Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Louvetier

Henri LOEVENBRUCK


Cycle : Gallica vol.


Illustration de Laurent BEAUVALLET

J'AI LU (Paris, France), coll. Fantasy (2007 - ) n° 8542
Dépôt légal : décembre 2007
352 pages, catégorie / prix : 7 €
ISBN : 978-2-290-00637-5   
Genre : Fantasy


Autres éditions
   BRAGELONNE, 2004
   in Gallica : L'intégrale de la trilogie, 2012
   FRANCE LOISIRS, 2005

    Quatrième de couverture    
     Après que d'impitoyables guerriers ont brûlé son village, Bohem s'enfuit, traînant dans son sillage un cortège d'ennemis qui le pourchassent sans relâche. Qu'a-t-il fait pour s'attirer les foudres de la milice du Christ, des soldats du roi Livain VII et de ce personnage mystérieux qui se fait appeler le Sauvage ? Cela a-t-il un rapport avec les brumes, ces créatures merveilleuses que les louvetiers condamnent au bûcher, et avec lesquelles il partage une étrange complicité ? Qui, ou plutôt qu'est-il, au juste ? S'il doit trouver en lui-même les réponses à ces questions, Bohem, aidé par les Compagnons du Devoir, une confrérie d'artisans aux nombreuses ramifications, n'arpente pas seul les routes de Gallica, une France de légendes qui jamais ne fut...

     Henri Loevenbruck
     est né à Paris en 1972. Ecrivain, parolier et scénariste, il est l'auteur de plusieurs romans de fantasy et de trois thrillers. La trilogie de Gallica, dont voici le premier tome, nous replonge dans le Moyen Âge qu'il avait réinventé pour La Moïra.

     « De la littérature fantastique de grand talent ! »
     Marianne

     « Un grand livre à cocher comme un trésor dans une bibliothèque. »
     Ozymandias
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition BRAGELONNE, (2004)


     « L'Eglise s'accommodait mal de ces animaux de légende. Ces créatures merveilleuses venues d'un âge plus ancien. Chimères, vouivres, bayards, tarannes, loups, piternes, licorne... De moins en moins nombreuses, elles dérangeaient toutefois encore par l'affront qu'elles faisaient à la foi chrétienne, par leur simple présence. Par la vérité de leur existence. Car elles n'étaient pas des créatures de Dieu ; elles étaient les survivantes d'un mythe que l'Eglise préférait oublier. Alors, on les appelait 'créatures du démon' et on les chassait à travers le pays. Le roi, soucieux de satisfaire les papes successifs, payait même des hommes pour se charger de cette triste besogne. C'étaient les louvetiers. » (p.12)

     Dans ce Moyen-âge alternatif, la France s'appelle Gallica et l'Angleterre Brittia. La tension monte entre les deux pays depuis que la duchesse de Quienne, répudiée par le roi de Gallica, Livain VII, a épousé le roi de Brittia, Emmer Capigesne, en lui apportant ainsi les nombreux domaines qu'elle possède en Gallica...
     Cette histoire vous rappelle quelque chose ? Il suffirait qu'Hélène de Quienne s'appelle Aliénor d'Aquitaine et que ses maris successifs se nomment Louis VII et Henri Plantagenêt pour que l'intrigue vous soit bien connue. En effet, tout comme Guy Gavriel Kay — qui estime que « la fantasy rend un récit universel en l'arrachant de sa gangue spatio-temporelle » — , Henri Loevenbruck a choisi d'appuyer son univers fictionnel sur une transposition à peine déguisée de l'Histoire de France et d'Angleterre.

     En alternance avec ces intrigues de cour et ces alliances de puissants, nous suivons l'itinéraire de Bohem, un jeune garçon qui possède d'étranges dons. Il peut par exemple braver le feu pour sauver une « brume » — nom générique pour ces créatures fantastiques que les louvetiers jettent sur des bûchers.
     Son apprentissage va s'avérer des plus conventionnels. Bohem est contraint de prendre la route après avoir assisté au massacre de tout son village — cliché incontournable en fantasy. On comprendra bien sûr que c'est lui que l'attaque visait. Il faudra attendre la page 162 pour qu'il nous révèle ce que lui-même savait déjà — sans surprise, il est un enfant trouvé — puis la page 284 pour qu'il apprenne enfin l'identité de ses parents — également peu surprenante pour qui a lu La Moïra, la précédente trilogie de l'auteur, située dans le même univers environ une génération plus tôt... Entre-temps, il sera poursuivi par les soldats du roi Livain VII, par la milice du Christ aux ordres du Pape et par les Aïshans, d'impitoyables guerriers au service des druides de la Moïra, mais il bénéficiera heureusement de l'aide précieuse des Compagnons du Devoir...

     On le voit, cette suite de péripéties ne vise aucunement à l'originalité. Comme dans La Moïra, Henri Loevenbruck s'attache plutôt à écrire un récit d'un grand classicisme capable de séduire un large public, à commencer par les adolescents. Son écriture simple et son sens du récit lui permettent d'offrir au lecteur une lecture aisée et distrayante, qui ne s'adresse pas vraiment aux connaisseurs du genre désireux de sortir des sentiers battus et rebattus, d'autant plus que l'aspect politique n'a pas suffisamment de souffle ni les personnages de force pour rivaliser avec les romans d'historic fantasy de G.G. Kay.
     Pourtant, Loevenbruck écrit aussi : « La poésie n'est pas qu'apparence, tu sais, elle est aussi raison, sens... Elle doit dire de profondes choses, dire ce que l'on croit et que l'on veut partager. » (p.206) Les deux tomes à venir vont-ils nous faire partager de « profondes choses » ?

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/10/2004
nooSFere




 

Dans la nooSFere : 62614 livres, 58821 photos de couvertures, 57103 quatrièmes.
7958 critiques, 34338 intervenant·e·s, 1333 photographies, 3654 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.