Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Mines de l'est

Georges FOVEAU

Cycle : Les Chroniques de l'empire / Soze  vol. 4 


Illustration de François-Auguste BIARD

TERRE DE BRUME (Dinan, France), coll. Littératures
Dépôt légal : avril 2004
Première édition
Roman, 304 pages, catégorie / prix : 19,50 €
ISBN : 2-84362-234-4
Genre : Fantasy


Autres éditions
   in Les Chroniques de l'Empire - 2, GALLIMARD, 2006

Quatrième de couverture
     Aux approches du solstice d'hiver, l'empire Dlée est en pleine muta­tion grâce à Rasmine et à son Premier ministre Rahaguen. Ils rempla­cent les CamDlées, qui étaient les piliers du pouvoir, par de jeunes offi­ciers et fonctionnaires issus de milieux plus humbles. Et si l'Empereur en profite pour instituer des fêtes flamboyantes, le Grand Quisiteur Soze, lui, s'inquiète !
     Un complot visant à renverser l'Empereur se trame dans l'ombre, alliant les vieux nobles haineux aux fidèles d'un démon qui ont déjà tenté d'imposer leurs cultes hideux au monde.
     Tandis qu'un des conseillers occultes de Soze le met en garde contre les dangers grandissants, le Grand Quisiteur est victime d'un attentat sacri­lège. La même nuit, un être surnaturel tente d'assassiner un modeste ser­viteur, Snorri le maître-chien de l'Empereur...
     A l'évidence, derrière ces derniers méfaits, se profile Trenaü Blufaïs CamDlée, gouverneur de la province des Mines de l'Est... La mauvaise réputation du personnage n'est plus à faire, ni auprès du peuple de mineurs et de forgerons qu'il oppresse, ni auprès de l'administration impériale.
     Décidé d'en finir avec ce hobereau fielleux, Soze se rend dans l'Est, en plein hiver. Les plus vieilles galeries de mines de cette mystérieuse province vont lui révéler d'étranges secrets et le précipiter vers des dan­gers malsains...

     Né à Marseille en 1964, Georges Foveau devient journaliste et écri­vain, après avoir navigué quelques années sur la Méditerranée. Il écrit sur le cinéma, des polars pour les 9-99 ans (la série Albert Leminotj et des romans pour les plus grands... Derrière ces aventures où émerge le fantastique de mondes différents, se cachent souvent des questions très contemporaines. Car, féru des contes et légendes du monde entier, l'au­teur préfère croire qu'une bonne histoire suscite plus de réflexion que les pensums ou les grands mots. En 2003, il a obtenu le prix Europe pour Les Falaises de l'Ouest.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - Index, pages 293 à 302, index
Critiques
     Délaissant le roman pour une histoire de facture plus classique, Georges Foveau complète ses « Chroniques de l'empire Dlée » avec Les mines de l'Est, quatrième (et dernier ?) volume d'un cycle original de fantasy à la française.

     Fidèle des descriptions riches en adjectifs évocateurs, Foveau développe à sa vitesse un texte riche, beau et parfaitement ciselé, propulsant son héros fétiche dans un complot sordide : malgré la tutelle du premier ministre Rahaguen, le jeune empereur Rasmine n'est pas encore totalement débarrassé des vieux démons de l'empire. Témoins, ces nobliaux amers et méprisants, furieux de voir leurs privilèges s'étioler au fil des mois, au profit d'une caste roturière de basse extraction. En bonne logique scénaristique, un complot se prépare, mélangeant intrigues classiques et alliances monstrueuses avec la mal absolu, les séides de Mogart Priack, déjà responsables d'une tentative d'éradication de toute vie (ce qui a le mérite d'être radical), et avides de faire renaître leur démon préféré... Echappant de justesse à une tentative de meurtre, le Grand Quisiteur Soze, désormais au-delà de la quarantaine, se rend à l'Est de l'empire, bien décidé à comprendre ce qui se trame dans cette région sur laquelle circulent les rumeurs les plus folles... Et les plus effrayantes.

     Malgré une plume juste et douloureusement précise, malgré un style inimitable et musical, malgré l'évident plaisir que procure la lecture des Mines de l'Est, force est de constater que la trame même de l'histoire est tristement classique et sans surprise. Le Mal guette. Le voilà prêt à se réveiller. Mais le Bien veille. Après quelques aventures (et quelques trahisons plutôt prévisibles), le Bien gagne. Il ne reste plus qu'à meubler, ce que Georges Foveau fait avec grand talent...

     C'est dommage que tout ça n'aille pas plus loin, car la fantasy souffre justement de cette puérile polarisation entre le bien et le mal, de ce manichéisme permanent qui plombe même les textes les plus audacieux. Un défaut d'autant plus regrettable que l'esthétique des romans de Foveau est irréprochable (un grand bravo à l'éditeur, pour sa ligne graphique sobre et élégante) et qu'on a véritablement affaire à un écrivain de tout premier ordre. Il ne nous reste plus qu'à attendre la même plume acérée et le scénario imparable pour lire le prochain chef d'œuvre du fantastique français. Patience, ça vient.

Patrick IMBERT (site web)
Première parution : 1/7/2004 dans Bifrost 35
Mise en ligne le : 3/8/2005

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77052 livres, 87990 photos de couvertures, 72927 quatrièmes.
8563 critiques, 41942 intervenant·e·s, 1601 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.