Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Une femme sans histoires

Christopher PRIEST

Titre original : The Quiet Woman, 1990
Première parution : Bloomsbury, mars 1990
Traduction de Hélène COLLON

DENOËL (Paris, France), coll. Présences n° (3)
Dépôt légal : octobre 1991, Achevé d'imprimer : octobre 1991
Première édition
Roman, 312 pages, catégorie / prix : 125 FF
ISBN : 2-207-23922-5
Format : 14,0 x 20,5 cm
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     En venant s'installer à la compagne, Alice Stockton espérait entamer une nouvelle vie.
     Mais les catastrophes s'enchaînent : d'abord, toute la région est contaminée par les retombées radioactives d'un accident survenu dons une centrale nucléaire française ; puis, pour une mystérieuse raison, le dernier manuscrit d'Alice fait l'objet d'une mesure de saisie, et pour finir, Eleanor, charmante vieille dame du voisinage avec laquelle elle avait sympathisé, est assassinée.
     C'est alors que Gordon Sinclair croise son chemin. Fils d'Eleanor, cet homme étrange qui livre son histoire parallèlement à celle d'Alice se réfugie dans un monde imaginaire lorsque la réalité ne le satisfait plus. Et c'est autour d'Alice que vont s'articuler ses fantasmes sexuels d'humiliation, de violence et de mort...
     Avec ce roman à tiroirs, Christopher Priest nous entraîne dans une sorte de Twin Peaks à l'anglaise. Un univers où la surface apparemment paisible des choses et des êtres cache d'inquiétants abîmes, où le rêve se mêle à Ia réalité, le passé au présent et le fantastique ou quotidien, jusqu'à faire naître un extraordinaire effet de vertige.
 
     Christopher Priest, né en 1943 dans le Cheshire, en Grande-Bretagne, est l'auteur de nombreuses nouvelles et de sept romans dont certains, comme Le Monde inverti et Le Don, ont fait date dans la littérature de l'imaginaire. Il vit dans le Wiltshire en compagnie de son épouse, Leigh Kennedy, elle aussi écrivain.
Critiques

J’ai dans mon panthéon personnel deux sortes d’écrivains : ceux dont, suite à une première lecture, je dévore toute l’œuvre aussi vite que possible, à la limite de la pulsion monomaniaque ; on y trouve Phil Dick, Jack Vance, Alfred Van Vogt (preuve que cette pulsion peut conduire à lire n’importe quoi) ou tout récemment Elizabeth Hand ; et ceux dont je garde quelques livres de côté, sorte de réserve à la qualité garantie, et dont je pourrais sortir n’importe quel livre dans un futur proche ou lointain avec l’assurance de passer un bon moment. Ce stock est malheureusement beaucoup plus limité et essentiellement constitué d’ouvrages d’Ursula Le Guin, de Michael Moorcock, de James Ballard et de Christopher Priest.

La femme sans histoires, c’est Alice Stockton, écrivaine récemment divorcée, ayant quitté Londres pour la campagne du sud de l’Angleterre, où elle ne s’est faite qu’une amie, Eleanor Hamilton, une ancienne autrice de livres jeunesse à la retraite, militante pacifiste et écologiste. Mais tout va mal pour Alice : suite à un accident nucléaire en France, la région est irradiée mais le gouvernement cache les informations sur le danger réel ; son dernier livre est bloqué par la censure gouvernementale et Eleanor est assassinée.

Paru dans la sobre collection Présences, créée par Jacques Chambon et préfiguratrice par son contenu de la collection Lunes d’Encre, Une Femme sans histoires est sans doute l’un des livres les moins connus de Christopher Priest et celui le plus proche de la littérature générale. C’est pourtant un roman totalement priestien : situé dans une Angleterre légèrement uchronique, victime d’une catastrophe nucléaire française qui a irradié sa côte sud, au pouvoir autoritaire surveillant de près ses opposants, le roman utilise plusieurs narratrices et un narrateur, aux points de vue divergents voire fantasmés pour nous entrainer dans cette affaire de meurtre d’une ancienne écrivaine, brouillant ainsi la réalité.

« Pour moi, un livre doit avoir l’air de révéler quelque chose de son auteur, on doit avoir l’impression d’y trouver des éléments intimes de la vie de l’écrivain. Mais il faut également qu’il contienne des détails contradictoires qui manipulent la vérité, par exemple un roman écrit par une femme et qui semble authentique, vécu, alors que son personnage central est un homme. » (p105)

Cette phrase tirée d’une lettre de l’écrivaine assassinée est une belle mise en abyme du roman et d’une grande partie de l’œuvre de Christopher Priest : sembler décrire une réalité mais y mettre juste assez de contradictions pour faire douter le lecteur, pour le perturber et le faire s’interroger sur la vérité du récit. Et c’est ce que réussit l’auteur dans Une Femme sans histoires (on remarquera d’ailleurs l’excellent titre français plus ambigu que l’original A Quiet Woman) : un roman sans véritable fin, aux narrations contradictoires, qui laisse au lecteur le choix de l’interpréter. Alors bien sûr, cela ne plaira au lectorat aimant les histoires claires, bien ficelées et à la conclusion définitive, mais ce roman devrait réjouir tous les amateurs de récits sinueux laissant une grande part à l’interprétation.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 5/4/2021 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72898 livres, 79181 photos de couvertures, 68264 quatrièmes.
8513 critiques, 39295 intervenant·e·s, 1508 photographies, 3732 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.