est à l'aube de l'âge de l'imprimerie - qui va révolutionner la circulation du savoir et éveiller les consciences.

Un jour, arrive un jeune vagabond. Il dit s'appeller «N° 44» et suscite, parmi la famille du maître imprimeur et ses ouvriers, autant de fascination que de défiance. Rapidement, sous l'action de ce « mystérieux étranger », chacun est contraint de tomber le masque. Incidents et révélations de plus en plus extraordinaires secouent le château, tandis qu'à l'atelier est fabriquée l'une des premières Bibles industrielles...

Comme August, son narrateur de seize ans, Mark Twain (1835-1910) a lui-même été apprenti imprimeur dans sa jeunesse. Pour cet ultime roman, auquel il a consacré les douze dernières années de sa vie - en le recommençant pas moins de trois fois -, l'auteur des Aventures de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn avait le désir d'écrire avec une totale liberté. Il voulait y montrer - sans se soucier des préjugés, des opinions ou des croyances d'autrui - le fond de l'âme humaine.

Conteur, humoriste, mais aussi pamphlétaire de génie, Twain pousse dans N° 44, le mystérieux étranger l'art du roman au maximum de ses possibilités, alliant la puissance d'imagination des grands récits fondateurs aux audaces stylistiques les plus modernes.

Critiques

         On s’en souvient, les éditions Tristram s’étaient fait remarquer en publiant l’intégrale des nouvelles de J.G. Ballard dans une superbe traduction. Aujourd’hui, elles nous offrent en format de poche (cet ouvrage était paru en grand format en 2011) un des trois manuscrits inachevés de Mark Twain, N°44 le mystérieux étranger. Commencé vers 1899, ce roman, sans cesse remanié, était encore sur la table de travail de l’auteur à sa mort en 1910. Un récit foisonnant, qui nous plonge dans l’Autriche de la fin du XVe siècle, la Renaissance en Europe. Mais dans ce pays, « c’était encore le Moyen Âge ». Un Moyen Âge fantasmé proche de l’obscurantisme, avec ses hommes d’église tout-puissants imposant leur volonté à des ouailles consentantes et convaincues de croiser le Diable au moindre carrefour.

         August, jeune apprenti de seize ans, vit dans un château à moitié en ruines avec la famille d’un maître imprimeur et ses ouvriers. Le climat est tendu, tant les rapports de force prévalent, chacun se battant pour maintenir ses privilèges. Mais la vie suit son cours. Jusqu’à l’arrivée d’un étrange individu répondant au doux nom de « Numéro 44, Nouvelle Série 864 962 » ! Imaginez l’effet produit sur ces esprits tout imprégnés de croyances soufrées. Sans la bonté d’âme du maître de maison, ce jeune homme aurait fini entre les mains du Père Adolf, grand pourfendeur autoproclamé du Malin. Or, peu à peu, des événements mystérieux se produisent, qu’on met tout d’abord sur le compte des pouvoirs d’un magicien local. Mais les phénomènes surnaturels prennent des proportions formidables. Quarante-quatre, tout d’abord, se montre capable de soulever des caisses au poids impressionnant. Mais ce sont aussi les presses à imprimer qui fonctionnent toutes seules, alors que les ouvriers se sont mis en grève. Et ce n’est que le dé-but…

         Récit classique de premier abord, avec description précise et imagée du lieu où se situe l’action émaillée du portrait des différents personnages, N° 44 le mystérieux étranger quitte rapidement les chemins traditionnels pour basculer dans une fantaisie tantôt maîtrisée, tantôt débridée. Ce Quarante-quatre, dont on ignore tout au début du livre, va prendre une importance considérable et bouleverser aussi bien la vie des habitants du château que le cours du texte. Mark Twain applique à ce roman fantastique les techniques du récit d’aventures : les péripéties, souvent surprenantes tant l’auteur ose aller loin (on comprend là sa réticence à le publier trop tôt), encadrent des passages plus réflexifs. Sur l’être humain et ce qui le constitue, avec l’apparition de doubles issus de nos rêves. Sur la société et ses travers, la soumission à l’autorité, religieuse ou autre. Réflexions, enfin, sur le monde, sa naissance et sa mort. L’auteur aspirait à exprimer son point de vue sur l’Homme, sans se soucier d’aucun groupe, d’aucun préjugé, d’aucune opinion. Et force est d’avouer qu’il y parvient de manière brillante et explosive dans ce qu’il qualifiait lui-même de conte, un conte étonnamment moderne par moments. De fait, N° 44 le mystérieux étranger se révèle une lecture réjouissante dont il serait dommage de se priver.

Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/4/2015 dans Bifrost 78
Mise en ligne le : 22/11/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78610 livres, 90593 photos de couvertures, 74575 quatrièmes.
8864 critiques, 42730 intervenant·e·s, 1658 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.