Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Coeur d'Argent

Storm CONSTANTINE & Michael MOORCOCK

Titre original : Silverheart, 2000
Première parution : Londres : Simon & Schuster, 2000

Traduction de Benoît DOMIS
Illustration de Marc MORENO

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Rendez-vous ailleurs n° (27)
Dépôt légal : mai 2005, Achevé d'imprimer : avril 2005
348 pages, catégorie / prix : 19 €
ISBN : 2-265-07388-1
Format : 15,5 x 24,0 cm  
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     On dit que la ville Karadur-Shriltasi est au centre du multivers. C'est là que serait né le temps. Elle court aujourd'hui un grand danger et pourrait disparaître à jamais...
 
     Max Peau d'Argent, voleur d'exception, vit à Karadur, la ville du métal et de la vapeur. Il n'a que six jours pour découvrir les secrets de son héritage. La marque du sorcier, le Coeur d'Argent, le dévore et le consume.
     Dame Rose De Fer est la fille du chef du Clan De Fer, l'un des plus puissants de Karadur. L'alliance incertaine de l'héritière et du voleur pourrait bien sauver le futur de la ville. Tandis qu'à Shriltasi, la ville jumelle et souterraine, les habitants en savent long sur la prophétie qui fait de Max l'unique sauveur de ces deux cités.
 
     Coeur d'Argent réunit le talent et l'inspiration de Michael Moorcock et le romanesque gothique de Storm Constantine. Un long périple entre deux royaumes, entre magie et forces obscures. Un grand roman d'aventures qui renoue avec le mythe du Champion éternel.
 
     Michael Moorcock est l'un des écrivains britanniques les plus connus et les plus respectés. En 1961 paraissent les premières aventures d'Elric, suivies par celles de Corum, Hawkmoon, Jerry Cornelius, qui vont fairede lui le pape de l'heroic fantasy. Storm Constantine est la créatrice de la série Wreaththu, et l'auteur de nombreux romans de SF et de fantasy.
 
    Critiques    
     Karadur/Schriltasi. Une ville enclavée dans les glaces au centre du multivers et son double magique et souterrain... Les clans du métal dirigent Karadur selon un dogme aussi rigide que la fonte. Cela dure depuis les temps immémoriaux de la guerre des clans à la suite de laquelle la magie a été bannie de Karadur... Mais les temps changent...

     Karadur est menacée par la corruption, la rouille... En un mot très moorcockien : l'entropie. Le passé pèse de tout son poids sur les étais qui soutiennent la cité... Sous l'empire du dogme rigide qui régit Karadur, la pression entropique s'est accrue et le point de rupture est proche. La ville est une cocotte-minute prête à exploser, mais, pour ouvrir la soupape, il faudrait transgresser les sacro-saintes traditions... Retrouver le chemin de Shriltasi, la cité magique...

     Max Peau d'Argent, qui par magie a reçu un menaçant cœur d'argent, s'apparente par là aux héros moorcockiens que sont Elric, Corum ou Hawkmoon. Ce voleur d'excellence joue également le rôle d'agent du chaos se chargeant de réintroduire un brin de fantaisie là où elle fait si cruellement défaut. A l'instar d'Elric, il conjure l'entropie sans pour autant vouer le monde au chaos. Il restaure l'harmonie, rééquilibre les plateaux de la balance selon la métaphore moorcockienne.

     Cœur d'Argent est ainsi le stéréotype même du roman moorcockien quant à sa thématique. L'intrigue, elle, se résume à une pitoyable collection de breloques magiques, qui, appariées par trois, constituent un hibou, une lionne et un dragon. Inutile de préserver une fin plus que convenue : Max ayant réussi le grand chelem de colifichets, Karadur retrouvera l'harmonie et la magie droit de cité ; Max échappera même au sort tragique constitutif du héros.

     Cœur d'Argent vient allonger la liste déjà bien fournie des ouvrages alimentaires de Michael Moorcock. Il n'apporte strictement rien à la thématique, et Storm Constantine ne semble pas devoir apporter davantage. Nous voilà donc avec une incarnation de plus de l'Eternel Champion. Un livre qui n'a rien pour séduire les amateurs du Moorcock les plus ambitieux mais comblera ceux qui ont apprécié La Fille de la voleuse de rêves ou qui piaffent d'impatience dans l'attente d'un nouvel Elric ; il a également tout pour séduire les nombreux amateurs de récits de quête et de hache qui font les choux gras d'un éditeur tel que Bragelonne. On y tire joyeusement l'épée dans les égouts, on y cambriole des chambres fortes gardées par des dragons, et il suffit d'y brandir une patte de lapin — pardon, de lionne — pour que les méchants petits lutins se compissent... Ce n'est pas noir, ce n'est pas trop violent, ni gothique, ni steampunk, ni drôle... Mais, peut-être faites-vous partie de cette immense majorité des gens qui ignorent encore tout des thèmes chers à Moorcock ? Auquel cas ce roman peut y servir d'introduction.

Jean-Pierre LION
Première parution : 1/7/2005 dans Bifrost 39
Mise en ligne le : 14/8/2006


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64896 livres, 63159 photos de couvertures, 59605 quatrièmes.
8086 critiques, 35552 intervenant·e·s, 1416 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.