Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Petits arrangements avec l'éternité

Éric HOLSTEIN


Illustration de Diego TRIPODI

MNÉMOS , coll. Dédales
Dépôt légal : septembre 2009, Achevé d'imprimer : août 2009
Première édition
Roman, 300 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-35408-057-0
Format : 15,5 x 23,5 cm
Genre : Fantastique



Ressources externes sur cette œuvre : quarante-deux.org
Ressources externes sur cette édition de l'œuvre : quarante-deux.org

Quatrième de couverture
     Dans cette noble assemblée, on aime à se donner de grands airs, on se gargarise de son interminable passé, mais tous en sont réduits, comme moi, à faire de petits arrangements avec l'éternité pour ne pas préférer mourir d'ennui.
 
     Tu parles d’un tiercé gagnant : Eugène, parigot impénitent, as de la cambriole et esthète à mes heures. Grace, poule de luxe gonflée au silicone. Slawomir, clodo érudit amateur de Pauillac.
 
     Nous ne sommes pas comme vous, mais oubliez tout ce que vous croyez savoir sur les vampires. Les morsures, les cercueils, les chauves-souris, c’est bon pour les gogos. On n’en veut pas à votre sang, simplement à vos souvenirs, vos émotions ; à votre vie en somme. Nous vivons dans les interstices de votre monde, parce que la discrétion est notre assurance-vie. Et sans Grace, ça aurait sans doute pu continuer un moment. Au lieu de ça, nous voilà à courir Paname pour sauver nos miches d’une secte de vendeurs de roses à la sauvette, d’une fraternité d’albinos dopés à l’Éther et de la malédiction de nos origines.
 
     Alors, un bon conseil, bonnes gens : restez chez vous, les rues de Paris ne sont plus sûres.
 
     Éric Holstein arpente le pavé parisien depuis 1969. Co-responsable du site ActuSF, il a publié plusieurs nouvelles et livre ici son premier roman, entre hommage et parodie des récits vampiriques et romans feuilleton.
Critiques
     Suivi de près chez Bifrost grâce à l'excellence de ses nouvelles publiées ici ou là, Eric Holstein fait partie des incontournables de la S-F française, notamment pour son implication dans le site (et les éditions) ActuSF. Autant dire qu'on l'attendait au tournant avec ce premier roman paru chez Mnémos, dans la toute nouvelle collection « Dédales », plus orientée vers la littérature borderline que les ouvrages habituels du catalogue. Surprise, Eric Holstein revisite le mythe du vampire à sa propre sauce (on est très loin de Bram Stoker), tout en évitant l'écueil du premier roman trop ambitieux. Petits arrangements avec l'éternité a l'immense mérite de ne jamais se prendre au sérieux, tout en assumant pleinement son côté série B parfois trop prévisible, mais essentiellement jouissive. Car si Eric Holstein ne nous offre pas ici son chef-d'œuvre incontournable conçu dans la rage et la haine pour changer à jamais la littérature, il nous balade agréablement dans un Paris fantasmé et déroule un scénario sans doute trop linéaire, mais avant tout efficace. Bien fichue, bien menée et parfois hilarante, l'intrigue de Petits arrangements avec l'éternité accroche impeccablement le lecteur, au point de lui donner envie d'avaler le livre d'une traite. Un vrai page-turner, donc, et qui marche, ce qui n'est jamais évident pour un premier roman. Au-delà de son indéniable réussite éditoriale, le roman d'Eric Holstein se distingue des autres par sa langue. Orale, argotique à l'extrême, mais toujours compréhensible et — ouf — jamais gonflante. Holstein projette son lecteur dans une sorte de modernité factice qui renvoie autant au dix-neuvième siècle qu'au vingt-et-unième. Une particularité temporelle subtile qui trouve un écho avec la longévité des vampires, perdus dans une époque où ils « vivent », mais qu'ils ne font souvent que traverser. Les vampires d'Holstein n'ont d'ailleurs plus grand-chose à voir avec leurs glorieux ancêtres. Ils ne craignent pas le soleil, se contrefoutent des crucifix et ne se nourrissent même pas de sang. Leur truc à eux, c'est l'âme. Ce sont plus des vampires psychiques qui bouffent de l'émotion que des Nosferatu certifiés conformes. Le problème de la crédibilité de l'histoire est donc largement réglé, ce qui, là encore, n'est jamais évident pour un premier roman. Du coup, le décor se plante de lui-même et une fois les premières pages avalées rapidement, on peut s'installer tranquillement et se concentrer un peu plus sur le sujet. On suit les traces d'Eugène, voyou parisien sympathique à la gouaille contagieuse, embarqué dans une embrouille cosmique par son ex, bientôt pourchassé par un troupeau d'hindous au sens de l'humour limité et obligé de faire alliance avec d'autres vampires plus ou moins recommandables pour faire face à la menace. Des aventures rocambolesques, donc, qui promènent Eugène à travers tout Paris, périple dangereux et sauvage peu avare en révélations. Car on s'en doute, on en saura forcément un peu plus sur l'origine de ces vampires un tantinet particuliers, sur leurs luttes intestines et — soyons fous — sur la vraie nature de la réalité. La fin du roman (qu'on aura la décence de ne pas raconter ici) est d'ailleurs une sorte de relecture (voulue ou non, c'est une question à poser à l'auteur) des dernières minutes du navet Men in Black, où une œuvre architecturale discutable assume enfin sa vraie nature, cette de vaisseau spatial patenté. Bref, si les délires d'Eric Holstein ne retournent pas la façon dont on envisage la littérature contemporaine, Petits arrangements avec l'éternité n'en reste pas moins un excellent roman, un joyeux divertissement assumé et un (très) bon moment de lecture. Reste à savoir si Eric Holstein s'est contenté de faire ses gammes avec ce premier coup, ou s'il a donné le meilleur de lui même. Quelque chose nous dit toutefois qu'on n'a pas fini d'en entendre parler... Un auteur de plus, un, et un vrai.

Patrick IMBERT (site web)
Première parution : 1/1/2010 dans Bifrost 57
Mise en ligne le : 10/7/2011


     Éric Holstein est, avec Charlotte Volper et Jérôme Vincent, l'une des têtes pensantes du site ActuSF, dédié à l'actualité de l'imaginaire, et des éditions du même nom. Mais Éric Holstein est aussi écrivain ; il avait été publié jusqu'ici par la revue canadienne Solaris, comme par exemple avec « À la croisée », très intéressante nouvelle sur un homme incarnant l'esprit du blues. Cette rentrée voit Holstein passer à la vitesse supérieure, puisqu'il est au sommaire de l'anthologie-événement, Retour sur l'horizon, mais surtout parce qu'il publie son premier roman aux éditions Mnémos, dans la toute nouvelle collection Dédales (dont on signalera au passage le logo pour le moins illisible).
     Petits arrangements avec l'éternité, c'est une histoire de vampires. Mais des vampires d'un genre particulier : il y a Eugène, qui tel le coucou passe son temps à s'incruster dans des appartements luxueux désertés par leurs proprios ; il y a aussi Grace, bimbo aux seins refaits ; et enfin Slawomir, un clochard. Tout ce beau monde va s'agiter lorsqu'un indien un peu barré s'éprend de Grace et souhaite devenir à son tour un immortel. C'est le point de départ d'un joyeux bordel qui verra les familles de vampires se foutre sur la tronche et mettre le souk à Paname.
     Pour entrer dans ce roman, il vous faudra donc adhérer au style du narrateur. Car, tout immortel qu'il soit, Eugène est surtout un sacré marlou, dont la gouaille ne se dément jamais. L'argot est son mode d'expression favori, même s'il utilise parfois un langage carrément vulgaire (qui convainc moins) et s'il sait utiliser un Français plus correct, notamment lorsqu'il décrit les œuvres d'art dont il est friand. Car, définitivement, Monsieur Eugène sait vivre. Et Holstein sait lui insuffler cette vitalité, à tel point que l'on se dit que s'exprimer en argot doit être une seconde nature pour l'auteur. Il a en outre conjugué ici cet amour des phrases bien troussées à sa passion pour Paris, que l'on parcourt de long en large, à grands renforts de noms de rue. Paris s'éveille, respire, bouffe, baise, et se rendort, bref Paname vit. Et l'énorme tendresse de Holstein pour sa ville suinte à toutes les pages.
     L'intrigue globale constitue sans doute le point faible du livre : il s'agit d'une énième histoire de familles de vampires antagonistes, comme on en a déjà vu des dizaines - — ce qui, soit dit en passant, montre bien que le thème des vampires n'est plus très loin d'avoir épuisé toutes ses recettes. Rappelons que l'auteur crie haut et fort qu'il n'aime pas les vampires ; n'oublions pas non plus qu'il s'agit d'un premier roman, et que de telles imperfections sont donc loin d'être rédhibitoires. Et puis, Holstein met une telle énergie au service de son récit qu'il nous fait oublier le caractère convenu de la trame de l'histoire, et que l'on passe ainsi un très bon moment de lecture, marqué par des personnages truculents, déjantés, imparfaits, bref humains. Et vivants.
     Avec Petits arrangements avec l'éternité, la carrière d'Éric Holstein débute par un roman très sympathique, qui malgré quelques imperfections saura sans aucun doute emporter l'adhésion de ses lecteurs. En attendant le prochain livre, avec l'espoir de le voir un brin plus original ?

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 6/10/2009 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 78571 livres, 90773 photos de couvertures, 74535 quatrièmes.
8860 critiques, 42709 intervenant·e·s, 1657 photographies, 3770 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.