Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Solaris n° 188

REVUE


Cycle : Revues - Solaris (Requiem)  vol. 188 


Illustration de SYBILINE

SOLARIS , coll. Solaris (revue) n° 188
Dépôt légal : octobre 2013
Première édition
Revue, 174 pages, catégorie / prix : 10 $
ISBN : néant
Format : 13,4 x 20,9 cm  
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - Joël CHAMPETIER, Éditorial, pages 3 à 4, éditorial
2 - Dave CÔTÉ, Vortex, pages 7 à 32, nouvelle, illustré par Laurine SPEHNER
3 - Claude LALUMIÈRE, Le Ministère des Affaires Sacrées (The Ministry of Sacred Affairs), pages 33 à 44, nouvelle, trad. Pascal RAUD, illustré par Laurine SPEHNER
4 - Serena GENTILHOMME, Kto ?, pages 45 à 47, nouvelle, illustré par Laurine SPEHNER
5 - Anthelme HAUCHECORNE, No Future (ou l'Apocalypse selon Johnny Rotten), pages 49 à 54, nouvelle, illustré par Mathieu COUDRAY
6 - Ariane GÉLINAS, Dérives au bord de minuit, pages 55 à 70, nouvelle, illustré par Laurine SPEHNER
7 - Philippe-Aubert CÔTÉ, La Carte ou la Boussole, pages 71 à 101, nouvelle, illustré par Ève BOLT
8 - Jean-Pierre LAIGLE, Les Allumeurs d'étoiles, pages 102 à 121, article, illustré par Suzanne MOREL
9 - Mario TESSIER, Les Carnets du Futurible : Le Grand Sommeil du faucon martien, ou qui a tué la science-fiction, pages 122 à 134, article, illustré par Suzanne MOREL
10 - Christian SAUVÉ, Sci-néma, pages 135 à 148, chronique
11 - Jérôme-Olivier ALLARD & Pascal RAUD, Les Littéranautes, pages 149 à 153, critique(s)
12 - COLLECTIF, Lectures, pages 154 à 174, critique(s)
 
    Critiques    

            Ce numéro de Solaris commence avec une nouvelle assez dérangeante de Dave Côté, «  Vortex », dérangeante car il y est brièvement question de soupçons pédophiles, et de la facilité avec laquelle, de nos jours, de tels soupçons prennent du poids. Le cœur du texte, une femme-vortex qui sert de passage entre deux mondes, est malheureusement assez peu intéressant, tout comme le style de l’auteur, correct mais fainéant. Suivent des nouvelles obscures ou anecdotiques de Claude Lalumière, Serena Gentilhomme et Anthelme Hauchecorne. Ce dernier bat des records de pénibilité en nous présentant un Johnny Rotten zombie à coups de phrases-clichés (en anglais dans le texte) noyées dans un français déjà bien lourdingue. Un procédé littéraire, genre grumeaux dans le yaourt, aussi atroce qu’infantile.

            Première bonne nouvelle du numéro, la très shepardienne « Dérives au bord de la nuit » d'Ariane Gélinas s'arrête un peu à mi-parcours, sur un mystère irrésolu. Un texte frustrant, donc, mais joliment écrit et qui assume son ambiance à la Avatar, c’est-à-dire très Amérique du sud sur une planète étrangère.

            La partie fictions se termine avec un long, bordélique et décevant texte de Philippe-Aubert Côté, auteur dont j'ai déjà beaucoup parlé dans cette rubrique et qui, une fois de plus, montre de vraies qualités mais n'arrive toujours pas à produire un grand texte ni même un bon texte. Dans la partie non-fiction, nettement plus intéressante, Jean-Pierre Laigle se penche sur la mort du Soleil et Mario Tessier sur celle, récurrente, de la science-fiction.

            Un numéro décevant dont on retient surtout le texte d'Ariane Gélinas et les articles.


Thomas DAY
Première parution : 1/1/2014 dans Bifrost 73
Mise en ligne le : 28/3/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70912 livres, 81241 photos de couvertures, 66102 quatrièmes.
8470 critiques, 38085 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.