Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Sonate Hydrogène

Iain M. BANKS

Titre original : The Hydrogen Sonata, 2012
Première parution : Orbit, 2012

Cycle : Culture (Cycle de la)  vol. 10 

Traduction de Patrick DUSOULIER
Illustration de MANCHU

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain n° (237)
Dépôt légal : octobre 2013
Roman, 540 pages, catégorie / prix : 24 €
ISBN : 978-2-221-13708-6   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Les Gziltes, une civilisation galactique alliée de la Culture depuis dix mille ans mais qui a choisi de ne pas la rejoindre, ont pris la décision collective de suivre la voie empruntée par des millions d'autres civilisations avancées : la Sublimation
     Quitter l'espace normal et rejoindre un niveau plus élevé dont on ne sait pas grand-chose mais où tout est possible, où la vie est plus complexe et plus riche. Infiniment.

     Mais à quelques jours de la Sublimation de Gziltes, leur Quartier Général Militaire est détruit. Peut-être parce qu'il détenait un secret susceptible d'entraver cette Sublimation.
     Vyr Cossont, assistée d'un androïde et d'un avatar de la Culture, va parcourir la Galaxie à la recherche d'un homme qu'on dit vieux de dix mille ans et qui est censé connaître le secret des Gziltes.

     Iain Banks, disparu en 2013, nous offre un merveilleux voyage à travers mondes et paysages extraordinaires, l'ultime chapitre du cycle de la Culture.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Francis Valéry : Passeport pour les étoiles (liste parue en 2000)  pour la série : Culture (Cycle de la)

 
    Critiques    

            Dans des temps lointains, les Gziltes, une espèce humanoïde, avaient décliné l’offre d’intégrer la Culture, par suffisance et prétention plus que par manque d’intérêt, en raison d’un livre sacré que leur ont remis les Zihdren, Le Livre de Vérité, qui leur prédisait un destin exceptionnel et ne serait pas devenu une Bible s’il n’avait décrit précisément chaque étape de leur évolution. À présent, parvenus à un très haut degré de civilisation, comme les Zihdren en leur temps, les Gziltes s’apprêtent à Sublimer, c’est-à-dire à transcender collectivement dans des dimensions cachées vers une forme supérieure de conscience. Mythe ou réalité ? Le voyage est sans retour, à de rares exceptions près, lesquelles se montrent toutes incapables de décrire le degré de félicité de cet ailleurs. Les vestiges de civilisation que laisse derrière elle une espèce ayant Sublimé sont pillés par des civilisations inférieures, méprisées par celles qui poursuivent leur évolution sans rien devoir à personne. Cette fois, deux Charognards, les Liseiden et les Rontes, postulent pour bénéficier de cet héritage. Quelle civilisation l’emportera ? On œuvre en coulisses… Sauf qu’un vaisseau de Zihdren-Reliquants, à savoir la fraction très minoritaire de Zihdren ayant refusé la Sublimation, et qui n’a plus le nom de civilisation, vient délivrer peu avant la cérémonie de Sublimation un message qui pourrait remettre celle-ci en question. Mais il est détruit par un bâtiment gzilte, comme l’est également un Quartier général gzilte. Les vaisseaux de la Culture, intrigués, décident d’enquêter sur ce qui se trame. C’est ainsi que plusieurs Mentaux se portent sur les lieux de l’action et sont amenés, parfois sous la forme de leurs avatars, à jouer un rôle dans une intrigue relativement complexe. Dans le même temps, Vyr Cossont, jeune lieutenant-commandant de réserve gzilte, qui s’est fait greffer une paire de bras supplémentaire pour pouvoir exécuter la Sonate Hydrogène, réputée injouable, voire inécoutable, sur l’improbable instrument de musique conçu à cet effet, l’Undécagone Antagoniste, aussi appelé onzecordes, doit reprendre du service pour retrouver un humain qu’elle a croisé, QiRia, plus vieux que la Culture, qui pourrait expliquer les raisons de ces massacres…

            La trame est celle d’un roman d’espionnage, où chaque coup fait l’objet d’évaluations de la part des factions adverses. Les relances de la quête à chaque élucidation partielle permettent à Banks de poursuivre, par petites touches, sa réflexion sur l’immortalité et la vie après la mort. Le finale, très pyrotechnique, donne à ces questions métaphysiques une dimension tragi-comique que l’auteur exploite avec son sens du dérisoire. Le destin des civilisations et la question de la vie après la mort sont en effet au centre du roman. Dans une Galaxie grouillante de vie où des sociétés, par leur démesure même, accèdent à des statuts quasi divins, les sempiternelles questions du sens de la vie se posent selon des perspectives différentes. Mais sans aucune gravité : avec son sens du space-opera et son humour décalé, Banks joue de sa Sonate avec un grand sens de la mesure.

            Par un ironique destin, cet opus revêt une portée encore plus particulière depuis que Iain M. Banks s’est à son tour sublimé dans une dimension cachée où se déploie désormais son univers de la « Culture ».


Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/4/2014 dans Bifrost 74
Mise en ligne le : 24/3/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68115 livres, 71399 photos de couvertures, 63077 quatrièmes.
8159 critiques, 36298 intervenant·e·s, 1471 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.