Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de dragons

Jasper FFORDE

Titre original : The Last Dragonslayer, 2010
Première parution : Londres, Royaume-Uni : Hodder & Stoughton, 4 novembre 2010

Cycle : Jennifer Strange vol. 1 

Traduction de Michel PAGEL
Illustration de Marko TARDITO

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Territoires
Dépôt légal : juin 2011, Achevé d'imprimer : mai 2011
Roman, 298 pages, catégorie / prix : 15.90 €
ISBN : 978-2-265-09306-5
Format : 14,0 x 22,5 cm  
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Depuis que Jennifer Strange, 15 ans, a été choisie pour tuer le dernier dragon, elle est la personnalité la plus célèbre de tout le pays.
     Armée de son épée Exhorbitus, elle décide d'aller d'abord discuter avec la créature mythique.
     Car les raisons de sa mission sont bien moins nobles qu'elle ne le pensait...
 
     « Un J.K. Rowling pour les grands ! » Sunday Times
 
    Critiques    
     Pour inaugurer sa nouvelle collection « Territoires », destinée au public « young adults » (puisque c'est comme ça qu'on dit, paraît-il), le Fleuve Noir aurait pu tomber plus mal : Jasper Fforde, que l'on connaissait jusqu'à présent en France pour sa géniale et indispensable série des aventures de « Thursday Next » (10/18), voilà bien un nom qui inspire confiance, et qui donne assurément envie d'y jeter un œil (bien plus que la couverture, terne et inadéquate au possible...). Voyons donc ce qui se cache derrière ce titre à rallonge (plus explicite que le The Last Dragon-slayer original, mais bon...).

     « A une époque, j'ai été célèbre. On a vu ma tête sur des T-shirts, des badges, des tasses à thé et des posters. J'ai fait la Une des journaux, je suis passée à la télé, et j'ai même été invitée au Yogi Baird Show. Le Quotidien des Palourdes m'a proclamé « L'adolescente la plus remarquable de l'année » et j'ai été élue femme de l'année par Mollusque-Dimanche. On a deux fois essayé de me tuer, on m'a menacée de la prison, j'ai reçu seize demandes en mariage et j'ai été déclarée hors la loi par le roi Snodd. Tout cela, et plus encore, et en moins d'une semaine.
     » Je m'appelle Jennifer Strange. »

     XXIe siècle. Mais dans une Grande-Bretagne différente. Nous sommes dans les Royaumes Désunis, plus particulièrement au royaume d'Hereford. Dans ce monde-là, il y a encore de la magie (et une curieuse obsession pour le massepain, mais c'est une autre histoire). Il y a encore de la magie, donc. Mais plus des masses, et le respect pour le sacerdoce s'est perdu... Aussi les quelques mages encore dotés de pouvoirs se voient-ils contraints d'offrir leurs services pour des tâches a priori peu glorieuses : transport d'organes en tapis volants, réparation d'installations électriques, etc. Kazam est une des entreprises gérant ces affaires. En l'absence — momentanée, bien sûr — de son fondateur, le Grand Zambini, Kazam est gérée par l'enfant trouvée Jennifer Strange — bientôt seize ans. Elle est un peu jeune, certes, mais comme elle est plus ou moins la seule à avoir toute sa tête dans cette maison de dingues, elle ne se débrouille pas trop mal. Et puis, tout à coup, l'énergie sorciérique se met à connaître des pics d'intensité qu'on n'avait plus connus depuis fort longtemps. Et tout cela semble coïncider avec la dernière prophétie en date selon laquelle l'ultime dragon des Royaumes Désunis, Maltcassion, qui, ça tombe bien, vit dans la dragonie d'Hereford, doit mourir le dimanche suivant. De la main d'un tueur de dragons, forcément, puisque seul un tueur de dragons peut pénétrer les frontières de la dragonie.

     Le titre français lâchant le morceau — mais de toute façon, on s'en doutait — , on peut bien le dire ici : par un étrange concours de circonstances, Jennifer Strange se trouve hériter du titre de dernière tueuse de dragons et se voit donc confier ladite tâche, tâche glorieuse, peut-être, mais très certainement dangereuse. D'autant que cela lui pose un problème de conscience : elle n'a pas vraiment — non, pas du tout — envie de le tuer, ce dragon. Déjà parce qu'elle craint, ce faisant, de faire disparaître la magie pour de bon, et ce pour des raisons qu'elle ne parvient pas très bien à s'expliquer elle-même ; ensuite, et surtout, parce qu'elle se rend compte que ledit Maltcassion est une créature noble, érudite et intelligente, et que, pour le moment en tout cas, il n'a pas brisé le Pacte : Jennifer n'a donc aucune raison de le tuer et d'accomplir la prophétie ! Mais on la presse de toutes parts. Des milliers de personnes s'amassent aux frontières de la dragonie, désireuses de s'accaparer ces terres dès que le dragon aura rendu son dernier souffle. Et le roi Snodd, son ennemi de toujours le duc de Brecon, et les grandes entreprises des Royaumes Désunis (voire un car de Danois trahis par leurs rollmops) sont de la partie...

     Au début, on a un peu peur : on sent en effet que « Harry Potter » est passé par là, et on craint de voir Fforde succomber à son tour à la tentation du clonage... Heureusement cette impression disparaît assez vite, et on retrouve bientôt le ton joyeusement délirant et bourré d'inventivité de l'auteur, bien que dans une veine plus... « gentille », dirons-nous, que pour les « Thursday Next » — on sent tout de même la différence de public — , mais qui peut également faire penser à du Pratchett de bon aloi.

     Passées les premières pages un peu douteuses, le roman — très court : 300 pages en gros caractères — se dévore avec un plaisir constant. Léger et drôle sans jamais être creux, il offre à n'en pas douter un bon divertissement, bref mais tout à fait honorable.

     Seulement voilà, c'est un peu le problème. Non, Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de Dragons n'est pas un mauvais roman ; on peut même dire, en desserrant un peu les dents, qu'il est plutôt bon... Mais de la part de Jasper Fforde, le fait est que l'on peut se sentir en droit d'en attendre davantage. Plus d'exubérance, de folie, de style, de sens, de double sens ; de tout ce qui a fait qu'on a tant aimé les « Thursday Next » (et plus si affinités). Car ici même si on ne s'ennuie pas, même si — oui — on passe un bon moment, on a quand même un peu l'impression d'un auteur, certes talentueux, mais qui livre le minimum syndical.

     Du Fforde moyen sera toujours largement meilleur que la plupart des sorties habituelles en fantasy, « jeunesse » ou pas. A ce compte là, nul doute que Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de Dragons sortira du lot, et constituera — par exemple — un cadeau de choix à votre ado préféré(e) (en attendant de lui refiler les « Thursday Next »), cadeau que vous pourrez lui piquer à l'occasion. Ce qui n'empêche pas une déception relative...

Bertrand BONNET
Première parution : 1/7/2011 dans Bifrost 63
Mise en ligne le : 12/2/2013


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69454 livres, 77802 photos de couvertures, 64550 quatrièmes.
8384 critiques, 36847 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.