Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
John meurt à la fin

David WONG

Titre original : John Dies at the End, 2007

Cycle : John meurt à la fin vol. 1 

Traduction de Charles BONNOT

SUPER 8  n° (7)
Dépôt légal : octobre 2014
Première édition
Roman, 622 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-37056-006-3
Format : 14,1 x 20,0 cm  

Photo : (c) Floortje / Deepblue / Istock. Conception graphique : Jeanne Mutrel. Existe aussi au format numérique (ISBN 978-2-37056-007-0).



    Quatrième de couverture    
     CE N'EST PAS PARCE QUE JE SUIS PARANOÏAQUE
     QU'ILS NE SONT PAS TOUS APRÈS MOI.

     Lui, c'est David Wong. Son meilleur pote s'appelle John. Fans de ciné, ils bossent dans un vidéoclub minable et, à leurs heures perdues, règlent des « situations inhabituelles ». C'est lors d'un concert qu'ils rencontrent le Jamaïcain : un énergumène passablement inquiétant qui fait essayer à John la sauce soja, une drogue aux effets radicaux. L'histoire se termine à l'hôpital, et la police ne tarde pas à s'en mêler : il semblerait en effet que tous ceux qui ont pris ce soir-là la drogue du Jamaïcain soient morts ou aient disparu.
     On aimerait vous raconter la suite mais on n'est pas tarés, nous. Disons qu'il sera notamment question d'une chienne extralucide, d'un téléphone-hot-dog, d'une balle qui aurait dû tuer mais en fait non, de monstres à faire passer Lovecraft pour un boy-scout atrophié du cortex, d'une conférence apocalyptique sur le paranormal à Las Vegas, d'une télé qui vous regarde et de tout un tas de rencontres non euclidiennes — avec l'apocalypse en potentielle toile de fond.

     Vous voulez savoir ce que serait Le Livre sans nom si Hunter S. Thompson l'avait cauchernardé dans la baignoire d'une chambre d'hôtel ? À quoi ressemblerait un roman écrit par Quentin Tarantino si ce malheureux s'était défoncé à l'acide en croyant gober des Smarties ? Bienvenue dans le monde de John : le mec qui risque fort de mourir à la fin.

     Véritable phénomène de l'édition outre-Atlantique, John meurt à la fin, dont a récemment été tiré un film culte, est un roman à l'imagination délirante, sans aucun équivalent terrestre : le seul livre capable de vous coller la frousse de votre vie et de vous faire hurler de rire en même temps.

     On sait peu de choses sur David Wong, et c'est bien mieux comme ça. Le site humoristique cracked.com, dont il est le rédacteur en chef, est l'un des plus visités au monde.
 
    Critiques    
     Le narrateur du roman, c'est David Wong 1 lui-même. Avec son pote John, ils travaillent dans un vidéo-club, et jouent dans un groupe de rock. Lors d'un concert, ils croisent la route d'un dealer de drogue qui leur fait essayer une dope qui prend la forme... d'une sauce soja ! Dès lors, le monde tel qu'ils le connaissaient cesse d'exister, et ils doivent désormais faire face à des monstres invraisemblables (l'un d'entre «  hoche la dinde », puisqu'il a une volaille en guise de tête), une mignonne chienne qui meurt à plusieurs reprises et revient systématiquement, une distorsion du temps qui les fait converser au téléphone à deux instants différents... et une flopée de situations tout aussi abracadabrantes. On ne saurait décrire plus avant ce roman, tant il regorge de trouvailles invraisemblables, de personnages indescriptibles ou de saillies jubilatoires. Tout est source de fréquents fous-rires, et David Wong fait preuve d'un véritable sens du rythme comique et des répliques bien senties qui font de John meurt à la fin l'un des bouquins les plus jouissifs parus ces dernières années, et l'un des plus drôles qu'il m'ait été donnés de lire. En outre, l'humour alterne régulièrement avec des scènes plus sérieuses, franchement flippantes, de telle sorte que l'on ne sait jamais vraiment comment va se poursuivre l'histoire. Un vrai potentiel de cinéma, donc, et Hollywood ne s'y est pas trompé, qui a adapté ce roman sous la caméra de Don Coscarelli, l'auteur de l'inoubliable Bubba Ho-Tep.
     S'il est particulièrement fendard et bien rythmé, ce livre souffre néanmoins de sa taille : 600 pages. On aurait aimé que l'auteur ramasse un peu son écriture pour en démultiplier l'impact : sur 600 pages, difficile de garder le rythme et le comique de situation au niveau maximal. La raison de cette taille : David Wong a d'abord publié sa prose sous forme d'épisodes sur le web, où il pouvait laisser libre cours à son imagination. Bien qu'il ait édité le matériel pour la publication en livre, la genèse du texte se retrouve donc dans sa longueur et aussi dans certaines redites ponctuelles.
     Quoi qu'il en soit, cela ne saurait gâcher le réel plaisir que l'on prend à lire ce livre : la preuve, on en redemande. Et ça tombe bien, puisque David Wong lui a donné une suite en 2012 : This Book Is Full of Spiders. Tout un programme !

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 10/11/2014 nooSFere


            Dans une petite ville américaine dont le nom et la localisation ne nous seront pas révélés, John et David tuent l’ennui comme ils peuvent : en consommant autant d’alcool que d’herbe, en jouant dans un groupe punk, et, occasionnellement, en enquêtant sur des phénomènes surnaturels. C’est l’une de ces investigations qui va les mettre en contact avec une drogue aux vertus particulières, la sauce soja, un produit – à moins qu’il ne s’agisse d’un être vivant – dont on ne sait pas trop s’il se contente de modifier la perception du réel ou la réalité elle-même. Une chose est sûre : ses consommateurs ne font pour la plupart pas de vieux os.

            Les voies de l’édition étant ce qu’elles sont, John meurt à la fin arrive en librairie plusieurs mois après la sortie en DVD de son adaptation cinématographique signée Don Coscarelli. Et découvrir ces deux œuvres dans cet ordre ne plaide pas franchement en faveur du roman, tant l’admirable réalisateur de Phantasm et Bubba Ho-Tep a su tirer la substantifique moelle des écrits de David Wong, alors qu’à l’inverse il apparaît de manière flagrante que ce dernier tire à la ligne de manière éhontée à longueur de chapitres.

            Pourtant, les choses démarrent bien et durant les deux cents premières pages, l’auteur fait feu de tout bois, enchaîne les idées délirantes et les situations absurdes. En vrac et parmi bien d’autres choses : un monstre fait de viande et de saucisses surgelés, un rasta baptisé Bob Marley, une moustache tueuse ou des coups de téléphones égarés dans le flux temporel. Malheureusement, son imagination se tarit assez vite, les trouvailles se font de plus en plus rares et il finit par ressasser les mêmes situations encore et encore. Pour ne rien arranger, David Wong a toutes les peines du monde à donner un semblant de consistance aux personnages qu’il met en scène. Son héros se contente d’être le narrateur incrédule d’une histoire à laquelle il ne comprend pas grand-chose ; John est ce type bizarre au comportement défiant toute logique, le reste du casting est composé de silhouettes aussi interchangeables que périssables. Pour ne rien arranger, il apparaît de plus en plus clairement au fil des pages que l’auteur improvise son histoire et qu’il n’a pas la moindre idée de l’endroit où il compte amener le lecteur.

            Initialement paru en feuilleton sur internet, John meurt à la fin a ensuite été repris par un éditeur traditionnel. C’eût été l’occasion d’effectuer un sévère travail d’élagage sur ce texte, ce qui n’a visiblement pas été le cas. Les plaisanteries les plus courtes étant généralement les meilleures, le roman affiche au compteur quatre cents pages de trop et termine sa course dans le mur. Dommage.


Philippe BOULIER
Première parution : 1/1/2015 dans Bifrost 77
Mise en ligne le : 6/5/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70856 livres, 81143 photos de couvertures, 66038 quatrièmes.
8469 critiques, 38060 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.