Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Ce qui mordait le ciel…

Serge BRUSSOLO


Illustration de Alain BRION

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 144
Dépôt légal : juillet 2003, Achevé d'imprimer : 2 juillet 2003
Roman, 224 pages, catégorie / prix : F4
ISBN : 2-07-042978-4
Format : 10,9 x 17,5 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Rien de plus varié que les rituels funéraires des planètes habitées. Mais pour la Compagnie Intergalactique de Pompes Funèbres, il n'existe aucun cérémonial, si compliqué soit-il, dont elle ne puisse s'acquitter. Du moins en principe. Et sauf erreur... Comme celle qui consiste à expédier à la mauvaise adresse et sous la mauvaise étiquette un produit destiné à développer autour du cadavre un agglomérat cristallin indestructible.
     C'est ce qui s'est passé sur la planète Sumar, où de gigantesques ruminants, les thomocks, ont été vaccinés avec ledit produit. Dépêché sur Sumar par la C.I.P.F. pour rendre compte de la situation, David débarque dans un monde en pleine métamorphose auquel les autochtones tentent de s'adapter, ajoutant leur folie à celle du paysage.
 
     Né en 1951, Serge Brussolo a imposé sa signature comme l'une des plus originales de la littérature française. Adepte de l'absurde, de la démesure, il s'est acquis une large reconnaissance publique et critique aussi bien pour ses romans policiers que pour ses œuvres de science-fiction.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, Anticipation (1984)

     Au départ, une nouvelle incluse dans Vue en coupe d'une ville malade, son premier recueil chez Denoël : Comme un miroir mort, où il est question d'une compagnie de fossoyeurs de l'espace, capable de servir à n'importe quelle race de la galaxie des funérailles adaptées : “ Sur Aldébaran, par exemple, la coutume voulait qu'on enterrât seulement les yeux, le cerveau et l'appareil génital des morts, le reste du corps, considéré comme impur, devait être dévoré sur place par une troupe de chiens albinos, toujours en nombre pair ” (Denoël, p. 88 ; Fleuve, p. 9). Le système Brussolo est en marche. Partant d'un tout, il prend une partie : ici, des “ sépultures implantées ”, autrement dit une substance cristalline injectée sous la peau et qui, proliférant rapidement à la mort du porteur, l'enrobe d'un sarcophage indestructible ; l'ennui, c'est que la substance a été injectée par erreur à un troupeau de thomocks, de gigantesques ruminants expédiés sur Sumar, une planète en voie de développement. Laquelle, à la mort de chaque thomock, récolte une montagne de quartz dont la multiplication va lui bouffer tout son espace...
     La partie bien délimitée, Brussolo embraye sur le second stage de son système : la ramification. Sur Sumar, diverses sociétés réagissent à l'envahissement cristallin selon des modes divergents. Il y a les immobilistes qui, ne bougeant pas, vivent soit dans des “ cités ignifugées ” (car “ les cristaux, interceptant les rayons du soleil à l'apogée de sa course, jouaient tout bonnement le rôle d'une loupe ”), soit au sommet des pics de quartz qui les ont emportés dans les hauteurs, sur de vastes hamacs de cheveux tressés tendus entre les sommets. Il y a les canonniers, qui ne cessent de bombarder inutilement les falaises invulnérables. Il y a les séismophiles, qui tentent d'ouvrir dans le sol des crevasses géantes où s'engloutiront les montagnes... Et, bien sûr, chacune de ces catégories donne lieu à de multiples variantes, à des suites séquentielles diversement intéressantes, mais globalement inénarrables. Ma préférence va à la profession de foi d'un immobiliste (p. 48, 49) : “ Devenir cendre et se fondre dans les interstices des pierres, ne faire plus qu'un avec le mur contre lequel on s'adossait, se minéraliser, n'être plus cette horrible enveloppe de viande où le sang voyage à toute heure de la vie... (etc). Par un détour sibyllin, encore ce dégoût paranoïaque de l'organique. Un système ? Sans doute. Mais pour le moment, et malgré les cadences infernales du Fleuve (que l'auteur a choisies : il pourrait aussi bien ne faire qu'un livre par an), un système qui fonctionne bien. Pour combien de temps ?

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/5/1984
dans Fiction 351
Mise en ligne le : 1/11/2005

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74350 livres, 82837 photos de couvertures, 69989 quatrièmes.
8531 critiques, 40289 intervenant·e·s, 1569 photographies, 3737 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.