Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Chambres inquiètes

Lisa TUTTLE

Textes réunis par Nathalie SERVAL


Traduction de Nathalie SERVAL
Traduction révisée par Nathalie SERVAL
Illustration de Stéphane PERGER

DYSTOPIA (association) (Evry, France), coll. Workshop
Dépôt légal : avril 2014
Première édition
Recueil de nouvelles, 368 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 979-10-91146-09-8
Format : 12,0 x 17,0 cm  
Genre : Fantastique

Toutes les traductions ont été revues par Nathalie Serval.



    Quatrième de couverture    
Pas de texte sur la quatrième de couverture.

    Sommaire    
1 - Nathalie SERVAL, Préface, pages 7 à 11, préface
2 - Un nid d'insectes (Bug House), pages 13 à 39, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
3 - Sans regrets (No Regrets), pages 41 à 74, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
4 - En pièces détachées (Bits and Pieces), pages 75 à 97, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
5 - La Tombe de Jamie (Jamie's Grave), pages 99 à 120, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
6 - Lézard du désir (Lizard Lust), pages 121 à 141, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
7 - Vol pour Byzance (Flying to Byzantium), pages 143 à 179, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
8 - L'Autre chambre (The Other Room), pages 181 à 194, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
9 - Oiseaux de lune (The Birds of the Moon), pages 195 à 208, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
10 - Propriété commune (Community Property), pages 209 à 218, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
11 - Une amie en détresse (A Friend in Need), pages 219 à 236, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
12 - L'Autre mère (The Other Mother), pages 237 à 266, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
13 - Les Mains de Mr. Elphinstone (Mr. Elphinstone's Hands), pages 267 à 299, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
14 - La Plaie (The Wound), pages 301 à 323, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
15 - Le Nid (The Nest), pages 325 à 357, nouvelle, trad. Nathalie SERVAL
 
    Critiques    

            Faisant pendant (plus que suite) au recueil Ainsi naissent les fantômes, proposé par Mélanie Fazi et Grand Prix de l’Imaginaire 2012, chez le même microéditeur, Les Chambres inquiètes réunit quatorze nouvelles de la trop rare Lisa Tuttle, ici choisies par Nathalie Serval. Cette dernière a en effet pioché parmi les nouvelles qu’elle avait elle-même traduites de l’auteure dans le cadre des anthologies « Territoires de l’inquiétudes » et des recueils Le Nid (1990) et Sur les ailes du cauchemar (1995), tous parus chez Denoël dans la collection « Présence du fantastique », et aujourd’hui indisponibles ; une nouvelle occasion d’exposer l’énorme éventail du talent de la styliste américaine (mais résidant en Grande-Bretagne), particulièrement à son aise dans les ambiances pesantes, les récits sombres et les issues incertaines.

            À travers ces récits au fantastique ciselé, équivoque, on remarquera la force de l’auteure à se saisir d’une situation anodine pour la transformer en quelque chose de nettement plus sombre (« Propriété commune », qui aborde l’épineux problème du partage équitable en cas de divorce, ou « Une amie en détresse », qui narre les retrouvailles de deux amies de longue date). Entre réécriture des lieux communs du genre (« L’autre mère », étonnante variation sur le thème du fantôme) et une mise en abîme intéressante (« Sans regret », sur le métier de poète et d’écrivain), les femmes de Lisa Tuttle ne semblent pas avoir d’issue, aucune porte de sortie pour s’extraire de leur condition. Les récits s’enfoncent de plus en plus dans la noirceur d’une pensée, d’une situation inextricable où les personnages échouent à s’échapper.

            Sans doute est-ce là toute la beauté des textes de Lisa Tuttle : sous l’apparence d’un fantastique aux échos classiques (voire antiques) se cachent en réalité de nouvelles images, tantôt belles et poétiques, tantôt inquiétantes et sombres. Et c’est bien ce dernier trait qui s’avère nettement mis en avant dans Les Chambres inquiètes, un recueil somme toute remarquablement bien construit, qui plonge le lecteur dans l’univers ô combien envoûtant d’un des grands noms de cette littérature fantastique devenue si rare. Bref, si on regrettera l’absence d’inédit à son sommaire, voici une perle sombre dont on ne saura faire l’économie, pour peu qu’on ne possède pas déjà les deux recueils souches.


Bénédicte COUDIÈRE
Première parution : 1/7/2014 dans Bifrost 75
Mise en ligne le : 5/4/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70964 livres, 81406 photos de couvertures, 66160 quatrièmes.
8471 critiques, 38117 intervenant·e·s, 1488 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.