Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Opéra de Shaya

Sylvie LAINÉ



Illustration de Gilles FRANCESCANO

ActuSF , coll. Les Trois Souhaits
Dépôt légal : avril 2014
Première édition
Recueil de nouvelles, 192 pages, catégorie / prix : 12 €
ISBN : 978-2-917689-36-3
Format : 13,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     SO-ANN, née dans un vaisseau spatial, a du mal à s’habituer aux coutumes étranges et contraignantes des mondes où se sont établis les humains. Alors quand elle entend parler de Shaya, cette planète où la faune et la flore sont en totale empathie avec ses visiteurs, elle n’hésite pas une seule seconde. Mais en vérité, qui s’adapte à qui ? Quels mystères se cachent dans ce monde qui semble idéal ?
 
     L’Opéra de Shaya est un space opera envoûtant et magique, accompagné de trois autres nouvelles tout aussi fortes et sensibles.
 
     Sylvie Lainé est sans aucun doute l’une des plus belles plumes de l’imaginaire en France. Récompensée à maintes reprises, traduite en plusieurs langues, elle tisse depuis trente ans des histoires qui ne cessent de nous interroger sur notre humanité et notre rapport à l’autre.

    Sommaire    
1 - Jean-Marc LIGNY, Le Paradis, c'est les autres ?, pages 9 à 13, préface
2 - L'Opéra de Shaya, pages 15 à 103, nouvelle
3 - Grenade au bord du ciel, pages 105 à 129, nouvelle
4 - Petits arrangements intra-galactiques, pages 131 à 140, nouvelle
5 - Un amour de sable, pages 143 à 156, nouvelle
6 - Jean-Marc LIGNY, Interview de Sylvie Lainé, pages 159 à 178, entretien avec Sylvie LAINÉ

    Prix obtenus    
Grand Prix de l'Imaginaire, nouvelle française, 2015
Rosny aîné, nouvelle / Short story, 2015
Bob Morane, nouvelle / Short story, 2015
 
    Critiques    

            Quatrième recueil de Sylvie Lainé aux éditions ActuSF, L’Opéra de Shaya propose quatre textes écrits en 2013 et 2014, répartis pour moitié entre inédits et reprises, le tout agrémenté d’une préface et d’un entretien signés Jean-Marc Ligny. Les nouvelles ont toutes pour décor l’espace, et plus particulièrement des planètes sur lesquelles les protagonistes vont nouer le contact avec les autochtones, parfois sans le savoir.

            Ainsi, dans « Un amour de sable », où un géologue prélève du sable pour des examens, ignorant que celui-ci est une créature à part entière et à l’échelle de la planète. Plutôt que de l’amputer, ce prélèvement va être source d’enrichissement pour le sable, dont la partie manquante, une fois remise sur le sol de la planète, pourra faire profiter de ces expérimentations au reste. Une tentative de décrire l’Autre relativement efficace. Contact aussi dans « Petits arrangements intra-galactiques », nouvelle gag en hommage à Robert Sheckley, où un homme va tenter d’approcher des E.T. à la forme de grosses vaches roses, déguisé en sapin. Mineur, ce texte réussit néanmoins à retrouver le charme des nouvelles humoristiques de l’âge d’or de la SF. Le contact est un petit peu plus étonnant dans « Grenade au bout du ciel », grenade étant à prendre ici au sens du fruit à alvéole plutôt qu’à celui d’arme. Cette fois-ci, les interactions avec les habitants de la planète restent extrêmement faibles puisque les astronautes préfèrent s’intéresser à un satellite artificiel (alors qu’aucune technologie n’existe sur le monde autour duquel il orbite). Celui-ci se révèle un container à rêves et cauchemars amenés à contaminer les explorateurs. Un texte évocateur, poétique, dont la fin extrêmement ironique évoquant l’avenir de ladite grenade résonne douloureusement. On en vient maintenant au plat de résistance, curieusement situé en début de recueil, à savoir la novella qui donne son titre à l’ouvrage. Une jeune femme désœuvrée, So-Ann, entend parler d’une planète qui accueille les étrangers avec parcimonie pour mieux les intégrer. Une fois sur place, elle se rend compte du caractère idyllique de Shaya : tout est fait selon ses désirs. Littéralement. La faune et la flore, en plus de susciter un émerveillement permanent de par leur diversité, s’imprègnent de son ADN pour se recomposer comme elle en a envie. Les plantes et les bêtes se modifient peu à peu, pour lui proposer des fruits à son goût ou des animaux de compagnie intelligents et prévenants. Le paradis est d’autant plus à portée de main que So-Ann fait la connaissance de Nico, déjà imprégné par un autre être humain, et donc suffisamment proche du compagnon idéal pour la jeune femme. Toutefois, Shaya est une planète qui a ses propres codes, que So-Ann devra respecter, dût-elle en souffrir personnellement… Tous les ingrédients d’un très grand texte sont ici réunis : la capacité d’émerveillement, des personnages attachants abordés avec une grande finesse psychologique, une description extrêmement précise et crédible d’une société autre, sans oublier une pointe d’humour et de cruauté pour assaisonner le tout. Bref, une novella qui a elle seule fait de L’Opéra de Shaya une lecture hautement recommandée, et confirme tout le talent de nouvelliste de la très (trop ?) discrète Sylvie Lainé.


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/10/2014 dans Bifrost 76
Mise en ligne le : 19/4/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70931 livres, 81311 photos de couvertures, 66126 quatrièmes.
8470 critiques, 38100 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.